Merci à mes lecteurs + un petit cadeau écriture

Merci à mes lecteurs + un petit cadeau écriture

Avertissement: pas de concours dans ce billet 😉

Le dernier concours que j’ai organisé, je dois encore envoyer les lots aux gagnantes, autant dire que la poste et moi, on n’est pas copines… 

Je voulais juste remercier celles et ceux qui me lisent, ainsi que les nouveaux abonnés. Le mois d’avril a été très chargé en lectures, avec deux défis (lectures enfants et littérature belge) relevés, et deux ou trois autres romans lus en parallèle mais pas (encore) chroniqués ici.

Du coup, le mois de mai a été très calme… je n’ai rien lu, et je n’ai rien publié sur le blog. Et pourtant… on dirait que le blog a atteint sa vitesse de croisière, avec en moyenne une vingtaine de visites par jours, et une trentaine de vues. Alors même qu’il ne s’y passe rien. De nouveaux abonnés me rejoignent aussi de manière régulière.

Autant vous dire que je suis bluffée… moi qui avais commencé ce blog « pour voir », sans stratégie aucune!!

merci_mint-1500x1100

Le mois de mai a été tellement chargé dans ma vie réelle que tout est parti en cacahuète. J’avais prévu de participer au concours de Magali, j’avais même commencé à écrire mes textes… et puis le boulot m’a chamboulé mes horaires et mes responsabilités, et du coup ben… je n’ai même pas envoyé mes textes! (si vous ne connaissez pas le blog de Magali, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Allez zou!)

Bref. Je vous livre donc en exclusivité mes productions pour un concours auquel je n’ai jamais participé 😉

Magali avait demandé à plusieurs écrivains de donner des thèmes d’écriture. les textes étaient ensuite envoyés aux écrivains, qui choisissaient le texte qu’ils avaient préféré. Les gagnants remportaient les livres des auteurs.

J’avais décidé de faire dans l’original (une fois n’est pas coutume), et donc je me suis dit que j’allais écrire une histoire suivie en reprenant à chaque fois les thèmes imposés. Je n’ai traité que de trois thèmes, il y en avait une petite dizaine.

Et le comble: il semblerait que je n’ai enregistré qu’un texte, car le reste a disparu de mon document Word… Grrrr!!! Je vais certainement récrire les entrées disparues, et continuer ce « défi d’écriture » à mon rythme.

J’espère que ce début d’histoire vous plaira! Je me suis inspirée des contes populaires chinois et japonnais, dans lesquels certains animaux prennent forme humaine.


Consigne: Vous devez écrire un texte de 20 lignes avec les mots suivant : Nuit, blanche, courir, passage, vent, serpent.

Tout à coup, un bruissement la fit se retourner : entre les feuilles mortes, une couleuvre blanche s’avançait lentement vers elle. La jeune fille, captivée, ne bougea pas. Le reptile ne semblait pas menaçant. Sous les rayons de la lune, ses écailles brillaient d’un reflet argenté. Tout était immobile dans le passage, seule la couleuvre continuait sa lente ascension vers la jeune fille. Le vent d’automne chassa un nuage jusque devant l’astre lunaire, plongeant tout dans l’obscurité.

nuages lune

 

La jeune fille eut soudain peur : elle était seule, dans cette traverse balayée par le vent et les feuilles mortes, en pleine nuit, et un serpent albinos se dirigeait vers elle. Mais qu’est-ce qui lui avait pris, de s’enfuir comme ça, sans rien ? L’été indien était encore plaisant, mais de nuit, sans manteau et sans écharpe, il faisait tout de même froid.

Puis tout lui revint : la fureur déclenchée par une remarque anodine, les insultes, les menaces, parfois les coups. Et ce soir, le coup de trop. Elle était partie, sans se retourner. Elle avait d’abord marché d’un pas vif, qui s’accéléra au fur et à mesure qu’elle autorisait sa rage à se déployer, pour finalement se transformer en une course effrénée. Jusqu’à ce qu’elle se retrouve, hors d’haleine, dans ce petit passage tranquille…

La lune réapparut. La jeune fille balaya du regard les feuilles mortes, cherchant la couleuvre. Où pouvait-elle bien être ? Machinalement, elle se tourna, les yeux toujours fixés au sol, et buta contre quelqu’un. Elle étouffa un petit cri de surprise, et se confondit en excuses. Lorsqu’elle leva les yeux, elle fut encore plus surprise : devant elle se dressait un homme très élégant, aux yeux dorés et aux cheveux d’un blanc éclatant.

couleuvre albinos

 

 

TAG: Quand j’étais ado…

TAG: Quand j’étais ado…

Ca faisait longtemps que je n’avais pas fait de TAG! Et voici que Le Dragon June me fait l’honneur de me nommer pour un TAG tout en nostalgie… Moi qui, dans ma tête, suis toujours une ado… mais il faut bien avouer que ce temps la est désormais révolu! Let’s go!

1) Étant ado, quelle était ta gourmandise préférée ?

J’adorais les Bounty, parce que la noix de coco me donnait l’impression de faire un truc hyper exotique (oui on voyage comme on peut, hein!). Sinon je m’empiffrais de cookies de Auchan, et mon pécher mignon, c’était de manger une boite de conserve de maïs directement dans la boite, en y mettant du vinaigre, de l’huile et du sel en guise de vinaigrette à la va-vite. A déguster devant les Mini Keums.

2) Étant ado, quelle était la série que tu regardais ?

Aloooors… X-Files bien entendu! Fox Mulder et Dana Scully m’ont accompagnée de longues années. Même que c’est la première cassette vidéo que je me suis achetée avec mon argent de poche. Ouais.

Sinon je regardais aussi plein de dessins animés mais tout est flou…

X-Files.png

3) Quel était le plat que tu mangeais le plus à la cantine ?

Honnêtement je ne m’en rappelle pas. Je mangeais à la cantine tous les jours de la semaine… je n’étais pas une mangeuse difficile, j’étais d’ailleurs plutôt gloutonne et du style à attendre de voir s’il y aurait du rab ou pas. Je me rappelle par contre ce que je ne prenais pas: les frittes, les trucs plein d’huile. Mon cote « salade je t’aime » ne date pas d’hier!

4) Quel était ton style vestimentaire ?

Alors… je suivais la mode mais j’étais un chouïa en retard. Ca ne me posais pas de problème, j’etais bien dans mon style… jusqu’à ce que des copines bien intentionnées me relookent. A partir de la, j’ai demandé à ma mère des hauts « avec le nombril a l’air » et un jean Levis 501.

5) As-tu été punie au collège où tu étais ?

Non. Je crois que j’ai eu une fois le règlement intérieur à copier parce que je papottais trop en salle de perm. Ah et aussi ma prof d’anglais m’a lance une craie à la tronche pour cause de papottage, toujours…

6) Si tu avais des posters ou affiches dans ta chambre, lesquels étaient ils ?

Un poster géant de Roméo et Juliette de Baz Luhrman, avec Leonardo DiCaprio et Claires Danes. Un petit poster de Légendes d’Automne avec Brad Pitt. Des pubs de parfum et de maquillage. Je vivais à 100% dans la société de consommation!

Worlds-Apart7) De quel groupe étais-tu fan ?

Worlds Apart!!!

8) Quelle boisson buvais-tu le plus souvent aux fêtes organisées ?

Bon déjà je n’étais pas souvent invitées aux boums, et sinon je pense que je prenais des jus de fruits et du coca.

9) Où te regroupais tu avec tes copines le samedi après midi ?

Je ne me regroupais pas le samedi après midi, je lisais au soleil derrière ma fenêtre 😉

10) Quelle activité extrascolaire faisais-tu ?

Danse, dessin, cirque à un moment. Mais la danse m’a accompagnée toute ma vie et je continue encore aujourd’hui, malgré mes genoux de « vieille »!

11) Comment faisaient les garçons pour aborder les filles ?

Un pote du mec venais voir une pote de la fille et lui disais un truc du genre « mon pote aimerait bien sortir avec ta copine ».

