Classique/Classics, Contemporain/Contemporary, En anglais/in English, En français/In French, France, livres, Roman/Novel, USA

The Handmaid’s Tale (La Servante Ecarlate), Margaret Atwood – 1985 (Fr-Engl)

La servante écarlate(English in purple)

Tout le monde en parle, et contrairement à d’habitude, on dirait que tout le monde en parle pour de bonnes raisons. Des raisons féministes, des raisons de Trump, des raisons de « en fait ce n’est pas si loin », de « en fait ça pourrait arriver demain ». De bonnes raisons. J’ai englouti la série en trois soirées. J’ai fini le livre en deux nuits.

Everybody’s speaking about it, and for once it looks like it’s for some good reasons. Some feminist reasons, some Trump reasons, some « in fact it isn’t that far » and « in fact it could happen tomorrow » reasons. I binged watched the series and finished it in three nights. I binged read the book and finished it in two.


Résumé: Les Etats-unis, en proie à une insécurité, une perte des valeurs morale, et une infertilité grandissantes, subissent un coup d’Etat. Un groupe religieux fanatique revient à des valeurs plus traditionelles, de nouvelles loi régissent un pays qui s’appelle maintenant Gilead. Pour faire face à la crise de la natalité, les femmes fertiles sont mises au service des couples qui n’arrivent pas à avoir d’enfant. L’une d’entre elles se confie, et se souvient aussi de sa vie d’avant.

Story: The United Stated got through a coup, following a troubled period of growing insecurity, fertility problems and loss of moral values. This is a religious and military coup, and society goes back to a more traditional way of life. The country’s name is now Gilead. In order to solve the fertility problem they are facing, the few women that are still fertile are asked (and forced) to put their body to the service of the greater good, and go from childless family to another, to try and bear them a child. One of these women speaks up – and also remembers her previous life, before.

maids


Traduction: En français, le titre a été légèrement modifié: ce n’est plus « le dit de la Servante », mais « La Servante écarlate ». Je comprends ce choix et l’approuve 😀

Translation: In French, the title has been changed into « La Servante Ecarlate », which means « The Scarlett Handmaid ». It sounds better in French than the literal translation of ‘The Handmaid’s Tale » would.


Illustrations: Depuis 1985, il y a eu une myriade d’éditions. Je me suis concentrée sur celles en anglais. La couleur rouge y est, sans surprise, prédominante. On y voit les servantes en uniforme, qui parfois se transmettent des informations. Qui marchent deux par deux. Les allusions à la maternité sont subtiles: une feuille dans le ventre, ou des poires, fruit dont la forme rappelle un utérus. J’aime particulièrement l’illustrationn qui représente un oeuf à la coque. C’est une allusion subtile.

Cover art: Since 1985, the novel has been published and republished a thousand times. I focused on the illustrations of the English editions. Without much surprise, the colour red is predominant  in almost all illustrations. We can see handmaids in their uniforms, sometimes they are exchanging information. References to pregnancy are also depicted in subtle ways. The egg, the pears (reminding of the shape of a womb), the leaf in the womb. My favourite is the red egg with a cracked shell.


Mon avis: ayant visioné la série avant de lire le livre, je me demandais si j’allais être déçue. Je lisais partout que la série, en contre-exemple de ce qui se fait habituellement, était mieux que le livre. En fait ce n’est pas mieux, c’est différent. Le livre a été écrit comme une oeuvre qui se suffit à elle-même, alors que la série s’est ménagée des ouvertures pour une deuxième saison. Donc il y a des différences, mais le fond ET la forme correspondent.

My review: Since I watched the series before reading the book, I was wondering if I would be disappointed. I read everywhere that the series, for once, was much better than the book. In fact I wouldn’t say that it is better, it is just different because they both have different goals. The book was written as a one shot. The series is built in a way that allows more seasons to follow. So yes, the series has a bit more material to deal with. But otherwise, they’ve done a very fine job respecting the original work by Margaret Atwood. 

handmaids-tale-erin-mcguire-illustr
L’attente et la solitude de la Servante

On retrouve tout. Les flashbacks, la lutte contre la folie, l’attente. La passion. Le danger. Oh! le danger, palpable. On n’ose rien, on murmure, on ne bouge pas. L’autre jour il y avait un van noir devant mon immeuble, j’ai eu peur une minute, et puis je me suis rappelée que hum, pour l’instant en tout cas, on n’en n’est pas encore là.

Everything is there. Flashbacks, fighting to stay mentally sane, waiting. Passion. Danger. Oh! Danger, you can almost touch it. No daring to do or say anything. Walking on eggshells, testing the waters. Not moving. The other day, there was a black van in front of my building. I panicked for a micro second before I remembered that for now at least, this is not the society I live in.

