Contemporain/Contemporary, En anglais/in English, Inde/India, livres, Roman/Novel, Romance

One Indian Girl – Chetan Bhagat (Fr-Engl)

One Indian Girl cover(English in blue)

One Indian Girl (Une Jeune Femme Indienne) faisait partie des livres en tête de gondole à Crossword, donc je me suis dit que ça devait être quand même bien. Et puis le résumé avait l’air intéressant.

One Indian Girl was one of the books advertised by Crosswords as « trendy », so I thought it was a safe buy. And the blurb at the back seemed interesting.


Résumé et avis en bref: Radhika est sur le point de se marier, lorsque ses deux premiers amours débarquent pour lui déclarer leur flamme respective. Radhika revient sur ces deux histoires d’amour, et pourquoi ça n’a pas marché. Mais maintenant, elle a des doutes sur le mariage arrangé qu’elle s’apprête à officialiser.

C’est un livre court que j’ai lu très rapidement. Il soulève des points intéressants sur la patriarche, la place de la femme dans la société indienne, le féminisme, et l’amooouuur.

Plutôt bien écrit, sans pour autant être subjuguant, l’auteur arrive à conjurer des images assez fortes. On visualise très bien! en tout cas l’auteur n’est pas une victime du style indien, avec des phrases à rallonge et un phrasé alambiqué.

Le roman est construit en flash backs, en partant du premier jour de mariage de Radhika. Les mariages indiens durent plusieurs jours, pour ceux qui ne sont pas au courant. Allez voir par là pour avoir un aperçu de mon mariage à moi 😉

On découvre le passé de Radhika en même temps que l’on assiste aux différentes activités de son mariage, et on suit ses tourments.

C’est une lecture facile, que j’ai appréciée. Ca ne casse pas des briques, mais ça a le mérite de faire réfléchir, et c’est aussi très divertissant. L’auteur a aussi écrit Two States, un livre qui a été porté à l’écran, et que j’avais beaucoup aimé. J’ai découvert cela après coup.

In a nutshell: Radhika is about to get married, when her first two loves arrive and tell herboth that they love her. Radhika remembers these two love stories and why it didn’t work. But now she starts having doubts about the arranged marriage she is about to go through.

It is a short book, and I read it very quickly. It deals with interesting points about patriarchy, the place of women in the Indian society, feminism, and of course: loooove!

The book is rather well written, without being very well written. The author has a certain gift to conjure very vivid images. I was picturing things very well! 

The novel is built around flashbacks, from the first day of Radhika’s wedding. Indian weddings last at least three days before they actually tie the knot, so it gives her plenty of time to reflect and think, but the clock it still ticking. We discover Radhika’s past while going through all the different activities inherent to an Indian wedding.

It is an easy read, and I liked it. It certainly isn’t the novel of the year, but it makes you think, and it is also very entertaining. The same author also wrote Two States, a book that was later adapted into a movie that I liked a lot. I discovered this after I was done reading the novel.


L’illustration: On y voit une mariée indienne de dos, son voile couvrant sa tête et ses épaules. En bas on distingue les lignes d’horizon de New York et de Londres qui se confondent. Et certainement Hong Kong aussi, mais je ne connais pas ce paysage assez bien pour en être certaine. Des mots à demi effacés sont parsemés ici et là.

Cette illustration résume très bien le livre: les interrogations d’une jeune mariée indienne qui travaille dans la finance (les mots disséminés sur l’illustration sont en rapport avec la finance), et qui a vécu à New York, Hong Kong et Londres.

Book cover art:  the silhouette of an Indian bride under her veil, on a sunset kind of background. At the very bottom, a skyline comprising elements of three cities: New York, London and Singapore. Some half erased words here and there.

This art is a good illustration of what the heroin is going through: she’s about to get married, works in finance (the half erased words are linked the finance) and she lived in New York, Hong Kong and London.

one indian girl


Mon avis: La phrase d’ouverture m’a tout de suite emballée: « Hi, I’m Radhika Mehta, and you might not like me » (Salut, je m’appelle Radhika Mehta, et peut-être que vous n’allez pas m’aimer).

Et pourquoi ne l’aimerait-on pas? Est-ce qu’elle tabasse les gens? Est-elle un suppôt de Satan? Que nenni, ma belle dame. Cette gente demoiselle a simplement…. couché avant le mariage. Et en plus elle gagne bien sa vie. Ouais, rien que ça.

