Adulte/Sexy, Bande dessinée/Comics, Chick Lit/littérature féminine, Contemporain/Contemporary, Danse/Dance, Féminisme/Feminism, Japon/Japan, Jeune Adulte/Young Adult, livres, Manga 漫画, Romance

Kimi Wa Petto (Au Pied Chéri! / Be My Pet) – OGAWA Yayoi

Sumiré, une jeune femme de 28 ans carriériste, trouve devant sa porte un jeune homme inconscient. Elle décide de le soigner, mais contre toute attente, il refuse de quitter son appartement. En rigolant, Sumiré lui dit qu’il peut rester s’il devient son animal de compagnie. C’est le début d’une relation inhabituelle entre Sumiré et celui qu’elle appelle Momo.

Sumire, a 28 year old carrer woman, finds an unconscious young man on her door step. She takes him in to nurse him, but after having been fed and nursed, he refuses to leave her apartment. As a joke, Sumire says that he can stay as a pet. It is the beginning of an unconventional relationship between Sumire and the young man whom she calls Momo, after the dog she once had.

Cet été, je me gave de mangas et de dramas asiatiques. Etant devenue fan inconditionelle de l’acteur et chanteur japonais MATSUMOTO Jun (comment ça, je me répète??), j’ai été agréablement surprise de constater qu’il avait joué le rôle de Momo dans l’adaptation en drama du manga Kimi Wa Petto (littéralement « sois mon animal de compagnie »), que j’avais lu lors de mes années fac, donc il y a environ 15 ans (faites le calcul, je suis « vieille » :p ). Ayant fini le drama, j’ai immédiatement voulu relire le manga 😉

This summer, I am binge reading manga and binge watching dramas. As I’ve totally fallen for Japanese actor and singer MASTUMOTO Jun, I was very happy to see that he played Momo in the drama version of manga Kimi Wa Petto (literally « Be My pet ») that I read when I was in university, some 15 years ago (yeah I’m « that » old :p). I watched the drama, and it only made me want to read the manga again… so I did 😉


Mon avis – Review

Je me souviens avoir passé des heures après les cours au Virgin Megastore, adossée au rayon manga, lisant les aventures de Sumiré et Momo/Takeshi. C’est donc avec émotion que j’ai réouvert ces volumes (au sens figuré, vu que cette fois j’ai lu des scans sur mon téléphone tout en allaitant mon bébé).

I remember spending long hours after class at my local Virgin Megastore reading teh adventures of Sumire and Momo/Takeshi. More than a decade after, it is with lots of emotion and anticipation that I got to read them again, this time on my phone and in the dark while breastfeeding my baby.

bouche pulpeuse – big lipped mouth

Parlons tout d’abord des dessins, qui sont peu conventionels dans l’univers des mangas: on a des visages que je trouve un chouia plus réalistes que d’habitude. On a toujours des grands yeux (donc ça c’est pas réaliste du tout au Japon :p ), mais ils sont vraiment très travaillés, surtout au niveau des cils de le l’iris. La grande révolution vient de la bouche des personnages, qui sont tous dessinés avec des lèvres pulpueuses. C’est un peu bizarre au début, mais on s’y habitue rapidement. La proportion des visages est aussi beaucoup plus réalistes que dans certains mangas, où les yeux bouffent plus de la moitié du visage des personages.

First thing first, the art: it is quite unconventional in manga art to have characters drawn with big lips, which makes them a bit more realistic than conventional manga characters with gigantic eyes and a super small mouth. The eyes are still quite big (too big for Japanese eyes anyway), but more in proportion with the rest of the face. There is a lot of work going there, with the eyelashes and the irises. It takes a bit of time to get used to these juicy lips but it makes the characters much more sensual, which fits the story.

L’un des personages est danseur, et donc il y a des scènes de danse. Elles sont juste BELLES. Magnifiques. Les corps sont vraiment magnifiés, en quelques coups de crayons simples mais efficaces. Pas de chichi, juste ce qu’il faut de détail.

One of the character is a dancer, and OMG the dance scenes are just beautifully drawn. With just a few strokes, Ogawa makes bodies jump and twirl. Perfect.

Momo/Takeshi – the dancer

Les arrières plans sont bien travaillés aussi, ce qui est plutôt agréable. Ce n’est pas juste du remplissage d’arrière plan, il y a une vraie recherche (bonjour la Grand Place de Bruxelles, par exemple) et cela rend les scènes encore plus réelles.

Backgrounds also get special attention, which is quite enjoyable. Hello Brussels’ Grand Place, you are magnificent! It makes it even more real.

