Classique/Classics, En anglais/in English, En français/In French, Italie/Italy, livres, Roman/Novel, Romance

L’Abesse de Castro (The Abbess of Castro), Stendhal


Un petit livre choisi au hasard dans une boite à livres, à cause du nom de l’auteur (ça ne fait jamais de mal, de lire des auteurs classiques), et utilisé comme « livre de toilettes ». Une bonne découverte, même si j’ai mis du temps à entrer dedans.

This was a tiny book that I picked in a book box, because it is by a classical French writer (reading classical authors is always good, isn’t it?). It took me some time to get into it, but then I really enjoyed it.

L’histoire – Story

Dans l’Italie du 15è siècle, en pleine Renaissance, Hélène Campireali et Jules Branciforte sont amoureux. Mais Hélène est une jeune fille de bonne famille, alors que Jules est fils de brigand. La famille d’Hélène, en particulier son père et son frère, voient d’un mauvais oeil cette amourette.

In 15th century Italy, Elena Campireali and Giulio Braciforte are in love. Alas, Helene is from a rich family, while Jules is the son of a brigand. Helene’s father and brother disagree with her choice of lover.

Lorsque, lors d’une bataille, Jules abat le frère d’Hélène, partisant de l’autre camp, leur amour devient voué à l’échec. La famille d’Hélène et la jeune fille elle-même ne peuvent se réconcilier avec le fait que Jules soit l’assasin du frère d’Hélène.

During a battle in which they fight on opposite camps, Giulio kills Elena’s brother. From then on, their love is doomed. Helene’s family, and Helene herself, cannot reconcile themselves with the fact that Jules is the murderer of Helene’s brother.

La mère d’Hélène envoie la jeune fille au couvent de Castro, pour la protéger de Jules et de ses « mauvaises intentions ». Jules vient lui parler en cachette au couvent, lui démontrant que la mort de son frère était un accident de bataille et non un assassinat prémédité. Hélène se laisse à nouveau séduire par Jules, et ce dernier organise de l’enlever pour pouvoir l’épouser.

Elelna’s mother sends her daughter to the convent of Castro, to protect her from Giulio and his « bad intentions ». But Giulio manages to speak to Elena in secret at the convent, and explains that her brother’s death was an unfortunate accident in the heat of the battle, and not cold blood murder, like Elena’s family seems to believe. Elelna is, again in love with Giulio. He plans to kidnap her from the convent and elope with her.

Malheureusement l’enlèvement tourne mal et Jules est blessé. Il doit s’enfuire sans Hélène. La mère de la jeune fille lui fait croire que son amoureux est mort. Déespérée, Hélène ne veut plus retourner à la vie mondaine et décide de rester au couvent de Castro, se faisant loger en face de la pelouse sur laquelle le sang de son bien aimé à coulé lors de sa tentative d’enlèvement.

Unfiortunetely, things don’t go as planned and Giulio is wounded. He must flee without Elena. Her mother lies to Elena, and tell her that Giulio is dead. Desperate, Elena refuses to go back to her life at home and decides to stay at the convent of Castro. She asks to have a room overlooking the patch of grass on which Giulio’s blood was shed when he tried to kidnap her from the convent.

Ready to kidnap Helene from the Convent of Castro and elope with her

Jules, lui, est envoyé en Espagne sous un faux nom par le chef des brigands, et devient assez célèbre pour ses exploits. La mère d’Hélène a comploté avec le chef des brigands pour que Jules croit qu’Hélène le déteste.

But Giulio isn’t dead. He is sent to Spain under a false name by the chief of the brigands, and becomes very famous. This is all of Elena’s mother doing: she plotted with the chief of the brigands to send Giulio away, so that Elena would believe him dead.

Dix années passent. Jules a mis toute l’énergie de son désespoir amoureux dans ses missions espagnoles. Hélène, elle, brigue le poste d’abesse du couvent de Castro, juste pour faire chier certaines soeurs qui lui tapeint sur le bourricot. Poste qu’elle obtient grâce à sa mère, qui la fait pistonner.

Ten years have passes. Giulio put all of his despair into his Spanish missions. Elena, still living at the convent, wants to be named Abbess just to piss off some sisters whom she doesn’t like. Remember that Elena isn’t a nun, she’s just living in the convent as a guest, so in theory she cannot become abbess. Nevertheless, her mom, who loves her dearly, make it happen for her. Talk about being a spoilt and bitter girl!

Mais Hélène s’ennuie dans sa vie. Lorsque l’évêque du coin, un bel homme à qui toutes les bonnes soeurs font les yeux doux, tombe amoureux d’elle, elle le méprise. Et puis elle se dit que pourquoi pas gouter, elle aussi, aux plaisirs de l’amour charnel.

But still, Abbess Elena is a bit bored with her life. When a new young handsome bishop arrives, and falls for her, Elena feels only disdain for him. Still, bored as she is, she thinks that she, too, could try the pleasures of the flesh with someone who loves her.