Ca vous choque? En Inde, les doubles standards ont la vie dure. Boys will be boys, et les filles n’ont qu’à être bien gentilles et se tenir de manière respectable. Ce qui veut dire arriver vierge au mariage et surtout, avoir un niveau d’étude et un salaire moindres que ceux de son époux.

Review: I loved the opening line: « Hi, I’m Radhika Mehta, and you might not like me »

And what did she do, to deserve not to be liked? Is she hitting people when she doesn’t like them? Is she a satanist? Nope, nothing like that. This gentle lady committed a much bigger felony… she had sex before marriage. And, on top of that, she earns well. Yup, that’s it!

Shoking? In India, double standards are still a thing, unfortunately. Boys will be boys, but girls should behave and be respectable. Meaning, still being a virgin when they get married, and earning less than their husband.

indian-business-woman-shutterstock

Ce livre est plein de clichés, mais aussi plein de pistes de réflexions intéressantes. Certains internautes indiens reprochent à l’auteur de prendre ses lecteurs pour des imbéciles, en leur offrant un scénario assez didactique (thèse, antithèse, synthèse, soit ex no1, ex no2, fiancé) et des scènes plus pensées pour leur impact visuel que pour leur signification (comment oublier la scène torride sex on the beach???). D’ailleurs, un autre de ses roman a été adapté au cinéma, et c’était très réussi.

This book is full of clichés, but also full of interesting reflections. Some Indians say that the author is taking his readers for dumb people, because his scenario is a bit too didactic. The scenes described in a book are more relevant to a screenplay than literature, with a very high visual impact (sex on the beach scene, I’m looking at you!) but little significance in the grand scheme of things. Speaking of which, another of his novels was made into a movie, and I liked it a lot. So yeah, maybe he should write movies instead of books?

Beaucoup de clichés sur la condition de la femme en Inde, mais il n’y a pas de fumée sans feu. Idem pour ce qui concerne l’organisation d’un mariage, le fait de devoir se marier avant tel âge, les atouts de la fiancée idéale, et les tourments d’un mère indienne. Comme je dis, caricatural, mais pas de fumée sans feu. Je réitère, parce que je connais des cas comme ça. Dans la vraie vie, ouais. Ca ne veut pas dire qu’il faut généraliser, mais ça existe, et c’est une majorité. Dieu merci, les moeurs évoluent.

Many many clichés about the condition of women in India, but in my opinion this is not baseless. Same when it comes to organising a wedding, the fact that one should get married before being « too old for the market », the definition of the perfect bride, and the many torments of the bride’s mother. As I said, it is more like a caricature, but it isn’t not baseless. I personally know some cases like that. In real life, yes. Doesn’t mean it’s true for everybody, but it does happen. Thank God, things are changing.

Tout ça fait que beaucoup trouvent que ce livre est réducteur à beaucoup d’endroits, ce que je ne nie pas. Mais il y a du suspense, et surtout, on cogite. Peut-être que c’est parce que je ne suis pas indienne, mais moi ça m’a plu. En plus il y a beaucoup d’humour, ce qui est plutôt sympa.

All of this means that many readers found the book took some easy shortcuts, which is true. But there is suspense, and more important, it makes us think. Maybe it’s because I am not Indian, but I loved this book. Cherry on top, there is a lot of humour, and I laughed a lot.

On assiste donc à la transformation d’une geek en bombasse qui réussit dans les affaires. Cendrillon, nous voilà. Mention spéciale à la fascination de l’auteur pour l’épilation. Je précise que c’est un mec. On nous en parle, de ce salon de beauté, on nous en paaaarle… De la sensation affreuse du poil qui quitte l’épiderme, de la sentation jouissive de jambes galbes… et du fait que Radhika lui doive sa toute première fois (tou-toute première fois). Et puis d’ailleurs, après ça, on n’en n’entend plus trop parler, de ce salon de beauté, ce que j’ai trouvé dommage vu l’importance qu’on lui accorde pendant 15 chapitres (ou à peu près).

