Avril en Albums, 3è édition, avec Bookwormette

Avril en Albums, 3è édition, avec Bookwormette

En plus du Mois Belge, avril est aussi le mois des albums jeunesse 🙂 
C’est un défi lancé par Bookwormette du blog Pilalire, que je suis heureuse de rejoindre. En effet, les livres jeunesse, ce n’est pas ce qui manque sous mon toit… et pourtant, j’en chronique tellement peu! Remédions à cela!
Je suis une quiche en informatique et je ne sais absolument pas rebloguer un article qui vient d’une autre plate forme que WordPress, du coup j’ai tout simplement copié-collé ci-dessous la présentation du challenge.
Un mini Swap est aussi organisé dans le cadre de ce challenge, mais je ne pense pas y participer.
Alors, qui vient avec nous, plonger dans l’univers des enfants?


Pour la troisième année consécutive, je vous invite à participer avec moi au challenge Avril en Albums! 

S’il y a un genre de littérature qu’on ne voit que trop peu dans la blogosphère, ce sont bien les albums! C’est par l’album, très souvent, que l’enfant entre pour la première fois en contact avec la littérature et l’art. Objet de créativité infinie, tant dans le fond que dans la forme, l’album est également un terrain de jeux pour les artistes s’adressant tant aux petits qu’aux grands.

Principe
C’est simple comme bonjour : pour participer à ce rendez-vous, il vous faudra publier une ou plusieurs chroniques à propos des albums jeunesse sur votre blog, parler d’albums sur vos comptes Twitter, Faceboo, Instagram ou autres, dans le temps imparti. Peu importe que votre blog soit un blog littéraire, un fourre-tout de pensées intimes ou une compilation de recettes de cuisine! Tout le monde peut participer!
 
Vous n’avez pas de blog? Qu’à cela ne tienne! Parlez d’un album sur les réseaux sociaux, prenez des photos, twittez, faites des vidéos, et utilisez le hashtag #AvrilenAlbums. Chaque semaine, je compilerai les participations de tout le monde!
Mais qu’est-ce que je peux raconter sur un album?!
Les albums peuvent parfois être difficile à analyser et critiquer. Pas de panique! Essayez de chercher ce qui vous a plu dans un titre que vous avez dévoré, d’étudier comment texte et image se complètent ou s’opposent, demandez-vous s’il est destiné aux petits ou s’il est trop complexe pour des enfants, analysez la forme particulière que les éditeurs lui ont donné, cherchez à savoir quel impact la lecture de cet album peut avoir, s’il est purement récréatif et jouissif ou bien s’il apporte des réponses aux questionnements des enfants… Tant de possibilités!
Mais vous pouvez aussi faire des articles sur un auteur d’albums que vous adorez, sur une maison d’édition qui fait un travail exceptionnel sur ses albums, sur un personnage phare de ce genre, traiter un thème dans une série d’albums, faire un reportage sur un festival de littérature jeunesse que vous avez adoré, raconter un souvenir personnel lié à la lecture d’un album… Tout est possible tant que cela aide à faire parler de ce genre sur la toile!

Pour vous inspirer, vous pouvez aller consulter les bilans des années précédentes ici:

     
Dates et inscriptions
Les inscriptions se font jusqu’au 9 avril 2017! Vous pouvez vous inscrire directement en postant un commentaire à la suite de ce message ou bien sur le forum de Livraddict en suivant ce lien.

Donnez-moi votre pseudo et l’adresse de votre blog… Et c’est tout! 🙂

Mini-Swap Avril en Albums
Cette année, petite nouveauté! Les personnes inscrites sur Livraddict peuvent également participer au Mini-Swap que j’organise autour des albums! Que les intéressés cliquent ici pour accéder au forum et en savoir plus.
Petite règle de rien du tout

Je vous demanderai, dans chaque billet réalisé dans le cadre de ce rendez-vous, d’intégrer à l’intérieur le logo du rendez-vous et de faire un lien redirigeant sur cette page, histoire qu’un maximum de gens en entendent parler et découvrent les autres blogueurs qui participent!

Le rendez-vous n’a lieu que jusqu’au 30 avril : par contre, si l’exercice vous a plu, vous pourrez évidemment continuer à poster des billets sur des albums par la suite! La règle ne s’applique que pour les billets réalisés dans le temps imparti du mois d’avril!

Voilà trois tailles pour le logo.

Des questions? Des remarques? Des suggestions? N’hésitez pas à me contacter via les commentaires ou à pilalire@gmail.com!
Publicités

13 réflexions sur “Avril en Albums, 3è édition, avec Bookwormette

    1. On y croit! Mais j’ai tout de même l’impression que la jeunesse est mieux couverte par les média que la poésie, réputée difficile d’accès… en tout cas tu fais du bon boulot en ce qui concerne la poésie 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Merci 😀
        Je suis aussi fan de littérature jeunesse que de poésie !
        Mais tu as raison, la poésie reste le parent pauvre de la littérature : ne serait-ce pas en partie la faute de nos « récitations » d’école ? 😉

        Aimé par 1 personne

        1. Certes, mais ces poèmes qu’on nous a fait ingurgiter (et qu’on continue à faire ingurgiter aux élèves) et régurgiter (« mets le ton, voyons ! ») n’étaient et ne sont peut-être pas ceux qui ont fait pétiller notre imaginaire poétique !

          Aimé par 1 personne

        2. Je pense que nous vivons plutôt dans un monde qui n’aime pas se pencher sur les émotions. Les émotions, c’est de la faiblesse, dans l’imaginaire collectif, c’est proche du psychique, du psychologique, et ça fait peur. J’ai un peu l’impression que l’ère du triomphe du roman, de la vie conçue comme une narration, comme une bobine qui se déroule plutôt que comme des instants émotionnels coïncide avec le chant du cygne de la poésie.
          Mais je crois que Sév a raison : l’école est encore et toujours ce qui nous y introduit le mieux et je ne pense que les choix des professeurs soient mauvais.

          Aimé par 2 people

        3. Merci de cette analyse que je trouve très fine et pertinente pour ce qui concerne la rencontre et l’expression des émotions.
          Ce n’est pas le choix des enseignants que je conteste (et pour cause, je l’ai été 😉 ), c’est le cadre, souvent peu créatif, dans lequel la poésie est proposée aux bambins. Je trouve qu’il existe une différence entre apprendre un poème pour le réciter ensuite et découvrir cette douce symphonie que jouent les mots quand ils se rencontrent délicatement. J’ai un peu le même avis sur la lecture : il ne s’agit pas de savoir lire pour en goûter l’exercice !

          Aimé par 2 people

        4. S’il y a bien une chose que l’enseignement m’a apprise au-delà de toutes mes illusions, c’est que ne s’éveille que ce qui doit être un jour éveillé, et la récitation mécanique peut se transformer en illumination si elle le doit. Cela ne nous appartient pas. C’est la rencontre entre la qualité de l’enseignement, les qualités de celui à qui on enseigne et le bon moment, plus d’autres choses mystérieuses encore qui font les belles histoires.
          Pour moi, nous ne sommes que des accoucheurs, la poésie ne parlera qu’à ceux à qui elle est apte à parler. Pareil pour la lecture et les autres choses dont nous sommes porteurs ou non.
          Et pourtant, autrefois, j’ai vraiment cru le contraire !

          Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s