L’histoire est destinée à des jeunes femmes actives, approchant la trentaine. C’est certainement pour cela que les dessins sont aussi réalistes. On est loin des Card Captor Sakura et autres Sailor Moon, le trait est plus mature.

The story is for young working women between 25 and 35 yo. That is most likely the reason why the art is quite realistic. We’re quite far from Card Captor Sakura or Sailor Moon, content and art are more mature.

De ce fait, on a aussi pas mal de scènes sexy, sans verser dans la pronographie. Cela rend aussi le manga proche de la réalité (oui, à 28 ans, on s’envoie en l’air :p ) et permet de s’identifier avec Sumiré, notre héroïne.

That is why there are also quite a lot of sexy moments, but it never turns into porn. It makes the manga realistic: at 28 yo, women do have sex 🙂

Momo/Takeshi, Sumire, Yuri + Ran, Hasumi, Fukushima

Passons maintenant à l’histoire en tant que telle. Le postulat de départ est un peu loufoque, mais si on passe outre, on a le droit à une très jolie histoire. Il y a plusieurs axes intéressants dans Kimi Wa Petto: l’amitié, l’amour, la pression de la société japonaise, les relations-hommes-femmes…

Now for the storyline. The encounter of Momo and Sumire is a bit bizarre, but if accept it, it opens the door to a beautiful story. There are many interesting themed dealt with in Kimi Wa Petto: love of course, friendship, the pressure of Japanese society, relationships between men and women…

Le Japon est une société très codifiée dans laquelle chacun a une place et doit faire en fonction de ladite place. Sumiré excelle dans son job, elle s’est taillé la part du lion à la force du poignet en étudiant d’arrache-pied, réussissant ainsi les concours d’entrée dans de prestigieuses universités au Japon et à l’étranger. C’est donc un « bon petit soldat », qui fait ce que l’on attend d’elle.

Japan society is highly codified and everybody has a role they must play. Sumire is a perfect example: she is excellent in her job, made herself relevant because she’s hard working, and graduated from the most prestigious universities of Japan and the US. She’s a « good soldier », doing what she’s expected to.

Pourtant, ses études brillantes et sa carrière fulgurante ne lui ont pas appris comment gérer ses émotions, et c’est presque une ado à ce niveau là. Elle perd tous ses moyens et essaie de se conformer à l’image de la petite amie parfaite que la société lui renvoie. Sauf que ça ne colle pas à sa personalité et que ça l’épuise de jouer ce rôle. Comme le lui fait remarquer sa meilleure amie Yuri (un personnage que j’adore), elle ne peut même pas fumer devant son mec, Hasumi, de peur de lui déplaire, alors que Sumiré est complètement accro à la clope (vive le cliché du journaliste qui écrit dans son bureau enfumé :p ).

But her brilliant studies and career didn’t teach her how to deal with her emotions, she’s almost a teenager when it comes to love. She think she must be the perfect girlfriend as per society’s requirements and cannot be herself when she’s with the man she loves. But it doesn’t suit her personality and it’s a huge effort for her, leaving her totally exhausted every time she meets her boy friend Hasumi. As her best friend Yuri (one of my favourite character of the manga) points out: she doesn’t even dare to smoke in front of him when in fact she’s a chain smoker!!

Sumiré à la maison avec une clope et son « chien » Momo – Sumire at home with a smoke and her pet

Momo, son animal de compagnie humain, nommé d’après le chien que Sumiré avait quand elle était petite, joue le rôle de soupape. Quand Sumiré a eu une grosse journée au boulot, elle se détend en calinant Momo et en lui lavant les cheveux, ou en chahutant avec lui (et en lui faisant accessoirement des prises de catch). Idem après des rendez-vous stressants avec son amoureux.

Momo, her human pet, named after the dog she had when she was little, is like her safety valve. When she’s had a hard day at work, Sumire relaxes by petting Momo’s hair, hugging him, washing his hair or playing catch with him. Same goes after stressful romantic encounters with her boyfriend Hasumi.

Le fait que Momo soit humain est complètement oblitéré par Sumiré, et le jeune homme accepte cela d’abord pour avoir un logement, puis par amour pour celle qu’il appelle sa « maitresse » (dans le sens « propriétaire du chien », pas dans le sens « amante », hein :p ). Avec Momo, Sumiré peut être elle-même, puisque c’est son « chien »: il l’attendra toujours à la porte pour lui faire la fête quand elle rentrera du travail, et l’aimera inconditionellement.