This is a Cinderella story: A geeky girl suddenly becomes a bombshell with a successful career in finance. Special mention to the author’s fascination about waxing. Should I say that the writer is male? How much is said about this beauty parlor, about the horrifying sensation of hair being pulled out of the skin, of the sensation of smooth skin… and that thanks to waxing her legs and bikini, Radhika wasn’t embarrassed for her very first time in bed with a man. After that, weirdly enough, no more mention of said beauty parlor. Weird. She took a card at that parlor, she should go back at least ten times! But not relevant anymore to the story, I guess.

On assiste à sa réflexion sur la condition de la femme: comment combiner une carrière ET une vie de famille? Est-ce possible? Ses deux exs lui ont prouvé que non, l’un voulant une femme au foyer, l’autre une carriériste. Est-il aussi possible de trouver l’amour par le biais d’un mariage arrangé, d’après des critères, euh…. pour le moins superficiels? Quelle est la place de la femme dans la société indienne?

This book is all about reflecting about a woman’s life: how to combine career AND family life? Is it even possible? Her two exes proved her that it wasn’t, one wanted a housewife, the other a career woman. Is it possible to find love in an arranged marriage, which is often arranged based on superficial criteria? What is the place of women in Indian society?

L’écriture est plutôt sympa et trrrèèès évocatrice. Je ne dirais pas que c’est du Flaubert, mais c’est pas mal. J’ai trouvé dommage que l’auteur n’engage pas son héroïne dans une histoire d’amour avec un homme qui ne soit pas indien, mais bon ils sont d’une autre région, ce qui est déjà assez exotique pour l’Inde, croyez moi.

The writing style is modern and nice. Lots of very evocative scenes. It isn’t close to any classical author, of course, but it’s a nice read. I thought the author could have make her heroin have a relationship with a non-Indian man, given the fact that she’s such an international person. But I guess that the fact that her lovers come from different Indian States is exotic enough for an Indian audience.

La fin de l’histoire est sympa, les deux tourtereaux se (re)trouvent, et on entrevoit peut-être une relation équilibrée qui se développera. Mais j’aurais préféré, une fois encore, qu’elle trouve l’amour toute seule. Parce que la morale de l’histoire, finalement, c’est « ma mère avait raison ». Tss tss….

I liked the end of the story very much, our two love birds find each other again and we can guess that this will evolve into a balanced relationship, which Radhika’s previous lovers where not able to give her. i would have preferred if she had found love by herself, though, because in the end the morale of the story is « my mom was right ». Which bothers me!

En bref: un livre sympa, un peu cliché par endroits mais agréable à lire, avec une réflexion de fond sur le féminisme et la condition de la femme indienne. Et surtout: est-ce qu’on peut tout avoir, dans la vie?

In a nutshell: a nice book, lots of cliches but still I enjoyed reading it, with interesting reflections on feminism and what it means to be a woman in India. And it asks the big question: can we have it all in life?

beach-wedding-goa


L’histoire: Radhika a 28 ans, toutes ses dents et deux histoires d’amour passionnées sous la ceinture. Bien sur ses parents ne sont pas au courant, et sa mère désespère de marier un jour sa fille. D’ailleurs Aditi, la soeur aînée de Radhika, n’a pas fait tant de manières: elle s’est mariée à 21 ans, a foiré ses études, et ne pense qu’à mettre en valeur le corps (et les seins) dont mère nature a bien voulu l’affubler. A 28 ans, Radhika va finir vieille fille si elle ne se marie pas fissa.

Story: Radhika is 28 and already had two tumultuous love stories. Of course, her parents don’t know about these, and her mom is desperate that her daughter will ever get married. Aditi, Radhika’s elder sister, didn’t fuss about it so much: she got married at 21, gave up her studies, and her main concern is finding the best dress for her fabulous body (and boobs). Radhika’s 28, and if she doesn’t get married soon, she’ll end up a spinster.

Il y a un petit côté Cendrillon dans tout ça. Radhika, c’est l’intello de la famille. La fille qui prend son pied en résolvant des équations plutôt qu’en choisissant son mascara. Qui s’en fout un peu de ses fringues, et surtout de ses poils de jambes.

It’s a bit of a Cinderella story. Radhika is the family’s geek. The girl who loves solving equations rather than picking up the right mascara. Who doesn’t care much about her outfit, and doesn’t care at all about her hairy legs.