The wall
Le mur sur lequel sont exhibés les dissidents exécutés

Je trouve que le livre explore plus l’ambivalence des sentiments de la servante Defred. Elle trouve une certaine sécurité dans son nouveau status, plus d’agressions sexuelles possibles, elle est protégée, comme le sont toutes les femmes, par la loi de Gilead. Pourtant elle est prisonière, n’est pas libre de faire ce qu’elle veut. Elle regarde avec dégout des touristes aux pieds étranglés dans des sandales, se souvient de la douleur de porter des talons. Est heureuse de ne plus avoir à se plier à ces jeux de séduction. Est malheureuse de ne plus pouvoir séduire.

I find that the book goes deeper into the exploration of the handmaid Offred’s ambivalent feelings. She does enjoy the relative safety of her new status. No more sexual aggression, she is protected, as all the women of Gilead are. But still, she’s a prisoner. She is disgusted by the foreign tourists who come to visit Gilead. The women’s feet are trapped into painful heeled sandals. She remembers how painful it was to wear heels. She is happy that she doesn’t have to try and seduce. She is sad that she cannot seduce anymore.

0319-BKS-Atwood-COVER-videoLarge
la force des servantes

Elle doit maitriser son esprit, contrairement à Janine, qui se laisse gagner par une folie douce. Qui n’arrive pas à lutter, à rester lucide. La servante se laisse aller à se remémorer le passé quand elle est seule. Elle trouve réconfort et chagrin dans les images du passé, de sa vie avec son mari et sa petite fille. Elle se réveille dans son cauchemard, ne sachant pas s’ils sont morts ou vivants. N’ayant pour espoir que celui de survivre, pas de vivre.

She must keep control of her mind. Not like Janine, who lets madness take control. Who cannot fight it, who is too weak to face the reality of their new life. The handmaid can only remember the past when she is alone. She finds comfort and sadness in these memories of her husband and daughter. She wakes up and she lives her nightmare. She doesn’t know if they are dead or alive. Her only hope is to survive, not to live.

After
Après la cérémonie: Le commandant se rajuste, tandis que la Servante reste alongée sur le lit, et l’Epouse pleure son malheur.

 

J’ai beaucoup aimé sa relation avec Nick, le chauffeur, que ce soit dans la série ou dans le livre. C’est un personnage ambivalent mais profondément humain. Dans le livre, il est clair que c’est lui qui sauve la servante, certainement pour se sauver lui-même. Dans la série, c’est moins clair.

I liked her relationship with Nick a lot, both in the series and in the book. He is an ambivalent character, but he’s deeply human. Like her, he tries his best to keep his head out of the water. In the book, it is quite clear that he is the one saving the handmaid. In the series, it isn’t as clear.

 

La servante trahit-elle son mari en faisant l’amour avec Nick? En établissant une relation avec son Commandant? Tant que les relations sexuelles étaient commandées, cela ne lui posait pas de problème moral. Mais maintenant que des relations humaines, et non plus fonctionelles, se mettent en place, la servante est troublée.

Is the handmaid being unfaithful to her husband when she makes love to Nick? By establishing a relationship with her Commander? As long as sexual encounters were commandments, rules she had to follow, it wasn’t a moral problem for her. But when human interaction, feelings, start to emerge, the handmaid is not sure anymore. She’s troubled.

Serena Joy 2
la solitude de l’Epouse, en bleu virginal.

 

Le Commandant, ainsi que sa femme Serena Joy (« quel nom ridicule », dira-t-elle), représentent l’élite de cette nouvelle société, dont le code couleur régit les fonctions des êtes. Bleu Madonne pour les Epouses, Noir pour les Commandants, Rouge Sang pour les servantes reproductrices, et un brouillard gris pour le reste.

The Commander and his wife Serena Joy (« what a stupid name », says the handmaid) are the elite of this new society, in which the social status of each member is determined by the colour they wear. Virginal Blue for the Wives, Black for the Commanders, Blood Red for the fertile Handmaids, and a blur of grey for anyone else.

Jezebels
Transgression des règles établies: le Commandant emmène la Servante dans un bar clandestin.

Le Commandant et sa femme sont l’exemple et le contre-exemple. Ils ont mis en place cette société eux-mêmes. Pourtant ils en bafouent les codes. Elle fume des clopes de contre-bande. Il veut connaitre la fille qu’il est censé engrosser, au lieu de la laisser réduite à sa seule fonction de réceptacle fécond. Ils brisent les règles qu’ils ont eux-mêmes établies. Quelle hypocrisie.

