livres

Sophie et sa Courge (Sophie’s Squash) – Pat Zietlow Miller & Anne Wilsdorf (2015) (Fr-Eng)

Sophie et sa courge(English in purple)

C’est l’automne, et quoi de mieux qu’un livre dont une courge est l’héroïne pour aborder cette saison avec Mademoiselle? Lorsque j’ai vu ce livre à la bibliothèque, j’ai tout de suite su qu’il nous fallait le lire… et je ne m’étais pas trompée.

Autumn is here, and a book about a squash is the perfect way to talk about the season with Mademoiselle, my daughter. When I saw this book at our local library, I knew we had to read it… and I wasn’t mistaken.


L’histoire: Sophie achète une courge au marché, avec ses parents. Sauf que Sophie, au lieu de considérer la courge comme un légume, la considère comme un doudou. Elle lui dessine un visage, joue avec, la caline, l’emmène partout…

Ses parents commencent à s’inquiéter le jour où Bernice, la courge, commence à montrer des signes de faiblesse (elle est en train de se gâter). Pourtant Sophie refuse d’entendre quoi que ce soit, et Bernice continue de pourrir, lentement mais sûrement.

Sophie fini par se rendre compte que Bernice a un problème, et demande conseil au fermier à qui elle a acheté Bernice. Ce dernier lui explique qu’avec du grand air, de la terre et beaucoup d’amour, Bernice se sentira mieux. Aussi tôt dit, aussitôt fait, Sophie enterre bernice dans son jardin.

L’hiver passe, et au printemps, Sophie trouve une petite plante à l’endroit om elle avait enterré Bernice. Elle est très heureuse de retrouver son amie, même si c’est sous une autre forme. Et un jour, Bernice porte deux petites courges: Béa et Bonnie… les nouveaux doudous de Sophie 🙂

Sophie's SquashStory: Sophie buys a squash at the farmer’s market with her parents. But instead of seeing the squash as a vegetable, she sees it as a doll. She draws a face on it and takes the squash everywhere with her, plays with it, hugs it…

Her parents don’t mind, until the day when Bernice, the squash, shows signs of getting rotten.  But sophie doesn’t want to hear anything, and Bernice slowly but surely continues to rot.

Sophie finally sees that her dear Bernice has a problem, and she asks the farmer what to do to make her squash friend feel better. He explains that Bernice needs the outdoors, soil and lots of love. Not a problem for Sophie, who buries he dear Bernice in her garden.

After winter is gone, Sophie finds a little sprout where she had buried Bernice. She is very happy to be reunited with her friend, albeit under another form. And one day, Sophie discovers two baby squashes on Bernice. She names them Bea and Bonnie, and they become her new friends.


Mon avis: Quel joli livre! L’histoire d’une amitié improbable, entre une petite fille et une courge! Il fallait y penser 🙂

sophie 1Au délà de l’aspect marrant – une courge au lieu d’une poupée, ouais c’est marrant -, ce livre interroge sur la différence et l’acceptation. La courge ne fait pas l’unanimité, d’ailleurs certains enfants la pointent du doigt et posent des questions un peu gênantes à son propos.

La question de l’acceptation du changement, avec Bernice qui pourrit, est aussi centrale. Au début Sophie refuse tout net d’entendre quoi que ce soit à propos de cela. Elle est outrée quand ses parents proposent de manger Bernice (horreur!!!) ou même de la donner à la banque alimentaire. Pourtant, les taches sombres qui parsèment Bernice et son ramolissement ne peuvent être ignorés plus longtemps.

Sophie prend conseil et le suis. Le fermier ne propose absolument pas de manger Bernice, mais plutôt un traitement. La neige tombe au moment opportun, empêchant Sophie de pouvoir aller déterrer sa courge pour voir si elle va mieux… et lui laissant le temps de germer.

sophie 2Je me suis un peu perdue en circonvulsions à expliquer la germination à Mademoiselle. Elle a déjà planté des graines, donc elle comprend le truc. On avait justement une courge entammée au frigo, donc j’ai pu lui montrer les graines à l’intérieur de la courge. Là où ça s’est compliqué, c’est que j’ai expliqué que les graines étaient des bébés courges, alors que dans l’histoire, c’est Bernice qui revient sous une autre forme, et les bébés sont les nouvelles courges qui poussent sur la plante. Mais j’ai réussi à m’ensortir, ne vous inquiétez pas!

sophie 51
On ne peut pas manger Bernice!

Ce livre nous parle donc aussi du rythme des saisons, introduit dès la première page lorsqu’on nous parle d’un beau jour d’automne et des courges du marché. L’hiver et la germination de la graine, puis le printemps avec la pousse, et enfin l’été avec la croissance de la plante et l’apparition de nouveaux fruits. Le cycle est complet, Sophie a deux nouvelles courges pour jouer, jusqu’à la fin de l’automne, où elle devra certainement les planter.

Ce livre va parfaitement bien avec un album de la famille Souris, une collection que nous adorons: La Famille Souris Et Le Potiron. Là aussi les petites souris plantent une graine, et observent la plante, puis le fruit pousser. Pour finalement le manger, donc la fin est un peu différente.

On a aussi à faire au thème de l’ami imaginaire. Bernice est bien réelle, mais franchement elle est tellement différente, et Sophie projète tellement de choses sur cette courge, qu’il n’y a pas grande différence avec un ami imaginaire. La seule différence, c’est qu’on la voit, Bernice.

Bref, c’est un très joli livre qui soulève pas mal de questions, sous couvert d’une histoire simple et drôle.

sophie 11

Review: What a nice book! The story of an uncommon friendship, between a little girl and a butternut squash!