12) Quelle émission TV (jeu télévisés) regardais tu le soir à la maison avec tes parents ?

Oh!!! je me souviens d’un jeu télévisé avec Vincent Lagaff! mais je ne me souviens plus du nom de l’émission. (Edito: le Bigdil)

13) Quelle étaient les règles strictes de ton lycée ?

Arriver a l’heure ou 5 min en retard, sinon on restait sur le trottoir.

14) Raconte nous une anecdote croustillante ou une honte que tu aies vécu pendant ton adolescence.

En colo: il y a la queue pour les douches, donc lorsque mon tour arrive je me dépêche… je me savonne, je me rince, je me sèche, je m’habille, je sors pour laisser la place au suivant… ah, sauf que j’ai pas vraiment complété l’étape précédente, j’ai bien enfilé mon Tshirt par la tête, j’ai bien enfilé les manches, mais je ne l’ai pas abaissé… je suis sortie de la douche en soutif, en gros!!

Mois Belge – récapitulatif

Mois Belge – récapitulatif

C’était la première fois que je participais au Mois Belge d’Anne et Mina, et je dois dire que partir à la découverte de la littérature de mon pays d’adoption devenait urgent! Ma sélection est limitée, quatre livres seulement.

Grâce à la Foire du Livre de Bruxelles 2017, j’ai pu faire le plein de livres de jeunes auteurs locaux peu connus. J’ai également pas mal d’entrées « enfants » puisque en avril, j’ai aussi participé au challenge Avril en Albums de Pilalire. J’ai donc souvent fait d’une pierre deux coups!

Vous trouverez ci-dessous un recapitulatif de mes lectures dans le cadre de ce challenge, avec un livre de steampunk, un livre de science fiction, et deux livres pour enfants. Vous pouvez cliquer sur les titres des livres pour acceder a la chronique correspondante.


elixir de nouvelles steampunk

Elixir De Nouvelles Steampunk, Delphine Schmitz: ma révélation! Un livre que j’ai adoré. Court, bien écrit, passionant, plein d’humour.


dent la carie

Dent, La Carie, Francette Bosquet et Eric Créton: un livre de littérature enfant qui dédramatise l’arrivée d’une carie avec un super concept. Les illustrations ne m’ont aps trop plues, mais le livre a rempli sa mission auprès de Mademoiselle.


cryogenie geoffrey van hecke

Cryogénie, Geoffrey Van Hecke: de très bons thèmes philosophiques mêlés à un roman d’action. Malheureusement je n’ai aps accroché à l’écriture. Un jeune auteur prometteur à suivre.


qu'y a-t-il dans ta couche 1

Qu’y A-t-il Dans Ta Couche?, Guido Genechten: ou comment aborder la transition couche/pot en douceur, avec humour et sans drame. Un livre que nous réclame encore et toujours Mademoiselle, même si elle est « propre » depuis belle lurette.

Avril en Album, Recapitulatif

Avril en Album, Recapitulatif

36899-logo2017_150Le défi Avril en Album du blog Pilalire était dédié à la littérature jeunesse, et plus précisément les albums pour enfants. Je ne chronique pratiquement jamais de livres pour enfants, alors qu’on en a pléthore à la maison!

Ce défi m’a donc permis de présenter de beaux albums (et un que je n’aime pas du tout) que Mademoiselle adore. J’ai plusieurs fois couplé ce défi avec le Mois Belge d’Anne et Mina.

J’ai donc décidé de chroniquer plus d’albums pour enfants dorénavant, en plus je me rends compte que ces articles sont plutôt bien reçus par celles et ceux qui me suivent, donc pourquoi se priver?

Je vous laisse avec un récapitulatif des albums jeunesse présentés lors de ce challenge Avril en Albums. Vous pouvez cliquer sur le titre pour être redirigé vers la chronique correspondante.


dr seussDr Seuss: un auteur américain classique de la littérature pour enfant qui n’a plus à faire ses preuves. Malheureusement peu d’ouvrages traduits en français.


dent la carie

Dent, La Carie, Florence Bosquet et Eric Creton: un super livre qui explique pourquoi il faut se brosser les dents et dédramatise l’arrivée d’une carie et son traitement chez le dentiste.


The Wonderful Things You Will Be Emily Winfield Martin 1

The Wonderful things You Will Be (Toutes Les Merveilles Que Tu Seras), Emily Winfield Martin: un album coup de coeur, poétique et onirique a souhait, malheureusement non traduit en français (mais je vous donne une traduction du texte). Un album qui explique aux enfants qu’en grandissant, ils pourront devenir ce qu’ils désirent quels que soient leurs rêves. Et que leurs parents les aimeront toujours, quelle que soit la voie qu’ils choisiront.


zoe-est-timide-2214-450-450

Zoe Est Timide, Collection Princesse Parfaite: une collection que j’abhorre. Zoé se conduit mal, mais des fois, elle est une Princesse Parfaite et se comporte bien. Une collection simpliste qui ne prend pas en compte le développement cérébral des enfants et envoie le mauvais message.


Contes de tOUJOURS FRONT

Contes de Toujours: le recueil de contes de mon enfance, dont je lis maintenant les histoires à ma fille. Des contes de tous pays, intemporels, des classiques. Ce livre est magnifiquement illustré.


qu'y a-t-il dans ta couche 1

Qu’y A-t-il Dans Ta Couche?, Guido Genechten: un super livre qui aide les enfants à transitioner de la couche au pot/toilettes. Des illustrations toutes mignonnes, des volets à soulever pour les enfants, et plein de bonne humeur!


la famille souris se couche

La Famille Souris Se Couche, Kazuo Iwamura: un album tout en douceur et en poésie, qui aborde le thème du coucher en détaillant les différentes étapes qui constituent ce rituel. Une collection que nous adorons.

La Famille Souris Se Couche, Kazuo Iwamura

La Famille Souris Se Couche, Kazuo Iwamura

la famille souris se coucheNous avons découvert La Famille Souris dans un magazine pour enfant spécial Noël. Mademoiselle et moi-même aviosn toutes les deux accroché au style narratif (descriptions simples) et aux images très travaillées et toutes en douceur.

Alors lorsque j’ai découvert des livres de La Famille Souris dans notre magasin de jouets préféré, je n’ai pas hésité! J’ai pris celui sur le rituel du coucher le soir, car ç’est un peu problématique des fois. Autant joindre l’utile à l’agréable!


L’hsitoire: la famille souris est composée de 14 membres: papa, maman, grand-père, grand-mère, et les dix enfants. Ils vivent au creux d’un arbre.

Les ombres s’alongent et c’est le soir. Les adultes reviennent du travail ou finissent leurs tâches. La famille s’organise pour prendre son bain, tandis que d’autres préparent le repas du soir. On mange tous ensemble, et puis on discute après le repas. Enfin les enfants se mettent en pyjama, et maman raconte une histoire. Lorsque tout le monde est au lit, Grand-Mère entonne une berceuse, et les petites souris s’endorment. Maman et Grand-Mère peuvent enfin se reposer et vont prendre leur bain.

la famille souris se couche 1


Mon avis: Quelle poésie dans les dessins! Les illustrations occupent pratiquement l’entièreté des doubles pages. Une phrase simple, en bas de page, explique ce qui se passe. Mais on peut passer très longtemps à examiner chaque illustration avec l’enfant, à lui faire découvrir tel ou tel détail.

L’auteur est japonais, on a donc pas mal d’éléments culturels qui diffèrent, comme le bain (au Japon on commence par se savonner et se rincer hors du bain, comme pour une douche, et puis on partage un grand baquet de bois empli d’eau chaude avec plusieurs membres de la famille) par exemple, mais cela n’empêche aps du tout l’identification.

la famille souris se couche 2

Le décors est celui d’une famille rurale traditionelle japonaise. La vie simple de la campagne, près de la Terre et du ryhtme de la nature, y est dépeinte.