Sumire doesn’t see Momo as a human being at all, and the young man accepts it at first because he needs a place to stay and food in his tummy, and later because he’s fallen for her. With Momo, Sumire can be herself because he’s just a pet: he won’t judge her and will always happily be waiting for her at the door when she comes back from work, loving her unconditionally.

On voit bien où cela va nous mener: un petit ami charmant mais pour lequel Sumiré se met une pression de malade, et un jeune homme déshumanisé devant lequel Sumiré peut être elle-même. Il faudra quelques volumes à notre héroïne (et deux ans dans le manga) pour qu’elle se rende compte de qui elle est véritablement amoureuse.

Now you can guess easily what’s coming: a charming boyfriend who stresses her the hell out; and a young man deprived of his human condition with whom she can be herself. It will take quite a few chapters for Sumire to realise whom she really loves (and two years in the manga).

C’est Momo qui prendra les devants en « démissionant » de son rôle de toutou pour redevenir humain, mettant Sumiré au pied du mur quand aux sentiments qu’ils ont développé l’un pour l’autre lors de ces deux ans de colocation, mais ne lui forçant jamais la main. Symboliquement, il coupe ses cheveux, qu’il portait jusque là mi-long et que Sumiré caressait comme on caresse la fourure d’un chien. « Adieu Momo », l’un des moments les plus émouvant pour moi, car c’est un point de non-retour dans la relation entre les deux personnages.

Momo is the one who will break the cycle by « quitting » being her pet and becoming human again. He makes Sumire realise that over the course of their two years of being ‘roomates », they’ve become much more than just pet and owner to each other. However, he never forces her to anything (at this stage at least :p ). To mark this new beginning, he cuts his hair, the hair that Sumire used to pet to relax. « Goodbye Momo » is one of the most charged moment of the manga because it marks a turning point in Takeshi and Sumire’s relationship.

Quand Momo envoie valser son collier pour redevenir Takeshi / When Momo gets rid of his collar to become Takeshi once more

Je dois dire que Hasumi, le petit ami de Sumiré, m’a vraiment fait de la peine. Il n’a rien demandé à personne, il est juste amoureux de Sumiré. Il n’a pas prévu de tomber amoureux d’une nana un peut bizarre qui a un animal de compagnie humain. Même si Sumiré déclare à qui veut l’entendre qu’elle n’a pas deux mecs en même temps, vu que Momo n’est que son animal de compagnie, dans les faits elle a quand même deux mecs: un à l’extérieur, et un à la maison. Ces deux hommes remplissent des besoins différents chez Sumiré.

I have to say that I felt very sorry for Hasumi, Sumire’s boyfriend. He’s just in love with Sumire, he’s genuine, and he’s thrown into this bizarre love triangle with a human pet. Honestly, WTF?? Even if Sumire claims that she isn’t double dating, as Momo is only her pet, in fact she does have two men: one outside and one at home. Both men fulfill different needs for her.

En plus il se fait manipuler comme un bleu par Fukushima la dragueuse. Bref, il a juste eu pas de chance, mais à cause de cela, il va toucher le fond du fond pendant que Sumiré et Takeshi aka Momo roucoulent. C’est vraiment du gâchis et j’espère, mais j’espère de tout mon coeur qu’il va se débarasser de Fukushima et rencontrer une fille bien. Ce mec est un price charmant qui a été gâché. Trop dommage. Et il fait tout pour que Sumiré soit à l’aise avec lui, mais c’est elle qui se met une pression de malade et ne lui montre jamais son vrai visage. quel dommage 😦

On top of that, innocent Hasumi got manipulated like no one by evil and hot Fukushima. He’s just super unlucky, but because of these circumstances he’s gonna reach the bottom while Sumire and Takeshi spend happy days together, which is just not fair. I really hope that he’ll get himself a nice and genuine girl. This man is a Prince Charming that was spoilt by both Sumire and Fukushima. What a pity! He does everything he can to make Sumire at ease with him, but she’s the one putting so much pressure on herself to be the perfect girlfriend, hence never showing him the « real » Sumire.

A lire de droite à gauche / Read from right to left

Enfin, une fois que Takeshi alias Momo a décidé de se sevrer de Sumiré et de redevenir humain pour son propre bien, Sumiré doit faire un choix entre les deux hommes de sa vie, et elle choisit… TADAM! Le petit mec de 22 ans, de six ans son cadet, danseur et plus petit qu’elle de quelques centimètres.