The Commander and his Wife are the example to follow, and also exactly its opposite. They are supposed to be perfectly happy in this new social order they’ve implemented, but they break the rules. She is smoking black market cigarettes. He wants to know the girls he fucks, instead of keeping them in their place as a fertile vase. They both break the rules they’ve helped implementing. So much hypocrisy.

Moira
Moira, l’amie, la rebelle, la battante.

Et puis il y a Moira. La battante, la lesbienne, l’empêcheuse de tourner en rond, la provocatrice. Celle qui a toujours une nouvelle carte à abattre. La meilleure amie. Dans le livre, elle est finalement brisée, et on ne la reverra jamais. On ne sait pas ce qu’il advient d’elle, on suppose qu’elle meurt. Dans la série, elle se relève. Bitch. Je veux croire au dénouement de la série pour elle.

And then Moira. The fighter, the lesbian, the one who’s always trying to go further and deeper. The one who will never give up. The best friend. In the book, she is finally broken, and we will never see her again. We don’t know what will happen to her, we can only guess, and my guess is that she dies. In the series, however, she fights back. Bitch. I want to believe to this issue for her character.

La société toute entière est régimentée par la loi. Chaque acte posé l’est parce que la loi l’ordone ou l’autorise. Mais ce qui devait être un Paradis sur Terre ne l’est pour personne. C’est une théocratie-tyranie.

The whole society is ruled by this new order of law. Everything that they do is done because the law says they should. But what should have been a Paradise on Earth has become Hell for everyone. It is a theocratic tyranny.

HDT_13500351811
« Under His Eye »

 

Le roman et la série font peur, car cela semble réel. On dirait que cela pourrait arriver bientôt. Il est temps de s’interroger sur notre société. La « vieille » société avait ses travers, qui se sont traduits par de l’insécurité et une baisse drastique de la natalité. C’est déjà le cas dans nos sociétés modernes. Les ovaires polycystiques, l’endométriose, ça vous dit quelque chose?

The novel and the series are both frightening, it seems so real. It seems like it could happen, soon. It is high time to reflect on our society. The « old » society has its bad sides, they translated into insecurity and infertility. This is already the case in our society. Polycystic ovary syndrome, endometriosis… does it ring a bell to you?

the-handmaids-tale
The handmaids

Margaret Atwood a écrit une postface très intéressante, dans laquelle elle explique qu’elle n’a utilisé que des faits ayant déjà été commis par l’humanité. C’est un miroir qu’elle nous tend. Regardez, comme on est moches!

Margaret Atwood wrote a very interesting postface, in which she explains that she only used things that humans had already done in the past for her novel. It is a mirror. Look, we’re ugly!

Alors, comment faire pour éviter de glisser? Comment éviter l’avèmenet de Gilead?

So, how can we avoid slowly sliding towards a disaster? How do we act to stop Gilead for ever happening?

Nolite te bastardes carborundorum


Margaret AtwoodL’auteure: Margaret Atwood est née le 18 novembre 1939 à Ottawa, au Canada. En 1961, elle est diplomée d’anglais, avec en option le français et la philosophie. Elle étudie ensuite à Harvard. Margaret Atwood a écrit de nombreux romans qui ont remporté des prix. Vous pouvez visiter son site (en anglais) pour en apprendre plus sur elle et son oeuvre.

The writer: Margaret Atwood was born on November 18th in Ottawa, Canada. In 1961, she majors in English, with French and philosophy as minors. She then studied in Harvard. Margaret Atwood wrote many books, some of which got prizes. Have a look at her website to learn more about her and her books.


Produits dérivés: la série qui bat actuellement tous les records!! Il y a aussi eu un film en 1990.

By-products: the super successful TV series, and there was also a movie made in 1990.

Je n’ai pas vu le film, par contre j’ai dévoré la série. Comme dit ci-dessus, la série élargit l’histoire et l’enrichit, car le but est de continuer au delà du roman. Il y a quelques changements mineurs, mais qui ne m’ont pas dérangés.

I haven’t seen the movie from 1990, but I binged watched the series. As said above the series widens the story and make it possible to continue with another season, beyond the novel. There are a few minors changes to the story line, but they didn’t bother me. Maybe because I watched the series before reading the book.

Le seul changement qui donne vraiment une dimension différente, c’est l’âge du Commandant et de Serena Joy. Dans le livre, ils sont âgés. Il a les cheveux blancs et il est décrépi. Elle a le visage qui s’affaisse et marche à l’aide d’une béquille. Ils sont clairement d’une génération différente de la Servante. Dans la série, ces personnages sont interprétés par des acteurs d’une quarantaine d’années, encore beaux. Cela fait une grande différence pour moi.