Indian college students

Dès sa sortie de l’université, elle est embauchée chez Goldman Sachs – le diable, quoi – et elle débarque à New York. On l’invite à boire un verre, et là elle a envie de devenir quelqu’un d’autre, d’être belle, sur son 31… Alors elle va faire du shopping, et elle prend un abonnement chez l’esthéticienne. Parce qu’à 22 ans, elle ne s’était épilée qu’une seule fois dans sa vie, et c’est sa bimbo de soeur qui l’avait forcée. Et là: Bam! Bombasse!!!

As soon as she finishes university, she is hired at Goldman Sachs (Eviiiiil!!), and her first job is in New York. When she’s invited by colleagues to go out for a drink, it is a first, and so she wants to be « going out for a drink Radhika ». So she goes shopping, and a subscription at the beauty parlor. At 22, she has apparently never waxed her legs, except this one time when her superficial sister forced her. And Bam! Bombshell.

Radhika commence à sortir avec un mec, un indien bien sur, et tout roule et roucoule. Premier baiser, première partie de jambes en l’air, premier emménagement ensemble, première routine, et premières disputes. Le gars, qui l’avait tellement encensée pour son indépendance, ne supporte pas que sa meuf gagne plus que lui. En fait, il se rend compte qu’entre ses idées et la réalité, il y a un gouffre: son subconscient lui renvoie l’image d’une épouse qui reste à la maison avec les enfants. Pas qui se fait les millions en faisant du sauvetage d’entreprise au bord de la faillite.

Radhika starts seeing a guy, Indian of course, and everything goes well. First kiss, first night, first move together, first boring routine, and first fights. The guy, who praised her for her independence, cannot bear that his partner is making more money than he does. Indeed, he realises that there is a big gap between his ideas and reality: his subconscious is dictating him that he should have a housewife, who stays at home with the kids. Not a wife who goes and earns millions with evil Goldman Sachs.

Radhika joue une fois encore les Cendrillon, elle s’échappe. Elle se fait muter à Hong Kong. Petite joueuse!!

So Radhika escapes the city of her first heart break and asks to be sent to Hong Kong.

DCIM101GOPROG0354089.

Bref, Hong Kong, nouvelle ville, nouveau départ. Elle fait à nouveau des étincelles dans son job, si bien qu’elle se fait remarquer par le boss sur lequel toutes les nanas de l’entreprise craquent. Neel Gupta. Bon alors j’avoue avoir un faible pour Neel, d’abord parce que j’adore ce prénom, et ensuite parce qu’il est juste trop beau. Après il est aussi juste trop con, mais nous y reviendrons.

New city, new life. She’s brilliant at her job, so the boss notices her. It just happens that the boss is super handsome, and all the girls in office have a crush on him. Neel Gupta. I must confess having a crush on Neel myself, first because I love the name, and second because, well… he’s damn handsome. He’s also a dumbass, but we’ll talk about it later.

Neel, donc, a la quarantaine, mais il est super mince et musclé. Quelques cheveux argentés de ci de là. Il la remarque, elle le remarque. Il la fait bosser sur des dossiers secrets juste avec lui. Il l’emmène en voyage d’affaire sur une île paradisiaque. Ils font l’amooouuur sur la plage.

So, Neel. In his fourties, slim and athletic. A few silver strands here and there. He notices her. She notices him. He makes her work on confidential files, just him and her. He takes her to work trips, one of them on a paradise island. They have sex on the beach!!

OMG, qu’ai-je fait? Se demande Radhika. Mais ils continuent tout de même. A Hong Kong, c’est « bonjour comment ça va? », mais dès qu’ils sont en voyage d’affaire, c’est « viens par là que je te saute » (en moins vulgaire hein, mais bon c’est pour résumer). Neel a des problèmes de couple et reste avec sa femme « pour les enfants ». Neel pense, au contraire de l’ex de Radhika, que cette dernière est une femme purement intellectuelle qui n’a besoin que de sa carrière pour être satisfaite.

OMG, what did I dooo?? wonders Radhika. But still, they go on. In Hong Kong, they barely talk to each other. But as soon as they’re on a plane « for work », they jump on each other and have sex aaaaall the time. Neel is going through a rough time with his wife (didn’t I mention that he was married?), and he’s staying « ‘for the children ». Neel thinks that Radhika is a purely intellectual woman whose only need in life is a crareer (and sex) to be happy.