Anyway, once Takeshi aka Momo decides that it’s time to wean himself from Sumire and become human again fro his own good, Sumire must make a choice between the two men in her life, and she chooses… TADAM! She pick the 22 year old dancer, sic years younger than her and shorter than her by a few centimeters. talk about unconventional love 😉

Le plus gros de l’histoire se concentre sur la relation étrange (mais qui fonctionne) animal de compagnie/maître, mais les derniers volumes suivent l’évolution de la relation entre l’homme Takeshi et son amoureuse Sumiré, et c’est hyper intéressant. Sumiré se détache enfin du carcan de la société japonaise. Elle, qui mesure 1.70m et qui gagne bien sa vie, décide d’entamer une relation avec un homme plus jeune, plus petit, et sans le sou – mais talentueux. Comme dans Gokusen, on a un couple dans lequel l’homme est (bien) plus jeune que la femme, et c’est rafraichissant.

Most of the manga focuses on the strange, but functional, relationship between master and pet, but the last books follow the evolution of Takeshi and Sumire as a couple, and it’s super interesting. Sumire finally breaks off with what is expected from her to live her life the way she wants. The woman who measures 1.70m and earns well decides to love a man much younger than her, shorter than her, and penniless – but talented. Just like in Gokusen, the man is (much) younger than the woman, and it’s refreshing.

J’ai vraiment adoré les regarder grandir en tant que couple. Le changement de personalité de Takeshi est juste impressionant. Fini le toutou joueur, après s’être retenu pendant de longs mois, il saute enfin sur celle qu’il aime et ne la lâche plus! Réflexion révélatrice de Sumiré: « j’ai vécu deux ans avec une personne hypersexuée et il ne s’est rien passé, ça tient du miracle ». Un très beau miracle que celui de l’amour véritable, qui laisse celle qu’il aime vivre une romance avec un autre homme – Hasumi.

I loved watching them grow as a couple. Takeshi’s change of personality is impressive, but he’s still a bashful young man. Bye bye Momo the pet, hello sexy Takeshi! After waiting fro two long years, he can finally be with Sumire, and he doesn’t let her go of her! So much that Sumire wonders how it is possible that they shared the same roof for so long and that nothing ever happened between them. Proof of Takeshi’s unconditional love, as he let her be with another man – Hasumi – while staying faithfully by her side, as her comforting pet.

Quand Sumire prend vraiment Momo pour son chien / when Sumire really believes that Momo is a dog

Je ne vous cache pas mon état d’excitation intense lorsque je me suis rendue compte que nos tourtereaux finissaient à Bruxelles, la ville que j’habite, et qu’il échangent un baiser fougueux sur la Grand Place après une longue séparation. Depuis je regarde tous les asiatiques qui passent en me demandant si ce sont Sumiré et Momo :p irrécupérable, je suis!!

When I realised that the love birds where ending up in Brussels, the city where I currently live, I was damn excited!! They even kiss on the Grand Place, Brussels’ main square! Aaaaah!!! Since then, I’m looking at all the Asians I see differently, wondering if they could be Sumire and Momo :p

J’ai beaucoup aimé la réflexion sur le mariage chez les femmes qui travaillent. Au Japon, les femmes arrêtent souvent de travailler pour se consacrer à leur famille. Mais Sumiré est une femme de carière. D’abord avec Hasumi, puis avec Takeshi, se pose la question de suivre l’homme qu’elle aime dans un nouveau pays. Si, pour Hasumi, la question reste en suspens, pour Takeshi, Sumiré n’hésite pas longtemps et démissione. C’est sans compter sur la réputation qu’elle s’est bâtie, et les offres de travail à Bruxelles pleuvent littéralement.

I loved the reflexion on mariage for working women. In Japan, once a woman marries, she’s expected to quit her job and focus on her household and family. But Sumire is a career woman. With both Hasumi and Takeshi, she’s facing a situation in which her lover is going abroad and she must chose either to follow and quit her job, or stay and start a long distance relationship. It is very revealing that with Hasumi, she chooses to keep her job while for Takeshi, she’s ready to follow him to an unknown country. But thanks to her hard work, she’s built herself a solid reputation in her field and work opportunities in Brussels are plenty. So it was worth taking the risk.

A lire de droite à gauche / Read from right to left

D’autres cas de figure viennent alimenter cette réflexion: Yuri, la meilleure amie de Sumiré, qui s’est mariée et est devenue femme au foyer; et Hannah, la reporter américaine, qui suit son mari aux USA. On a aussi Fukushima, qui travaille parce qu’elle n’a pas le choix, et qui « chasse » les hommes riches.

