Meurtre au Champagne (Sparkling Cyanide) Agatha Christie, 1945 / France: 1947

Meurtre au Champagne (Sparkling Cyanide) Agatha Christie, 1945 / France: 1947

0147084_1Agatha Christie et moi, une histoire d’amour réussie.

J’ai dévoré la moitié de la collection l’été de mes quatorze ans, et l’autre moitié l’été suivant; de vieux bouquins récupérés chez ma grand-mère. Autant dire que mes souvenirs sont confus, que les histoires se mélangent, et que je ne suis plus sûre de savoir qui de Poirot ou de Marple a résolu le crime.

Il y a quelques jours, je suis passée devant une « boîte à livres » près de chez moi; une super initiative d’un particulier qui a accroché une grande boite au mur de sa maison pour y recueillir les livres dont on ne veut plus, et faire en sorte qu’ils trouvent de nouveaux lecteurs. Un peu d’économie parallèle 🙂 Cette personne a même installé un petit banc pour qu’on puisse y lire tranquille, à l’ombre des platanes.

J’ai donc regardé ce qui s’y trouvait, et suis repartie avec ce petit bouquin dans mon sac.


L’histoire:

Rosemary, jeune londonienne belle et écervelée, meurt empoisonnée le jour de son anniversaire, dans un cabaret huppé. Suicide ou meurtre? Le poison était placé dans sa coupe de champagne, et personne ne s’est approché d’elle… Autour de la table, son mari George, sa jeune soeur Iris, la secrétaire de son mari, son amant No1 et l’épouse de celui-ci, et son amant No2.

Tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide, pourtant le veuf reçoit quelques mois plus tard des lettres anonymes lui révélant que sa chère et tendre aurait été assassinée, et non pas qu’elle se serait donné la mort. Il va donc organiser, un an plus tard, un autre dîner avec les mêmes convives dans l’espoir que le meurtrier se confonde…

Entre-temps, depuis que sa sœur est décédée, la jeune Iris n’a plus personne pour la chaperonner. Son beau-frère George, chez qui elle vit, propose d’appeler une vieille tante, Lucilla, pour lui servir de chaperon. La vieille tante accepte avec joie, d’autant qu’elle est presque ruinée par son fils, un vaurien qui lui réclame sans-cesse de l’argent. Le jour de l’anniversaire de la mort de Rosemary, le dîner a lieu, mais c’est George qui est à son tour empoisonné… Le suspens s’épaissit.

2

Spoiler alert!

Chaque convive a un mobile: Iris hérite de la fortune de sa soeur; George est jaloux des amants de sa femme; les amants veulent se débarrasser d’une conquête belle comme le jour mais futile et surtout encombrante; la femme de l’un des amant est jalouse de Rosemary; et enfin la secrétaire de George est secrètement amoureuse de lui et déteste Rosemary. En fait c’est le cousin ruiné qui est derrière tout ça, le fils de Lucilla. En effet, Rosemary a hérité d’une jolie fortune. A sa mort, l’argent est revenu à sa soeur Iris. C’est elle qui devait mourir lors du second dîner, son seul héritier étant son cousin.


Mon avis:

Agatha Christie nous emmène dans un joli conte, et dans une histoire passionnante. C’est rondement mené, comme d’habitude chez Christie. Personnellement j’ai très vite compris que les personnages « secondaires », c’est à dire la tante Lucilla et son fils, avaient leur importance.

La narration est intéressante, chaque chapitre se déroulant dans la tête de l’un des convives/suspects. On comprend leur côté sombre, pourquoi à un moment ou à un autre ils ont voulu la mort de Rosemary… Mais sont-ils passés à l’acte? Le second meurtre brouille encore plus les pistes, jusqu’à la « révélation finale », ou tout s’éclaire.

1

J’ai lu ce roman en français, dans une traduction qui laisse plus que deviner l’anglais original, et cela m’a un peu déplu (« une partie » pour une fête, par exemple – traduction littérale de « party »), mais donnait en même temps un charme désuet à l’ensemble.

Pour moi il s’agit d’une histoire bien ficelée, rondement menée. On doute, on se perd, on retrouve son chemin, peut-être, peut-être pas… Un bon divertissement, avec du suspens, de l’humour et un peu de surnaturel (ou du moins, on pourrait le croire).

J’ai fini ce livre en deux jours, ça se lit vite, ça se savoure comme un carré d’un bon chocolat noir.


L’auteure: Agatha Christie

Agatha Christie
Agatha Christie

« Parce qu’une intrigue policière est un bon dérivatif et que ses contemporains, pris comme elle dans les remous de la guerre de 1914-1918, ont besoin de se changer les idées, une jeune anglaise (à moitié américaine par son père) s’amuse à écrire un roman policier en dehors de son service d’infirmière volontaire. »

On n’aurait pas pu mieux faire que ces quelques mot d’introduction de l’édition du livre de poche de 1978 pour présenté la reine du policier. Agatha Christie est née en 1891 à Torquay, dans le Devon, et meurt près d’Oxford en 1976, laissant derrière elle 66 romans, 154 nouvelles et 20 pièces de théatre.

 

0147084_1Le livre: J’ai lu l’édition du Livre de Poche de 1978. Les tranches des pages sont bleues. La jaquette est horrible et ne fait pas du tout justice au contenu! La jeune femme sensée représenter Rosemary fait vulgaire (Rosemary a beaucoup de classe), il y a une cible de dessinée sur la couverture. On a l’impression qu’il s’agit d’un roman avec beaucoup d’action, de la violence, alors qu’il s’agit plutôt de rentrer dans la psychologie des personnages.

Depuis, d’autres éditions avec des jaquettes beaucoup plus appropriées ont vu le jour. En voici quelques exemples, en français et en anglais:


Produits dérivés: Il y a eu un film en 1983, dont les critiques sont assez mauvaises. Apparemment il ne ferait pas justice à la plume d’Agatha Christie. Je n’ai pas pris la peine de le regarder.

En France, il y a aussi eu un téléfilm sur France 2 en 2013 dans le cadre de la série « Les petits meurtres d’Agatha Christie ». Je ne l’ai pas regardé non plus.

Dans les deux cas, il semblerait que l’histoire soit transposée à l’époque actuelle (1983 et 2013).

La BBC a aussi réalisé une version radiophonique du livre.

les-petits-meurtres-d-agatha-christie--meurtre-au-champagne_464227_49093
Les petits meurtres d’Agatha Christie – Meurtre au champagne, Eric Woerth, 2012, France 2

sparkling_cyanide_300

Publicités

6 réflexions sur “Meurtre au Champagne (Sparkling Cyanide) Agatha Christie, 1945 / France: 1947

    1. A qui le dis-tu! Je pense que Meurtre Au Champagne fait partie des titres moins connus de cette auteure très prolifique. On n’en passe pas moins un très agréable moment.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s