Helene stays at the Convent of Castro with her mother

Evidemment, elle tombe enceinte. Evidemment, tout cela est ébruité, malgré toutes les précautions prises. Hélène est emprisonnée, jugée, et condamnée. Mais sa mère a plus d’un tour dans son sac, et fait creuser un tunnel pour que la jeune femme puisse s’échapper.

Of course, the abbess gets pregnant. Of course, all of this if found out, despite all the precautions taken by Elena. She is jailed, judged and sentenced. But her mother, who loves her so much she’d do anything to keep her daughter with her, pay people to dig a tunnel to Elena’s prison cell to escape.

Hélas, Jules est de retour, et la nouvelle parvient aux oreilles d’Hélène. Dégoutée des bassesses auxquelles elle s’est livrée, elle écrit à son amoureux une longue lettre dans laquelle elle lui confie ses péchers et qu’elle est indigne de son amour, puis se plante un poignard dans le coeur. The end.

But Giulio is back in town, and looking for her. When Elena learns that her lover isn’t dead, she writes him a long letter, explaining that she isn’t worthy of him because she went so low. She then proceeds to stab herself in the heart with a dagger. The End.

Mon avis – review

Je ne connais pas du tout l’oeuvre de Stendhal, à part Le Rouge et Le Noir, lu quand j’étais ado, et auquel je n’avais pas spécialement accroché. Du coup je n’ai jamais rien lu d’autre de Stendhal. Ce livre est ultra court, je me suis dit que je ne prenais pas grand risque.

I don’t know anything about Stendhal and his books. I read The Red and The Black when I was a teenager and don’t remember much about it. And so, until now, I hadn’t read anything else by him. This book is super short, so I thought it would be easy.

Et pourtant, les premiers chapitres ont été laborieux. L’auteur, qui écrit au 19è siècle, explique qu’il a traduit un manuscrit datant du 16è siècle, et s’emploie à expliquer les différences entre la France, dont il est originaire, et l’Italie, où se déroule l’histoire. Il explique notamment que les brigands italiens de la Renaissance jouissent d’un grand prestige et sont bien considérés par les populations locales. On les voit un peu comme des sortes de Robin des Bois.

And still, I found the first chapters really long and boring. The author, writing during the 19th century, explains that he translated an old manuscript from the 16th century, and tries and explains all the differences between 19th century France and 16th century Italy. He especially talks about Italian brigands during the Renaissance, who benefit from a good reputation despite being outlaws. Kind of like Robin Hood.

Bien qu’à postériori, je comprenne l’intérêt de cette « introduction », elle m’a semblé longuette.

I do understand why we need all these explanations, but they seemed soooo long, and boring.

L’histoire de Hélène et Jules est classique et très Roméo et Juliette. Il est pauvre mais beau et plein d’esprit, elle est belle et riche. Ils tombent amoureux en un regard, sans s’être jamais parlé. La famille de la jeune fille s’oppose à cette union avec un « pauvre », qui plus est, un fils de brigand.

Elena and Giulio’s story is very classical and reminded me of Romeo and Juliet. He is poor but handsome and clever, she is rich and beautiful. They fall for each other, without ever having spoken a word (who else is rolling their eyes? right??? anyway…). Elena’s family disapproves because Giulio is poor and son of a brigand.

J’ai apprécié la sincérité de Jules, qui veut faire les choses bien. Tremblant, il révèle à sa douce qu’il est fils de bringand, et pauvre. Après le choc, Hélène ne l’en n’aime que d’aventage.

I loved Giulio’s sincerity. He wants to do things right and is very honest. He fears that Elena will reject him when he reveals that he’s the son of a brigand, and poor, but still, he tells her. Elena is shocked by the revelation, but loves him even more for his honesty.

Cependant, une boutade du père de la jeune fille, qui le traite de mendiant tant il est pauvre, va lancer le jeune homme sur les traces de feu son père. Le brigandage, en voilà un moyen rapide de se faire une petite fortune 😉

But a bad joke from Helene’s father, calling Giulio a beggar because of his simple clothing, will launch the young man in the footsteps of his outlawed father. Isn’t robbery the fastest way to become rich, and thus impress Elena’s father?

Les amoureux sont vraiment choux, j’ai adoré leur idylle. Ils doivent se cacher des hommes de la famille d’Hélène, qui désapprouvent leur amour.

The lovebirds are very cute. I loved their love story. They must hide to be happy.

La mort du frère d’Hélène lors d’une bataille entre l’armée régulière et les brigands précipite tout. Hélène est déchirée entre sa famille, qui pleure son frère, et son amoureux.

The death of Elena’s brother during a battle between the regular army and the brigands makes everything worse. Elena is torn between her family and her lover.

Sa mère est une biatch :p excusez moi du terme, mais c’est une manipulatrice qui, sous couvert d’aimer sa fille, contrôle sa vie afin que la jeune fille reste près d’elle. Mensonge, piston, elle ne recule devant rien pour sa fille chérie. Une vraie mère toxique, qui se fait passer pour une victime et cède aux caprices de sa fille quand ça l’arrange.