The only change that has a real impact was, for me, the age of the Commander and his wife Serena Joy. In the book, they are a bit old already. He has white hair and wrinkles. Her face is puffy and falling, she needs a stick to walk. They are obviously a generation older than their Handmaid. In the series, the actors are in their 40s and very good looking. It made a big difference for me.

HDT_13500351810
Partie de Scrabble avec un vieux monsieur (et non pas un beau gosse)

Dans le livre, on se dit que de toute façon, le Commandant et Serena Joy sont trop vieux pour avoir un enfant. Ils ont du essayé, mais ils sont « périmés », pour ainsi dire. Dans la série, ils sont jeunes et ont clairement renoncé à essayer d’avoir un enfant par eux-mêmes.

In the book, it seems that anyway, the Commander and Serena Joy are too old to have children. They might have tried, but it’s too late for them. In the series, they are still young, but they’ve given up trying by themselves.

Le livre se concentre plus sur les sentiments contradictoires de la servantes, alors que la série développe le contexte et l’enrichit. Cependant la série a su retransmettre fidèlement les conflits intérieurs de la Servante et ses souvenirs.

The book is more an exploration of the Handmaid’s feelings, while the series broadens the context and bring more elements to it. But the series is very faithful to the original novel and they did a great job on exploring the Handmaid’s contradictory feelings and memories.

La bande son Rock’n’roll vient souligner la rebellion intérieure de ces femmes, qui semblent soumises, mais qui n’ont pas renoncé à s’échapper.

The rock’n’roll soundtrack is an illustration of the rebellion of the Handmaids, who might appear to be submissive, but who are nonetheless looking for a way to escape.

20 réflexions au sujet de “The Handmaid’s Tale (La Servante Ecarlate), Margaret Atwood – 1985 (Fr-Engl)”

    1. Oui, elles sont belles ces couvertures, n’est-ce pas? Si j’avais fait un tour d’horizon de TOUTES les éditions jamais parues, je crois qu’il aurait fallut y consacrer un article en entier :p
      Super que l’on partage le même ressenti. J’avais vraiment peur d’être déçue, je n’osais pas ouvrir le livre. Aucun regret!
      Et merci beaucoup pour le compliment, ça fait plaisir 😀

      J'aime

  1. Superbe chronique ! Moi qui rechignais à voir la série après avoir lu le livre (parce que je craignais qu’elle soit encore plus anxiogène que le livre), je pense que je vais m’y mettre pour compléter l’expérience.
    Juste une petite précision : Moira réapparaît dans le livre, lorsque Defred est emmenée à la soirée par le Commandant, elle la retrouve là-bas. Moira lui raconte ce qui lui est arrivé et qu’elle est désormais une prostituée (normalement interdit par Gilead, mais il en existe, cachées, et leurs clients sont des étrangers ou des Commandants – l’hypocrisie du pouvoir, comme tu l’as souligné dans ton article).
    J’ai trouvé que le livre était un petit chef-d’oeuvre, qui fait froid dans le dos, mais d’une importance majeure. Il devrait être étudié en classe, je trouve, tant il met en garde sur la fragilité du droit des femmes, sur la fragilité de la démocratie, etc.

    J'aime

    1. Effectivement ma référence à la disparition de Moira, j’aurais dû le préciser, se situe après le passage chez Jezebel. Dans le livre, ça s’arrête là pour elle. Dans la série, il y a une ouverture pour elle… mais je n’en dirai pas plus!
      La série est anxiogène, je ne vais pas te mentir. Elle est très fidèle au livre mais brode sur certains aspects et personnages juste effleurés dans le livre.

      Aimé par 1 personne

        1. Disons que c’est la même histoire, mais la série ménage une ouverture pour entamer une deuxième saison, et Moira semble en faire partie… voilà tout ce que je peux te dire sans trop en dévoiler 🙂 Mais la série est vraiment très bien. Faudra voir ce qu’ils vont faire pour la saison 2, au delà du roman, donc.

          Aimé par 1 personne

        2. C’est sur que c’est pas une jolie petite histoire du soir… peut-être que tu pourrais regarder ça en vacances? En même temps la série donne un espoir par rapport au livre. Je n’en dis pas plus!

          Aimé par 1 personne

  2. Chronique toujours aussi complète, je suis ravie de l’avoir lu avant de me lancer dans le roman (puis la série !) Tu as raison, c’est beaucoup beaucoup plus sombre que le dernier jardin, mais ce livre m’attire vraiment. Je me doutais pas qu’il était aussi vieux ! Et je trouve ça fascinant que l’autrice ait utilisé que des faits déjà perpétrés par l’humanité… ça donne froid dans le dos !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s