Etape par étape, le rituel du soir est décrit: on rentre à la maison, on prend son bain, on prend son repas du soir, on se met en pyjama, histoire, berceuse, dodo! Tous les enfants s’y retrouveront.

la famille souris se couche 3

J’ai eu les dents qui ont un peu grincé car à la fin, Grand-Mère et Maman sont les dernières à prendre leur bain. Mais en y réfléchissant, Papa et Grand-Père ont pris leur bain avec les enfants alros que les femmes préparaient le repas du soir. M’enfin ça relègue encore un peu les femmes en cuisine tout ça. C’est la seule chose qui m’a peut-être un peu embêtée, mais globalement j’adore ce livre.

Je pense en prendre d’autres à Mademoiselle dans le futur, car elle aime beaucoup ces perosnnages, ainsi que les illustrations simples et classiques, qui rappellent beaucoup celles de Beatrix Potter.

la famille souris se couche 4


Kazuo IwamuraL’auteur: Kazuo Iwamura, né à Tokyo le 3 avril 1939, est un auteur-illustrateur japonais pour la littérature jeunesse. Il a tout d’abord travaillé comme illustrateur pour les émissions enfantines de la NHK, la télévision japonaise. Après une courte expérience de designer dans une entreprise de cosmétiques, il a préféré devenir auteur-illustrateur de livres pour enfants.

En France, il est surtout connu pour la merveilleuse série « La famille Souris » : Une nouvelle maison pour la famille Souris, Le train des souris, La famille Souris et le potiron, La famille Souris et la mare aux libellules

Kazuo Iwamura vit avec sa famille à Mashiko, à une centaine de kilomètres au nord de Tokyo. C’est là, au milieu des bois, qu’il trouve l’inspiration, le décor et les personnages de ses albums. Kazuo Iwamura a reçu l’insigne de Chevalier des Arts et Lettres en décembre 2014.


Produits dérivés: tous les autres albums de La Famille Souris, bien sur!

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Pour aller plus loin: lisez ci-dessous la très juste anaylse du travail de Iwamura, par Sophie Chérer (Extrait de l’Album des Albums, l’école des loisirs, 1997)

TRAVAIL, FAMILLE, PARTIE DE PLAISIR Que ceux qui poussent les hauts cris dès qu’on prononce devant eux les mots « dessins animés japonais » révisent leur jugement. Car Kazuo Iwamura, le doux, le tendre, le lumineux, le bucolique illustrateur des séries « Les Souris » et « La Famille Souris » a fait ses débuts dans la vie active en tant que dessinateur pour les émissions enfantines de la chaîne japonaise NHK. Certes c’était hier. Et certes, il en est sorti, mais sans pour autant être devenu une brute épaisse assoiffée de sang et de cervelles d’enfants.

Après un court passage par le design dans l’industrie cosmétique, Iwamura se consacre dorénavant à la création de livres pour enfants. Il vit depuis une vingtaine d’années à une centaine de kilomètres au nord de Tokyo, en plein milieu des bois, avec sa famille nombreuse. Une situation qui rappelle celles des « Souris » (sept enfants) et de la « Famille Souris » (dix), sauf que lui n’en a que…cinq !

la famille souris se couche 5

C’est une famille idéale que la famille Souris. Une famille traditionnelle : grands- parents, parents et enfants vivent sous le même toit. Une famille japonaise : l’aîné des enfants est appelé Grand Frère, la cadette Petite Sœur, Grand-Père et Grand-Mère ont les yeux bridés quand ils sourient. Une famille qui sait tout faire : bâtir son logis (« Une nouvelle maison pour la famille souris »), fabriquer des luges et des jeux de société (« L’hiver de la famille Souris »), récolter des provisions (« La famille Souris et la racine géante », « Le petit déjeuner de la famille souris). Une famille toujours unie qui a le génie de transformer en parties de plaisir les pires corvées de la vie quotidienne et de métamorphoser le moindre repas, le moment le plus banal en fêtes merveilleuses (« Le petit déjeuner », « Le pique-nique », « La lessive », « La fête d’automne de la famille Souris », « La famille Souris dîne au clair de lune », « La famille Souris se couche »). Tous ensemble on cuisine et on déguste, on travaille et on joue, on chante, on raconte, on se promène et on jouit du bonheur de vivre en pleine nature.

En promenant son pinceau à hauteur de museau, en remplissant ses pages de détails de la forêt (avec juste une ligne de blanc d’un centimètre pour le texte d’une ligne en bas de page), Kazuo Iwamura nous offre des symphonies de couleurs, des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches, et tous les oiseaux, tous les insectes qui peuplent les sous-bois.

Son amour de la nature éclate encore dans « Le Piano des bois », l’histoire d’une petite fille qui vient jouer du piano sur une simple souche d’arbre coupé, bientôt rejointe par un orchestre entier d’animaux. On sort de ces albums avec des gourmandises de baies, des soifs de torrents clairs, des envies conquérantes de cabanes et de randonnées, et dans les oreilles, avec les chants d’oiseaux, le doux vacarme des grandes familles dont tous les connaisseurs en voie de disparition savent bien qu’il n’est jamais une cacophonie.

la famille souris se couche 6


Ce livre est presente dans le cadre du challenge Avril en Albums du blog Pilalire.

af8bc-logo2017_250

Qu’y a-t-il Dans Ta Couche? Guido Genechten

Qu’y a-t-il Dans Ta Couche? Guido Genechten

qu'y a-t-il dans ta couche 1Voici un livre qui nous a bien aidé lors de la transition couche/pot-toilettes, et que je recommande chaudement à tous les parents qui passent par l’apprentissage de la propreté!


Résumé: Petite Souris est bien curieuse, elle explore tout! Et elle explore aussi le contenu  des couches de ses copains. Mais lorsque ses amis lui demande ce qu’il y a dans sa couche à elle, surprise! Il n’y a rien! Car maintenant, Petite Souris fait caca sur le pot 🙂


Mon avis: lorsque Mademoiselle a commencé à montrer des signes d’intérêt pour le pot/les toilettes, j’ai paniqué. Comment allais-je bien pouvoir négocier cette transition si importante dans la vie de ma petite fille?

Par les livres bien  sur 😉 J’ai donc écumé mes groupes d’éducation Facebook (mon Facebook, depuis la naissance de ma fille, s’est transformé en répertoire des pages dédiées au sujet) à la recherche de recommandations. D’ailleurs certains n’avaient pas compris ma question et m’ont donné des titres de livres de méthode pour que mon enfant « devienne propre ».

qu'y a-t-il dans ta couche 6.jpg

Non, non, moi je cherche un bouquin à lire avec ma fille pour lui expliquer le concept, communiquer avec elle sur un sujet important… en étant persuadée que ce genre de chose vient naturellement, et que d’appliquer une méthode peut marcher, mais pas forcément. Mais je digresse.

Après, donc, maintes recherches, j’ai été convaincue par Qu’Y A-T-Il Dans Ta Couche?

qu'y a-t-il dans ta couche 4Tout d’abord, le fait que les excréments soient complètement dédramatisés m’a beaucoup plu. Petite Souris s’intéresse à tout, même au caca de ses potes. Ouais. C’est du caca, voilà tout. C’est pas répugnant, ça peut même devenir intéressant.

L’enfant soulève les couches des différents bébés animaux et découvre plein de cacas différents: des crottins bien ronds pour le cheval, une bouse puante pour la vache, une crotte de chien, des petites crottes de lapin… ce qui est très amusant 🙂 Je n’avais jamais réalisé qu’il y avait autant de diversité dans le caca 😉

Et à la fin, lorsque tous les bébés animaux demandent à Petite Souris de leur montrer le contenu de sa couche à elle… tadam! Il n’y a rien! Comment est-ce possible? Mais c’est que, toute fière, Petite Souris explique qu’elle fait son caca dans son pot! Alors tous ses amis essaient aussi!