Her mom is such a biatch :p excuse the language, but honestly! Such a manipulative woman!! She pretends that she loves her daughter, but in fact she does everything to keep her to herself. She lies and controls everything so that Elena can stay with her. Super duper toxic mother, pretending to be a victim when convenient.

Je n’ai pas compris pourquoi la rencontre, l’idylle puis l’épisode du couvent, qui doivent couvrir peut-être une année tout au plus, prennent les 3/4 du bouquin; alors que les 12 années suivantes sont expédiées en vitesse.

I didn’t understand why the « first » part of the book, which includes Elena and Giulio’s meeting, their falling in love and then the convent episode, make up for 3/4th of the actual book, when it all happens in a year or less. The next 12 years make up 1/4th of the book and seem to be written in a hurry.

J’ai lu que le livre avait été commencé avant la Chartreuse de Parme, puis interrompu pour rédiger La Chartreuse, et puis fini. C’est peut-être ça. Stendhal s’est interrompu en millieu d’écriture et a mis tout son génie créatif dans la Chartreuse. Après il n’en restait que des miettes pour finir L’Abesse de Castro.

I read that this book was started before The Charterhouse of Parma, then interrupted to write The Charterhouse, and then picked up again to be finished. I guess this is the reason why. Stendhal started nicely, then put all of his inspiration into The Charterhouse, and then remembered « oh ah, I have this other very similar story to finish, let’s quickly get don with it ». Duh!

Car non seulement les faits sont expédiés, mais on change aussi de point de vue. On est maintenant extérieur à Hélène, alors qu’avant on savait tout de ses sentiments. On est observateur. Le coup de l’evêque qui l’engrosse? On ne sait pas vraiment ce qui se passe jusqu’à la lettre qu’elle écrit à Jules avant de se suicider.

In this second part, in which everything goes too fast, the point of view changes as well. In the first part, we knew all about Elena’s thoughts and feelings. We were « in her head ». This second part is just a mere description of fact from an outsider point of view. The only thing that « helps » a bit understand what happened is the suicide letter that Elena leaves to Giulio before stabbing herself.

C’est dommage, cette deuxième partie expédiée. Ca aurait pu être bien.

Such a waste, this second part. Could have been interesting and great.

C’est donc un roman très poignant, écrit dans un style qui peut rebuter un peu, mais une fois que l’on est dedans, plein de choses s’y passent. Beaucoup d’émotions entre nos deux tourtereaux. Beaucoup de suspense, avec des scènes de bataille, d’enlèvement, mais aussi d’amour pur. On en apprend pas mal sur le brigandage en Italie au 16è siècle, même si on se passerait de certains détail techniques (on sent la fascination de l’auteur pour ces célèbres brigands). Quel dommage que la fin en ait été bâclée.

In a nutshell: it is a great love story, with lots and lots of suspense. The writing style can be a bit surprising, but once you’ve past this, it’s a great novel. The pure love of Helene and Jules is truly beautiful. We learn a lot about Italian brigands in 16th century’s Italy (maybe a bit too much?). What a pity that the author didn’t develop the second part of the novel as well as the first.

L’Auteur – The Author

Henri Beyle, dit Stendhal

Marie-Henri Beyle, né le 23 janvier 1783, décédé le 23 mars 1942, mieux connu sous son nom de plume Stendhal, était un écrivain français du 19è siècle. Il est connu pour ses romans Le Rouge et le Noir (1830) et La Chartreuse de Parme (1839). Il joui d’une grande considération quant à l’analyse précise de la psycologie de ses personnages, et est considéré comme l’un des premiers praticants du réalisme.

Marie-Henri Beyle (23 January 1783 – 23 March 1842), better known by his pen name Stendhal,was a 19th-century French writer. Best known for the novels Le Rouge et le Noir (The Red and the Black, 1830) and La Chartreuse de Parme (The Charterhouse of Parma, 1839), he is highly regarded for the acute analysis of his characters’ psychology and considered one of the earliest and foremost practitioners of realism.

Produits dérivés – Byproducts

Un film, réalisé en 1974, avec Barbara Bouchet dans le rôle-titre

A movie was released in 1974 with barbara Bouchet as Helene Campireali

Une série italienne, Il Falco e la Colomba (Le Faucon et la Colombe), librement inspirée du roman de Stendhal.

A more recent Italian TV series, called Il falco e la Colomba (The Hawk and the Dove), was released by RTI. It is freely adapted from the novel.

Pour voir le premier épisode/towatch the first episod:

Cliquez ici/click here

5 réflexions au sujet de “L’Abesse de Castro (The Abbess of Castro), Stendhal”

    1. Il faut dire que le matérieau de base est lui-même très stéréotypé. Par contre c’est dommage que tu te sois ennuyé, car kl’histoire comporte tout de même beaucoup de rebondissements. Peut-être que l’adaptation en série TV n’était pas à la hauteur, car je ne me suis pas du tout ennuyée à la lecture.

      Aimé par 1 personne

Répondre à Sev Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s