Sauf que non, Radhika veut le beurre et l’argent du beurre: une carrière ET une famille. du coup elle rompt avec Neel, et prise une fois encore du syndrome de Cendrillon, se fait muter à Londres. Nouvelle vie, nouveau mec?

But no, Radhika wants it all: career AND family life. So she breaks up with Neel, and once again she asks to work in a new city. This time, it is London. New city, new lover?

Shaadi.com_logo.svg

Sa mère, qui la harcèle depuis ses 22 ans pour qu’elle se marie, débarque et l’inscrit sur un site de rencontre bien connu: shaadi.com. Shaadi veut dire « mariage »‘ en hindi, ça vous donne le ton. Il faut savoir qu’en Inde, 80% des mariages sont encore des mariages arrangés. Des critères de haut niveau, tel que la couleur de la peau, la taille, le caractère (docile de préférence), et enfin le niveau d’étude (pas trop) sont pris en compte. Ca donne le ton. Ah, et bien sur, l’origine (tu vas pas te marier avec un gars qui n’est pas de la même région ou de la même caste que toi, nan mais oh!).

Her mom, who’s been annoying her since she was 22 to get married, comes all the way from India and convince her to register on a well-known website: shaadi.com. Shaadi means « marriage » in Hindi. Now you know 😉 In India, 80% of marriages are still arranged. Important criteria to pick an appropriate bride go from skin tone, height, mindset (preferably docile), and level of studies (not too high). And of course, community. You don’t get married to someone out of your community.

Bref, par l’intermédiaire de ce site très connu, Radhika tombe sur la perle rare: un mec sympa, qui est ok avec le fait qu’elle gagne plein de fric et qu’elle ait une carrière, et qui a grandi à trois pâtés de maisons de chez elle. C’est le DES-TIN! Ni une ni deux, voilà Radhika qui se retrouve, sans vraiment avoir compris comment, à organiser son mariage.

Via this well-known website, Radhika finds someone who seems ok: nice guy, not scared of the fact that she earns more than him and that she has a successful career, and who grew up in her neighbourhood! Destiny! And this is how Radhika finds herself organising her crazy wedding, without really understand how and why she’s doing it.

Tout se passe bien, elle trouve même que son promis est plutôt sympa. Peut-être qu’un jour elle pourra l’aimer, sauf que… ses exs débarquent. Ils ont tous les deux entendu parler de son mariage, et lààààà ils ils se dit « Ah mais j’ai été très con, en fait Radhika est la femme de ma vie ». L’un est prêt à prendre la place du marié, tandis que l’autre veut l’enlever à bord d’un jet privé.

Everything goes well, she even finds her prospective groom nice in real life. Maybe one day she’ll love him? Except that both her exes arrive. They’ve both heard that Radhika was getting married, and all of a sudden they realised that they made a biiiig mistake by breaking up with her / letting her go. The first one wants to get married the next day instead of the groom, whereas the second one wants to elope with Radhika on his private jet.

goa_wedding_photography_0057

Ils ont juste oublié de demandé à l’intéressée si elle était d’accord. Ben non. Elle les envoie gentillement chier, avant d’avoir une bonne discussion avec son fiancé et de lui expliquer pourquoi elle annule leur mariage.

They forgot a detail, though: they didn’t ask Radhika if she still wanted them. So she nicely tell them to fuck off, and then she decides to cancel the wedding. He fiancé is so nice that he understands.

Radhika part faire le tour du monde, parce qu’elle a de la thune et besoin de se changer les idées, et puis elle s’arrête chez son ex fiancé, histoire de s’excuser encore du coup qu’elle lui a fait… et là les deux jeunes gens passent un bon moment. On peut supputer que finalement, ils vont se marier.

Radhika goes and travels around the world, because she has lots of money and she needs fresh air to figure out her life. She decides to stop by her ex fiancé’s when she visits a nearby city, to ask for his forgiveness for running away at the altar. And then… they spend a nice time together. The end is open, but it is strongly suggested that they’re going to fall in love and get married.

Indian-wedding-couple-photoshoot


 

 

1 réflexion au sujet de “One Indian Girl – Chetan Bhagat (Fr-Engl)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s