On laisse cette bande de joyeux lurons culs nus sur leurs pots aux couleurs de l’arc en ciel 🙂

Un grand, grand succès chez nous. Mademoiselle emmène le livre avec elle quand elle va aux toilettes. Elle alterne entre pot et toilettes, mais elle nous dit toujours qu’elle fait comme Petite Souris 😉


gvgenechtenL’auteur: Guido Genechten (Mol, le 19 Août 1957) est un auteur flamand et illustrateur. Guido Genechten acquiert une renommée mondiale avec ses livres d’images. Il a commencé à écrire des livres pour enfants en 1995, dont le personnage le plus célèbre est probablement le lapin Rikki

Guido Genechten a étudié la typographie et a travaillé pendant des années dans l’industrie de l’imprimerie, où il s’occupait principalement de mise en page et de montage. Pendant ce temps, il a assisté à des cours de dessin, peinture, graphisme et photographie à l’Académie de Mol Art. Ses livres d’images sont publiés dans de nombreuses langues.


Livre présenté dans le cadre du challenge Avril en Albums du blog Pilalire, et du Mois Belge d’Anne et Mina.

Contes De Toujours

Contes De Toujours

Contes de tOUJOURS FRONTLe livre que je vous présente aujourd’hui a bercé mon enfance. C’est le livre que nous lisait ma maman avant que l’on aille se coucher le soir… Ma soeur l’a retrouvé et me l’a offert pour la naissance de ma fille, et c’est avec émotion que je lui transmets, à mon tour, la culture littéraire populaire et la sagesse du monde.


Mon avis: Contes de Toujours est, comme son nom l’indique, un recueil de contes intemporels. Les contes sélectionnés viennent des quatre coins du monde, même si la plupart sont des contes européens.

On y retrouve les grands classiques, tels que Le Petit Chaperon Rouge, La Belle Au Bois Dormant, La Princesse et La Grenouille, ou encore Boucle d’Or Et Les Trois Ours, Le Vilain Petit Canard, Les Habits Neufs De L’Empereur et Les Elfes Et Le Cordonnier.

Mais on y trouve aussi une fable de la Fontaine, l’histoire du Géant Egoïste qui nous vient des pays nordiques (et que je trouve très triste), l’histoire du Bonhomme De Pain D’Epice, ou encore le conte russe du Grand Gros Navet, que j’ai toujours adorée. Un autre favori est l’hisoire du Couvre-Pieds Magique, ainsi que Pix Pax Pox (rien que le titre de ce conte est une promesse en soi!).

Table des matièresLa table des matières, au début de l’album, reprend non seulement la page à laquelle on peut trouver le conte, mais aussi sqon origine, et surtout le temps qu’il prend à raconter. Je trouve cela très judicieux, car en fonction de l’âge de l’enfant, de son degré de fatigue ou d’excitation, on peut choisir un conte dont la durée correspondra.

Ces contes ont bercé mon enfance et je dois dire qu’avant de rouvrir ce livre à l’âge adulte, je n’en n’avais jamais eu une lecture critique. Avec mes yeux d’adulte et surtout de maman, certaines choses me restent un peu en travers de la gorge.

Par exemple, le loup est forcément méchant – alors que depuis que mademoiselle est née, je m’évertue à faire en sorte qu’elle considère le loup comme un animal comme les autres, ni gentil ni méchant. Le loup mange les petits cochons, ainsi que la grand-mère et le petit chaperon rouge.

Les trois petits cochons

Analogie avec le requin, vu dans La Petite Sirène chez sa meilleure copine (oui, le Disney): « le requin est méchant maman ». Donc me voilà à expliquer la différence entre les herbivore et les carnivores à ma fille de trois ans, en espérant qu’elle aura capté que le cycle de la vie est tel qu’on doit se manger entre nous pour vivre (oui je cite Le Roi Lion!).

Tout ça pour que Mademoiselle comprenne que le loup n’est qu’un loup. Alors effectivement le loup est souvent une métaphore du prédateur sexuel… Toujours est-il qu’à trois ans, je trouve ça un peu tôt pour une métaphore filée, et pas juste pour les loups. Donc pour l’instant on saute les histoires de loups, surtout que la plupart des contes « classiques » étaient, à l’origine, destinés aux adultes et non aux enfants.

Le Petit Chaperon Rouge

En revanche, il a y pas mal d’histoires un peu drôles ou mêmes loufoques, comme celle du Vilain Bébé et de l’Elephant, ou les histoires de Compère Lapin.

Il faut maintenant que je passe au point fort de ce livre: les illustrations. L’objet-livre est magnifique. Il s’agit d’une édition collector/de luxe, et ça se voit. Le livre est en grand format, donnant la part belle aux illustrations qui sont entremêleés au texte.

Bien sur il y a des planches sur une page entière, mais la plupart des illustrations sont disséminées ici et là, égrainées au fil du texte, venant illustrer un détail. Je pense par exemple à la montage de fruits que la grenouille, dans La Princesse et La Grenouille, mange. Ou aux lézards qui serviront de laquais à Cendrillon. La mise en page a été pensée avec soin.

La princesse et la grenouille

Les illustrations sont somptueuses. C’est le seul mot qui me vient à l’esprit. Elles sont réalisées au pinceau et fourmillent de détails.

Ma soeur et moi avions pour habitude de grimper sur le lit du haut de nos lits superposés pour regarder les images d’au dessus, pendant que notre maman nous lisait l’histoire, assise sur le rebord du lit du bas. D’ailleurs une fois ma soeur m’a un peu trop poussée car elle ne voyait soit-disant pas les images/je prenais toute la place, et je suis tombée tête la première sur le pif!

Je n’ai pas réussi à trouver trace de cet album sur internet. J’ai fouillé et retourné tous les résultats que mon pote Ecosia (une alternative écolo à Google qui plante des arbres à chaque fois que vous faites une recherche) m’a proposé, mais rien. Que dalle. Moi qui récolte normallement mes illustrations de chroniques sur le net, j’ai fait choux blanc et ai donc dû m’armer de mon appareil photo pour vous faire découvrir ma madeleine de Proust des contes de fées 😉

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Ce livre est présenté dans le cadre du challenge Avril en Album du blog Pilalire.

8485d-logo2017_450

Cryogénie, Geoffrey Van Hecke

Cryogénie, Geoffrey Van Hecke

cryogenie geoffrey van heckeCryogénie est un livre que j’ai acheté les yeux fermés après avoir lu le résumé au dos. J’ai été terriblement emballée par la promesse qu’il m’en faisait. Malheureusement, j’aurais peut-être dû discuter plus avec l’auteur pour savoir exactement dans quoi je m’embarquais, car mes attentes ont été déçues.


Résumé: Adam, le premier homme, veut dénoncer l’hypocrisie des religions telles que nous les connaissons. Un homme mourant est cryogénisé, afin de pouvoir être soigné lorsque la science aura assez avancé pour ce faire.


Mon avis: ce livre est en fait une suite, le 4è tome de la série Humanum. Sauf qu’on ne m’avait pas prévenue.

Les trois premiers tomes s’appellent « Humanum: xxx ». Là on a juste « Cryogénie », sans aucune référence à la trilogie qui précède. Rien non plus dans le résumé au dos ne trahit qu’il s’agit d’une suite… c’est donc en me référant aux notes de bas de page que je suis tombée sur la mention « voir Humanum tome1/2/3″, pour expliquer tel ou tel évènement… Pas surprenant dès lors, qu’en ayant loupé trois épisodes, je n’accroche pas vraiment à ce livre.

Je suppose que les trois premiers tomes présentent les personnages que nous rencontrons dans Cryogénie, qui sont à peine présentés. Je suppose aussi que la hiérarchie divine y est présentée et expliquée. Forcément, dans une suite, pas besoin de replanter le décors…

Comme je l’ai dit, je suis un peu passée à côté de ce bouquin, donc j’ai bien peur que ma chronique soit plutôt négative. Je vais commencer par ce qui, au delà du fait que j’ai été un peu perdue sans avoir lu les trois tomes précédents, m’a déplu, et puis je passerai au positif pour finir sur une touche positive.

Eden
Adam dans le jardin d’Eden

Je n’ai malheureusement pas du tout accroché au style d’écriture de Geoffrey Van Hecke. Je pense que c’est un style qui se veut résolument moderne. Tout est écrit au présent, les phrases sont courtes, pas de chichi, pas de superflu. Mais c’était peut-être trop épuré pour moi. Surtout que j’aime bien la littérature classique avec ses phrases alambiquées et ses beaux mots.