Other stories of women come as examples: Yuri, who chooses to marry and become a stay at home mother; Hannah the American reporter who follows her husband back to the US; Fukushima, who needs to work hard to provide for her little brother and see rich men as an opportunity to have money.

Le comique n’est pas mis de côté dans ce manga, avec des incidents assez drôles et des quiproquos. Les familles de Sumiré et Takeshi sont complètement tordues et allègent un peu l’ambiance, tout comme Yuri (que j’adore) et sa fille Ran.

Fun moments are also plenty in the manga and bring a welcome relief to tense situations. Sumire and Takeshi’s families are hilarious. Yuri and her daughter Ran also contribute to lighten the atmosphere.

J’aimerais enfin saluer la complexité du personnage de Momo/Takeshi, dont on ne peut que tomber amoureuse. Il a l’air d’un petit chiot inocent mais il cache beaucoup de doutes. Cependant, son rêve est le plus important, au point qu’il se libère de la pression familiale et sociétale pour le réaliser, même si cela veut dire vivre dans la rue ou se prostituer pour avoir un toit (c’est pas présenté comme ça, mais bon, coucher avec une nana en échange du gîte et du repas, pour moi ça s’y apparente fortement). Ce petit gars hypersexué de 20 ans va jouer son rôle de chien chien jusqu’à en devenir malade d’amour. Il est juste craquant. Les rares fois où l’homme prend le dessus sur le toutou donnent lieu à des scènes torrides.

Last but not least, I would like to underline the complex personality of Momo/Takeshi. I fell in love with him :p He looks like an innocent puppy, but he hides lots of doubts. His dream is more important than anything else and to achieve it he breaks with his family and society’s pressure, even if it means being homeless and selling his body to have a roof above his head (yeah he sleeps with women in order to have a place to stay and food in his tummy, so that’s prostitution, right?). This hypersexed 20 yo will play his part as a pet until his love for Sumire becomes unbearable. He’s just too cute. The few times when he allows the man to come to the surface are just damn hot.

Que vous dire de plus? C’est un BEAU manga, dans son dessin et dans son message. Lisez-le!

What more? It’s a BEAUTIFUL manga, both the art and the story. Read it!

Quelques planches et dessins pour vous mettre l’eau à la bouche:

A few plates to give you a taste of Kimi Wa Petto:


L’auteure – Mangaka

OGAWA Yayoi  小川彌生 est une mangaka née un 1er décembre dans la préfecture de Kanagawa au Japon, de groupe sanguin AB, et diplômée de l’Université d’art de Tama. Son mari est le peintre Shinji Asano.

OGAWA Yayoi is a mangaka born on Dec 1st in Kanagawa prefecture in Japan. Her blood group is AB. She graduated from Tama Art University. She’s married to painter Shinji Asano.

En 1994, alors qu’elle était journaliste au Yomiuri Shimbun, elle a remporté le prix de bande dessinée Kodansha Mimi & Kiss pour L’Art de la Chûte. En décembre de la même année, elle fait ses débuts avec Kiss the real face publié dans Kiss (Kodansha). Elle quitte sa société en 1998 et devient mangaka indépendante, en publiant dans « mimi » et « Kiss Carnival ». En 2003, Kimi Wa Petto a remporté le 27e prix Kodansha Manga pour les filles.

In 1994, she was working as a journalist for Yomiuri Shimbun and won the comic price Kodansha Mimi and Kiss for The Art of Falling. In December of the same year, she made her debut as a mangaka with Kiss the Real Face published in Kiss (Kodansha). She left her job in 1998 and started working as an independant mangaka, publishing in Mimi and Kiss Carnival. In 2003, Kimi Wa Petto won the 27th price Kodansha for girls.

Consultez son site web, son twitter ou son Instagram


Jacquettes – Cover art

Pour la plaisir des yeux et en plusieurs langues 🙂

In several languages 🙂

Bonus

La recette de l’Omurice, la fameuse omelette au riz de Sumiré dont Takeshi raffole.

The Omurice recipe, the rice omelette that Sumire makes for Momo’s breakfast and that he loves.

7 réflexions au sujet de “Kimi Wa Petto (Au Pied Chéri! / Be My Pet) – OGAWA Yayoi”

    1. Wow! Je suis heureuse de t’avoir donné envie, et surtout, heureuse que ça t’ai plu!
      Je dois dire que moi aussi, je les ai racheté :p je les ai reçu la semaine derniere et je les lis dans le désordre, vu que je connais l’histoire par coeur maintenant :p
      Merci de ton passage sur mon blog.

      J'aime

Répondre à Sev Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s