Beyond being a funny story – yes, playing with a squash instead of a doll IS funny – the book asks pertinent questions about difference and acceptance. The squash isn’t accepted well everywhere, and it gets worse when it starts rotting. Some kids ask disturbing questions about it.

Accepting change is the central theme: Bernice the squash is rotting. At the beginning, Sophie refuses to hear that this is happening. She is outraged when her parent even suggest that it is time to eat Bernice before she goes really bad. But the dark spots appearing on Bernice, and the fact that she becomes softer, are hard to ignore.

sophie 41

Sophie asks for advice and follows it. The farmer’s solution isn’t to eat Bernice, like Sophie’s parents said, but it is rather a treatment. Snow falls at the right moment, preventing Sophie to unearth her squash to see if she feels better… and giving her time to germinate and grow.

I got a bit lost in the process of explaining germinating to Mademoiselle. She’s already planted seeds so she knows how it works. We had half a squash in the fridge, so I was able to show her the inside with all the seeds. It got a bit complicated because I first said that the seeds were baby squashes waiting to be sown, whereas in the story, Bernice stays Bernice, she just comes back under another form, and Bernice-the-plant bears children – news squashes. In the end my daughter got it, so it’s all good.

sophie 31

The book also talks about the rhythm of seasons, which is introduced from the first page on, when we are told about a beautiful autumn morning and squashes at the market. Winter and the latent phase of germinating, then spring with the sprout, and finally summer, when the plant grows new baby squashes. The cycle is complete, Sophie has two new squash friends to play, until the end of the season, when she will most certainly bury them in the garden.

sophie 9This book goes perfectly well with a book from the Mice Family collection: The Mice Family and the Pumpkin. In that other story, little mice plant pumpkin seeds and observe the plant as it grows, and the fruit appearing and maturing… to finally eat it, so the end is a bit different, but still, a lot in common, right?

This book also deals with imaginary friends. Bernice is real, ok, but she is so different from any other toy, and Sophie projects so many things on her, that there is almost no difference. Alright, the difference is that Bernice is visible.

It’s a beautiful book, and it deals with lots of interesting themes. It is funny yet simple.

sophie 71
Sophie with Bea and Bonnie, her two new squashes (the babies of Bernice)

Les auteures:

Pat Zietlow

Pat Zietlow Miller a toujours su qu’elle voulait écrire. Elle a commencé sa carrière en tant que reporter. De nos jours, elle est rédactrice dans une compagnie d’asssurance le jour, et auteure de livres pour enfants la nuit. Visitez son site web (en anglais) pour en savoir plus sur elle. Fun fact: on dirait bien qu’elle n’a jamais changé de coupe de cheveux!

Pat Zietlow Miller knew she wanted to be a writer ever since her seventh-grade English teacher read her paper about square-dancing skirts out loud in class and said: “This is the first time anything a student has written has given me chills.” (Thanks, Mrs. Mueller! You rock!). Pat started out as a newspaper reporter and wrote about everything from dartball and deer-hunting to diets and decoupage. Then, she joined an insurance company and edited its newsletter and magazine.Now, she writes insurance information by day and children’s books by night. Pat has one wonderful husband, two delightful daughters and two pampered cats. She doesn’t watch much TV, but she does love “Chopped.” Pat lives in Madison, Wisconsin.

Anne Wilsdorf

Anne Wilsdorf est née de parents alsatients en Angola, en 1954. Après une enfance et une adolescence passées à vivre dans différents pays, et s’installe à Lausanne en Suisse, en 1976. C’est là qu’elle commence ) publier ses dessins dans les journaux et dans les publications pour enfants. Bientôt, elle publie ses premiers livres. Elle travaille avec des éditeurs français, suisses, allemand et américains. Elle enseigne l’illustration à l’Ecole romande des arts de la communication à Lausanne.

 

Author and illustrator Anne Wilsdorf was born to Alsatian parents in Saint-Paul de Luanda, Angola, in 1954. After a childhood and adolescence spent living in many countries (Angola, Congo, Argentina, Morocco, France, and Belgium), she settled in Lausanne, Switzerland, in 1976. There, she began publishing her drawings in newspapers and children¹s publications, followed by her first books. She has continued this path ever since, working with publishers in Switzerland, France, Germany and the United States. Her books, numbering more than twenty, have been translated into numerous languages, most recently into Korean.

Anne Wilsdorf was the Swiss candidate for the prestigious Andersen prize in 2000. Complementing her work as an illustrator, Anne Wilsdorf teaches illustration at l’Ecole Romande des Arts de la Communication, in Lausanne.


Produits dérivés: La suite des aventure de Sophie et de ses courges, avec Les Courges de Sophie Vont A L’Ecole.

By products: Sophie’s Squash Goes To School is the sequel of this delightful book.


Bonus: une vidéo de Pat Zietlow Miller nous lisant son livre (en anglais) – a video of the author giving a reading of her picture book.


N’oubliez pas de vous inscrire pour le concours des trois ans de la Bibliothèque de Sev!

Don’t forget to enter the give-away for my blog’s third anniversary!

12 réflexions au sujet de “Sophie et sa Courge (Sophie’s Squash) – Pat Zietlow Miller & Anne Wilsdorf (2015) (Fr-Eng)”

    1. Super! D’ailleurs on a planté des graines de courges ce weekend, dans un petit pot, sur notre balcon. J’ai essayé d’expliquer que c’était mieux au printemps, mais il a fallut faire comme Sophie! Planter les graines avant l’hiver! j’espère que ton fiston aimera ce livre autant que ma fille.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s