L’emploi du présent permet au lecteur de ressentir l’urgence de la situation. Il donne un rythme effréné au récit, renforcé par des chapitres courts et des changements de lieu fréquents.

En lisant ce livre, j’ai eu un ressenti très cinématographique, visuel. J’ai eu l’impression de lire un scénario de film d’action, et le story board prenait forme dans ma tête. Cela pourrait être un bon point, mais malheureusement j’ai acheté un roman, pas un scénar’! Donc j’aurais aimé quelque chose de pas forcément plus étoffé, mais plus recherché.

Cryogénie se lit vite car il est très court. En une soirée c’était plié. Il y a pas mal de suspens donc on accroche, on a envie de savoir ce qui va se passer par la suite même si on est un peu perdu car on n’a pas lu les tomes précédents… ou juste de comprendre.

Et pour dire la vérité, tout cela allait un peu trop vite pour moi. Donc si le but était un ressenti de vitesse, c’est atteint, mais du coup ma vision s’est un peu brouillée. Il m’aurait peut-être fallu des lunettes d’aviateur 😉

Renovation St Sepulcre
Le Saint Sépulcre, la tombe de Jésus, en pleine rénovation à Jérusalem.

J’ai détesté la structure du récit. Chaque nouveau lieu dans lequel se déroule l’action est présenté de manière factuelle avant que l’on passe à l’action en elle-même. J’ai eu l’impression de lire Wikipédia ou un guide touristique. Je comprends pourquoi on a besoin de connaître les éléments historiques/culturel/économique de tel lieu ou telle ville, mais le faire de cette manière me semble très artificiel.

En fait cette présentation des nombreux lieux et villes parcourus par les héros a renforcé mon impression « cinéma d’action ». Dans ma tête, je voyais les héros débarquer à tel endroit, et sur l’image les facts and figures (faits et chiffres, mais ça fait plus cool en anglais lol) de base relatifs à cet endroit.

Je pense qu’il aurait été facile d’intégrer ces données dans le récit, au lieu de les donner à part. Comme je l’ai dit, cela m’a irritée au plus haut point. Entre l’impression de lire la page Wikipedia de la ville explorée et celle que le récit était en pause pendant un ou deux paragraphes, j’ai vite perdu ma patience. Pourtant, comme je savais que ces lieux avaient été choisis pour une bonne raison, je me suis forcée à les lire, mais en traitant vraiment des pieds.

Le livre traite aussi beaucoup de religion et à un moment donné, j’ai trouvé que c’était trop. je n’avais pas signé pour une relecture de la Bible, mais pour une réflexion sur les limites de la science. Cela vient aussi du fait que ce tome est une suite à une histoire d’anges, qui a déjà été écrite sur trois tomes précédents.

nauru
L’île micronésienne de Nauru, ravagée par l’exploitation intensive du phosphate, a droit à une deuxième chance dans le roman.

Passons au positif maintenant: la réflexion sur Dieu, la religion, et ses limites. Geoffrey Van Hecke a écrit ce livre à la suite de la disparition de sa grand-mère, qu’il adorait vraisemblablement. Le livre lui est d’ailleurs dédié.

Du deuil, de la douleur est donc née cette réflexion: comment pourrais-je garder un être cher mais condamné? Le développement de la science, qui rallonge l’espérance de vie, est-il compatible avec les lois de la nature/de Dieu? Et si on arrivait à mettre au point la cryogénisation dans le futur, afin d’attendre que la science trouve un remède au mal dont sont atteints les personnes condamnées?

Je m’attendais à un livre centré là dessus. Au lieu de quoi, les personnages auxquels Geoffrey Van Hecke avait donné vie dans le passé ont pris toute la place. Je rappelle qu’il s’agit d’un très jeune auteur, il a tout juste 27 ans et écrit depuis son adolescence. On ne peut donc pas lui en vouloir de s’être attaché à ses personnages. Mais je pense qu’il aurait dû en faire un livre à part, avec des personnages nouveaux, et peut-être pas d’anges qui doivent livrer bataille.

cryonics
Alcor cryogénise déjà depuis plus de trente ans… mais perosnne ne sait ce qu’il adviendra des perosnnes conservées lorsqu’elles seront « réveillées ».

La réflexion sur la cryogénie doit constituer 1/4 du roman à tout casser. Van Hecke explore les deux facettes de cette technique: le point de vue du cryogénisé, et celui de « ceux qui restent ». Sa femme doit apprendre à vivre tout en sachant que son amoureux pourrait se réveiller aussi bien dans quelques mois que dans quelques années… voire après sa mort.

Va-t-elle s’autoriser à continuer de vivre? Est-elle veuve? Son mari n’est plus vivant, mais il n’est pas mort. Et si jamais il revenait, pourraient-ils reprendre là où ils s’étaient arrêtés, sachant que Jennifer, l’épouse, aura continué à vivre alors que lui était temporellement suspendu? Leur amour surivra-t-il à ce décalage? Autant de questions intéressantes qui trouvent réponse dans ce roman.

Du point de vue de Bill, le cryogénisé, le retour à la vie s’avère difficile: il a perdu quelque chose. Ses souvenirs sont intacts, ses sensations aussi, mais il se ressent plus rien. Son corps est là, mais son âme est restée de l’autre côté. Bill choisi alors de ne pas rester dans ce monde, mais de se retirer dans celui qu’il a visité lors de sa cryogénisation. De ce fait, il libère Jennifer, veuve une seconde fois, mais libre d’aller de l’avant.

Le message est très beau et très fort: la mort nous enlève des êtres chers, et nous ne l’acceptons pas. On voudrait tout faire pour les faire revenir. Mais comme pour Frankenstein ou les vampires, le résultat n’est jamais exactement le même. L’avancée de la science permet de repousser la mort, mais pas de l’éviter.

 

Nous avons, en parallèle de cette réflexion sur la mort, une réflexion très poussée sur Dieu, ce qu’il représente, et les religions monothéistes. Adam, le Premier Homme, est revenu sur Terre pour dénoncer l’énorme supercherie que sont les religions institutionnalisées. Il entre en guerre avec les anges, psychologiquement et physiquement.

Adam harangue les foules, dénonce le système, pointe du doigt les contradictions. Il fait se relever les morts pour combattre les anges. Mais tout cela ne marche pas. Il décide donc de saboter le système de l’intérieur, en entrant dans les ordres et en se faisant élire Pape.

Le Pape Adam va réformer en profondeur l’Église catholique: il va abolir les scissions entre les différentes églises (catholique, protestante et orthodoxe) et oeuvrer au rapprochement de la chrétienté, du judaïsme et l’islam; il autorise l’avortement, la contraception et le mariage des prêtres; il s’engage dans l’écologie. De l’extérieur, c’est le Pape parfait, celui que l’on attendait depuis longtemps. D’ailleurs, son règne, la religion connaît un regain d’activité.

religions1

Mais tout cela, il le fait afin de démontrer aux hommes que l’idée de « Dieu » est bien telle que l’Homme veut la façonner. Ce n’est pas Dieu qui décide de réformer l’Eglise, mais bien un Homme. Et en secret, le Pape Adam assassine Jésus (qui apparemment n’est jamais vraiment mort depuis 2020 ans (le livre se passe dans un futur proche)) et détourne de l’argent pour se faire cryogéniser en temps voulu.

Adam méprise les Hommes qui suivent le « représentant de Dieu » comme des moutons, sans réfléchir.

st_michaelLa question du libre arbitre revient aussi souvent dans ce livre. Adam argue que si Dieu était vraiment bon, généreux, et toutes les autres qualités qu’on lui prête, il n’aurait jamais laissé faire toutes les atrocités que l’on connaît. Le fameux « Dieu a ses raisons que la raison ignore », qu’on sort pour consoler ceux qui sont dans le malheur et leur assurer que Dieu les aime quand même et ne les oublie pas, malgré tout.

Les anges y répondent que Dieu est un guide et non un tyran. Jamais il ne forcera quiconque, les Hommes sont libres de leurs choix. De là se pose la question de la limite de la liberté: en étant complètement libres, les hommes ont interprété le message divin de différentes manières et se sont entre tués au nom de la religion.

Adam démontre qu’un tyran imposant le bien, tel qu’il le fait avec sa réforme de l’Eglise, est meilleur pour l’humanité qu’une liberté sans limites. Les Hommes ont tendance à utiliser cette liberté pour faire le mal.

Au final, le Pape Adam est mis en examen et déchu de ses fonctions. Les anges voient enfin que ce qu’il a réalisé était nécessaire, et influent le vote des cardinaux pour que ces derniers choisissent un pape qui portera l’héritage positif laissé par Adam, en laissant ces travers derrière.

vatican-city-cathedral

La question de l’hypocrisie de l’Église, enfin, apparaît: le Vatican, construit avec l’or des fidèles qui venaient payer pour un accès plus rapide au Paradis, est-il « éthique » pour une Eglise qui a fait voeux de pauvreté? La fin justifie-t-elle les moyens?

annonciation
Gabriel dans son rôle le plus célèbre: annonciateur

Il y a aussi une histoire d’amour impossible entre une humaine, Rachel, et l’archange Gabriel, annonciateur de la bonne nouvelle. Mais ils choisissent de renoncer à cet amour, car Rachel refuse de devenir ce qu’elle n’est pas (un ange) ou que Gabriel sacrifie sa nature d’ange pour devenir humain. Cela reviendrait à changer la nature profonde de l’un des deux dans le couple, et cela, Rachel ne peut le permettre.

J’ai trouvé dommage que cette histoire se finisse en queue de poisson, étant moi-même en couple avec une personne d’une culture très éloignée de la mienne. Aller vers l’autre est possible, trouver un juste milieu aussi. Changer l’autre pour le transformer en ce qu’il n’est pas, par contre, n’a pas lieu d’être.

Pour conclure: un livre dont l’écriture ne m’a pas convaincue, mais qui soulève des questions pertinentes sur de grandes questions existentielles telles que la mort et la religion. On sent le travail de recherche dans les références culturelles évoquées. Malheureusement comme il s’agit du dernier tome d’une série de quatre volumes, je suis passée à côté de l’intrigue. Geoffrey Van Hecke est un jeune auteur très prometteur, avec une réflexion philosophique intéressante. J’espère que son écriture s’affinera avec le temps.


Geoffrey van heckeL’auteur: Geoffrey Van Hecke est un jeune auteur belge aux multiples casquettes, né le 5 juillet 1989 à Bruxelles. Il écrit des poèmes depuis l’âge de 15 ans et a publié son premier recueil de nouvelles à 19 ans. Dans ses romans, il traite de sujets qui lui tiennent à coeur. Selon lui, c’est avec la liberté, le rêve et l’amour qu’on réalise le plus beau des tours de magie.

Geoffrey Van Hecke est titulaire d’un master en gestion d’entreprise et d’une spécialisation en développement durable. Il parle français, néerlandais, anglais, et espagnol, ayant vécu quelques temps à Madrid. Il vit actuellement à Bruxelles.

Il est passionné par les voyages et la politique, étant actuellement président des Jeunes MR de Berchem-Sainte-Agathe. Quand il n’écrit pas, il est consultant pour la banque Belfius.

Pour en savoir plus sur lui: sa page Facebook, une interview datant de 2015, et le blog qu’il avait monté à ses débuts (très chou).


Produits dérivés: ne faites pas la même erreur que moi, et commencez par le tome 1 de la saga 😉 Peut-être que vous accrocherez plus, de cette manière.


Pour aller plus loin:

Le site de Cryonics Belgium regorge d’informations sur la cryonie (conservation par le froid des humains).

Le site de Alcor, qui cryonise ceux qui en ont les moyens, en attendant quen la science et la technologie avancent pour soigner leurs mortelles afflictions.

Une vidéo promotionelle qui explique la démarche (en anglais):

Cet article (en anglais) très complet sur le processus, pourquoi, comment, etc…

Zoé est timide, collection Princesse parfaite

Zoé est timide, collection Princesse parfaite

zoe-est-timide-2214-450-450Mademoiselle a emprunté ce livre à une copine. Une grande de dix ans, s’il vous plaît! Je n’étais pas trop d’accord (vous vous souvenez peut-être de mon avis pas du tout enthousiaste sur un autre livre de la même collection), mais bon on n’allait pas faire une scène à 22h alors que Mademoiselle était crevée (et surtout je ne me voyais pas expliquer, devant les parents, que le message de ce livre était nul – chacun ses choix éducatifs). Nous sommes donc rentrés avec, Mademoiselle super contente, et moi à me demander comment on allait contourner le problème.


Concept et résumé: Zoé, Princesse Parfaite, est une collection qui suit Zoé, une petite fille de plus ou moins cinq ans, dans sa vie quotidienne, suivant un thème précis. Les doubles pages antagonisent les « mauvais » et « bons » comportements de Zoé, dans une situation donnée.

Ici, Zoé est timide: au parc, à l’école, sur scène, avec des amis, au centre aéré… Zoé est tellement timide qu’elle n’arrive pas à communiquer, est embarrassée, rougit, n’ose pas… mais lorsque Zoé se transforme en Princesse parfaite, alors elle prend son courage à deux mains, fait le spectacle, va parler aux autres enfants, demande à aller aux toilettes, fait un bisou à sa maîtresse…

A la fin du livre, il y a un diplôme et dix bons points. A chaque fois que l’enfant surmonte sa timidité, il reçoit un bon point, et lorsqu’il a reçu tous ses points, il reçoit son diplôme.

Princesse-parfaite-4


Mon avis: il n’a pas changé pour cette collection. Je trouve toujours que c’est une fausse bonne idée.

Antagoniser Zoé, qui fait les choses « mal », avec son alter-égo de princesse, c’est déjà à la limite du soutenable pour moi. Le message envoyé est: telle que tu es, tu as seulement des défauts. Il te faut te transformer en Princesse Parfaite, avec robe à fanfreluches et tout le tralala, pour être considérée en société. Je passe sur le fait que l’alter-égo aurait pu être une héroïne badass au lieu d’être toute de rose vêtue… pour les stéréotypes de genre, on est en plein dedans.

zoes

Les situations sont hyper culpabilisantes pour l’enfant timide: au centre aéré, Zoé fait pipi dans sa culotte mais n’ose pas le dire au moniteur. En Princesse Parfaite, Zoé ose enfin dire qu’il faut qu’elle se change! Youpi! Quand Zoé voit un copain qu’elle n’a pas vu depuis longtemps, elle reste dans les jupes de sa mère. Mais quand Princesse Parfaite voit sa meilleure copine, elle lui saute au cou! Quand Zoé est au parc, elle n’ose pas parler aux autres enfants et se sent triste qu’ils s’amusent sans elle… bref, vous saisissez le truc.

couv princesse parfaite timide jalouze .inddZoé est timide, c’est de sa faute, elle n’a qu’à prendre son courage à deux mains et être moins timide. Je tombe des nues avec ce genre de raisonnement à deux balles. Le pire c’est que c’est une collection qui a pas mal de succès…

Comment j’ai tourné la chose? Parce que oui, Mademoiselle a voulu lire ce satané livre. Heureusement qu’elle ne sait pas encore lire et que je peux bidouiller le truc comme je l’entends.

Alors j’ai expliqué qu’il y avait deux Zoés, mais qu’elles étaient en fait la même personne qui se sent bien ou qui ne se sent pas bien. Jusque là on est dans les clous.

Lorsque nous avons lu le livre, j’ai modifié les situations, et expliqué que quand Zoé ne se sent pas bien, c’est parce qu’elle est dans un nouvel environnement, avec des gens nouveaux. J’ai demandé à Mademoiselle si quand elle était avec des gens qu’elle ne connaissait pas, il lui arrivait de préférer vouloir rester avec nous, ses parents, plutôt que d’aller jouer avec des enfants qu’elle ne connaissait pas encore bien. Réponse: oui!

Et quand Zoé se sent bien, et ose parler/demander/danser/jouer, c’est parce que ça fait un petit moment qu’elle connaît les gens/qu’elle s’est bien entraînée/qu’elle a déjà fait ce genre de chose avant.

princesseVoici quelques exemples avec, en italique, mes ajouts:

  • La maîtresse: Zoé parle très bas à sa maitresse et n’ose pas la regarder en début d’année. Après quelques semaines, Zoé connaît bien sa maîtresse et lui fait un gros bisou lorsqu’elle arrive à l’école.
  • Le spectacle: pour le spectacle de l’école, Zoé se retrouve devant tous les parents et ça lui fait peur, elle oublie les paroles de la chanson. Pour le spectacle de son école de danse, il y a seulement les parents de ses amies du cours de danse, et elle se sent plus à l’aise.

Et le diplôme de Princesse Parfaite avec ses dix bons points, à la fin du livre, on en parle? Une carotte!! L’enfant sera motivé à ne « pas être timide » pour la récompense, pas pour améliorer sa vie sociale…

Vous l’aurez compris, Zoé, Princesse Parfaite est pour moi une collection qui ne sert à rien. Je ne la recommande pas du tout, du tout.


Chronique rédigée dans le cadre du challenge Avril en Albums du blog Pilalire.

36899-logo2017_150

 

The Wonderful Things You Will Be, Emily Winfield Martin

The Wonderful Things You Will Be, Emily Winfield Martin

The Wonderful Things You Will Be Emily Winfield Martin 1The Wonderful Things You Will Be (Toutes les merveilles que tu seras) a été offert à Mademoiselle pour ses deux ans par une amie anglaise. C’est l’un des album les plus poétique que j’ai jamais lu.


Ce livre explore, du point de vue d’un jeune parent, l’avenir de son enfant. Le parent se demande comment son enfant va grandir: sera-t-il courageux, généreux? Voudra-t-il jouer de la musique? Soigner les animaux? Planter des graines?

En lisant le livre avec son enfant, on lui montre que tout est possible, car quoi que l’enfant devienne en grandissant, il restera merveilleux aux yeux de ses parents.

Le texte est plus ou moins écrit en rimes, donnant une musicalité et un rythme aux mots. Les mots utilisés sont simples et forts. Une ou deux phrases par double page suffisent.

emily-winfield-the-wonderful-things-you-will-be-
Quand je te regarde et que tu me regardes, je me demande quelles merveilles tu deviendras

Les illustrations sont quant à elles de toute beauté, oniriques presque, avec une touche vintage un peu désuète. Les scènes sont ancrées dans la vie réelle, mais si on regarde de plus près les images, on s’aperçoit qu’il y a plein de petits détails décalés ou fantastiques. Par exemple l’image où l’on voit un groupe de rock composé de petites filles qui répètent dans un garage… Sous la voiture, on aperçoit un groupe de souris identique à celui des petites filles 🙂

The-Wonderful-Things-You-Will-Be-by-Emily-Winfield-Martin

J’ai aimé que tous types d’enfants soient représentés: de toute origine ethnique d’abord, avec des spécificités physiques différentes, des caractères complémentaires, des centres d’intérêts divers et variés (aventurier, bouquineur, couturier, musicien, jardinier, etc…). Et surtout, les enfants ne sont pas mis dans des cases suivant leur genre. Les filles ont un groupe de rock, un petit garçon est couturier… Tout le monde peut faire ce dont il a envie, sans tabou.

emily-winfield-the-wonderful-things-you-will-be-4
Je sais que tu seras gentil… et intelligent…

Personellement, c’est de cette manière que j’ai l’intention d’élever Mademoiselle – même s’il faut bien avouer que l’influence des autres enfants à l’école mène la vie dure à mes principes (comment ça elle veut un cartable Elsa? et puis quoi encore? Bon Ok Elsa est une princesse Disney super badass, ça aurait pu être pire, mais bon… je m’égare, fermons cette parenthèse!).

TheWonderfulThingsYouWillBe
Est-ce que tu apprendra ce qu’aider les choses à pousser signifie?

Le livre permet aux enfants d’explorer toutes les possibilités qui s’offrent à eux, de réaliser que rien ne se dresse entre leur rêve, leur ambition, et son accomplissement. je ne sais pas pour vous, de mon côté, en tant qu’adulte, j’ai tellement de barrières mentales que je n’ose pratiquement jamais rien faire! Je veux que Mademoiselle sois libérée de ce carcan.

The Wonderful Things You Will Be Emily Winfield Martin 4

Le livre se termine sur une double page à ouvrir (on a donc l’équivalent de quatre pages), qui dévoile une fresque d’enfants déguisés de costumes divers et variés, représentant ce qu’ils rêvent de devenir plus tard.

The Wonderful Things You Will Be Emily Winfield Martin 2

Je pense que vous aurez compris que j’ai été totalement conquise par cet album. Le message est très chouette, les illustrations toutes en douceur et magnifiques… Que demander de plus? Une version française peut-être? Car je suis certaine que s’il n’est pas déjà traduit (je n’ai pas trouvé), son entrée sur la marché français du livre pour enfant aura beaucoup de succès.

En attendant, que cela ne vous freine pas pour vous le procurer. Comme je l’ai dit, chaque double page ne comporte qu’une à deux phrases plutôt simples, et même si vous êtes nul en anglais, Google Traduction pourra vous aider. Ce serait dommage de se priver d’un tel joyau!

emily-winfield-the-wonderful-things-you-will-be-1

Quand tu étais trop petit pour me dire Coucou, je savais déjà que j’avais envie de faire ta connaissance.

Et comme je suis sympa, je vous offre même ma propre traduction 😉 Alors évidemment on perd un peu en rythme et en rimes, mais au moins vous avez l’idée générale 🙂

Quand je te regarde et que tu me regardes, je me demande quelles merveilles tu deviendras.

Quand tu étais trop petit pour me dire Coucou, je savais déjà que j’avais envie de faire ta connaissance.

Car même si petit, tu ne pouvais dissimuler un coeur si énorme, et sauvage, et sage.

C’est la première fois qu’il y a un « toi », donc je me demande quelles merveilles tu deviendras.

babiesEst-ce que tu défendras le bien en sauvant la situation?

Ou est-ce que tu joueras une chanson que seul toi saura jouer?

Raconteras-tu une histoire que tu es le seul à connaître?

Apprendras-tu ce que signifie d’aider les choses à pousser?

Apprendras-tu à voler pour trouver le meilleur point de vue?

Ou à prendre soin des choses qui sont bien plus petites que toi?

Je sais que tu seras gentil… et intelligent… et audacieux.

Et plus grand sera ton coeur, plus il pourra contenir.

Quand les nuits seront noires et les jours gris – tu seras courageux et lumineux, afin que les ombres ne triomphent pas.

Et tu découvriras alors tout ce qu’il y a à voir… et tu deviendras qui tu voudras.

Et alors je te regarderai et tu me regarderas, et je t’aimerai, qui que tu sois devenu.

The Wonderful Things You Will Be Emily Winfield Martin 3


emily-martinL’auteure: Emily Winfield Martin est une artiste américaine touche à tout: illustratrice, auteure de livres pour enfants, couturière et productrice de « etcéréras », comme elle aime dire 🙂 Elle habite à Portland, dans l’Oregon.

Après son diplôme d’école d’art en 2005, Emily Martin Winfield a monté une boutique Etsy sur laquelle elle a vendu ses dessins et ses créations. Sa boutique est devenue si populaire qu’elle a été mentionnée dans le New York Times et sur CNN.

Emily Winfield Martin s’est ensuite lancée dans une carrière d’auteure de livres pour enfants, et elle connait un grand succès. Vous pouvez suivre Emily sur Instagram, Twitter, son blog, son site web et sa boutique Etsy.


Je vous laisse avec la lecture en image du livre (en anglais):


Ce livre est lu dans le cadre du challenge Avril en Album du blog Pilalire.

fdaf8-logo2017_450

Appel à lecteurs #2

Appel à lecteurs #2

Les Editions du Monde Premier réitèrent l’expérience de l’appel à lecteurs!
Lisez gratuitement Le Peigne Noir de Nibur, contre une chronique 🙂

Éditions du Monde Premier

Netino-640x300Bonjour à toutes et à tous !

Nous revenons cette année avec un nouvel APPEL A LECTEURS, qui concerne cette fois-ci Le Peigne noir de Nibur, d’Alix d’Angalie.

Le principe de l’APPEL A LECTEURS est le même qu’il y a un an : nous envoyons gratuitement un livre numérique à qui souhaite le lire puis en parler. 

Du point de vue du délai de lecture et de chronique : 2 sessions

  • du 19 au 30 juin
  • du 1er au 6 août

Du point de vue « en parler », c’est en fonction de vos moyens : si vous avez un blog, une chronique est la bienvenue, sinon, les réseaux sociaux et sites de lecture seront tout autant appréciés (si vous avez adoré le livre et que vous voulez en parler partout, évidemment, on ne vous en voudra pas^^).

Nouveauté cette année :pour chaque session, une Lecture Commune sera organisée…

View original post 134 mots de plus

Dent, La Carie – Francette Bosquet et Eric Créton

Dent, La Carie – Francette Bosquet et Eric Créton

dent la carieVoici le premier livre que Mademoiselle ma fille et moi-même avons acheté à la Foire du Livre de Bruxelles.

Le thème m’a interpellée, et Mademoiselle a beaucoup aimé l’histoire du « trou dans la dent de Gus ».


Présentation du livre par les auteurs:

NOTRE OBJECTIF : LES ENFANTS SE BROSSENT ENFIN LES DENTS, ADIEU LES CARIES !

« Pourquoi faut-il se brosser les dents? ».

dessin002-218x300

A cette question, tout parent répond « Parce que sinon tu vas avoir une carie! ». Cela ne parle pas à l’enfant.

« C’est quoi une carie? Qu’est-ce qui provoque une carie? ».

Toutes ces questions restent sans réponse compréhensible pour l’enfant qui alors ne prend pas part à ce rôle qui est le sien de la compliance au brossage. Le fait que l’enfant comprenne pourquoi il fait quelque chose, est essentiel pour qu’il soit l’acteur de son brossage et non le spectateur inactif de celui-ci.


Résumé: Gus se réveille une nuit en pleurs. Il a très mal aux dents! Le lendemain, d’ailleurs, il a son premier rendez-vous chez la dentiste.

Gus et Constance, la dentiste, rapetissent pour aller explorer la bouche de Gus et comprendre ce qui se passe. Ils devront affronter les méchant microbonbons, qui lui grignotent les dents, et l’affreux roi Microbius, chef des microbonbons.

Heureusement, Constance a des amis fidèles sur lesquels elle peut compter pour combattre les microbonbons et Microbius, et d’autres qui l’aideront à réparer les dégâts.

Ouf! Gus n’a maintenant plus mal aux dents!


Mon avis: Mademoiselle se brosse les dents un peu quand elle en a envie, et si elle n’a pas envie, ça peut vite virer au drame inter galactique. Ouais, rien que ça, et je n’exagère pas! cela me stresse énormément car j’ai très très peur qu’elle choppe une carie!

Gus

Nous sommes tombés sur ce stand coloré à l’entrée de la Foire du Livre de Bruxelles 2017. Mademoiselle commençait à donner des signes de fatigue, l’heure de la sieste approchant, mais elle était toujours éveillée. Elle a eu l’air d’aimer le livre lorsque je lui ai donné à feuilleter, et je me suis donc dit que je faisais d’une pierre trois coups:

  • ma fille allait se brosser les dents plus régulièrement
  • je soutenais une petite maison d’édition
  • je découvrais des auteurs belges (le Mois Belge, c’est par ici)

Le temps d’aller chercher du cash au distributeur, Mademoiselle s’était endormie. Il faut dire que le distributeur était stratégiquement situé au fin fond de la Foire, vous obligeant à voir tous les autres stands; et aussi qu’il a fallu patienter une bonne vingtaine de minutes dans la file pour atteindre le Graal – pardon, le distributeur automatique.

Bref, le temps que l’on revienne, l’auteure et l’illustrateur avaient eu le temps de nous faire une chouette dédicace pour Mademoiselle, qui ronflottait désormais comme une bienheureuse dans sa poussette (pour ceux qui ont suivi: LIBERTE!!!).

L’auteure est dentiste et a créé ce livre sur la demande de parents qui, comme moi, ont des rejetons récalcitrants à l’idée de se brosser les dents. Elle a donc imaginé ce voyage dans une bouche cariée, et c’est plutôt bien pensé.

Gus découvre ce qui se passe dans sa bouche: les microbonbons, l’armée du roi Microbius, grignotte ses quenottes afin que Microbius puisse construire son château dans la cavité. Heureusement, Constance la dentiste appelle ses potes qui viennent à la rescousse, d’abord pour chasser les vilains microbonbons, et puis ensuite pour colmater la dent. On finit en beauté avec la Reine Brosse-A-Dents et son mari le Roi Dentifrice, qui astiquent les petites dents de Gus.

Microbius

Ce qui est bien trouvé, c’est que les instruments de torture (genre la fraise, pour ne citer que le pire) sont transformés en créatures colorées et sympathiques, à l’instar du Papillon, qui représente la seringue qui va anesthésier la gencive. Un petit encart montre le VRAI instrument, de cette manière l’enfant est déjà familier avec ce dernier.

Les illustrations… sont sympa, mais un peu simples à mon goût. J’aurais aimé quelque chose d’un peu plus poussé… il y a un côté enfantin qui ne me plaît pas plus que cela. Mais ça suffit pour capter l’attention de Mademoiselle avec des planches très colorées. Les microbonbons et les instruments sont très réussis, mais les personnages humains un peu moins, à mon goût.

Mademoiselle, qui est dans sa phase « pourquoi » (elle a trois ans), a adoré l’histoire de Gus et des microbonbons. On a lu le livre au moins trois fois d’affilée la première fois, et elle le redemande encore souvent. Elle pose plein de questions sur comment les microbonbons sont arrivés là et pourquoi ils mangent les dents de Gus.

Elle a aussi très bien intégré le message, et donc maintenant elle me dit elle-même qu’il faut aller enlever les microbonbons avec la brosse à dent. Mission réussie!

Microbonbons


Les auteurs:

Francette Bosquet, dentiste pour enfants depuis 10 ans, conte à travers le livre « Dent, la carie » le déroulement étape par étape d’un soin dentaire et nous donne des conseils judicieux pour éviter l’apparition des caries.
Son objectif : que les enfants se brossent les dents en comprenant l’importance de ce geste quotidien.

Eric Creton est un illustrateur autodidacte qui habite à La Hulpe en Belgique. Vous pouvez jeter un oeil à sa page Facebook pour avoir une idée de l’étendue de son talent!

Francette Bosquet et Eric Creton


Pour aller plus loin:

Découvrez la Page Facebook dédiée au livre ainsi que le site web.

Pour commander ce livre que je recommande chaudement à tous les parents, c’est par ici.


Ce livre entre dans les challenges Le Mois Belge et Avril en Album, qui ont lieu pendant tout le mois d’avril.

La Brèche – Laurence Marino

La Brèche – Laurence Marino

Je vous invite à découvrir et voter pour un texte court et fort, un texte coup de poing pour tous ceux qui vivent dans ces limbes relationnelles. On s’y reconnaîtra, passé  ou présent, homme ou femme, on est tous passé par là.

Cliquez ici pour voter pour ce très beau texte qui est en compétition. Découvrez le blog de l’auteure Laurence Marino .

— Tais-toi.
— Mais je ne dis rien.
— C’est pire, tu nous fais chier avec tes silences
— J’ai mal.
— Tu ne saignes pas ? Tu n’as rien de cassé ?
— Si. Mon âme.
— Ferme la, tu cries trop fort.
Ils sont assis face à face dans la cuisine. Elle, ratatinée sur une chaise en osier, vêtue d’une robe grise et ses cheveux mi-long ramassés en une couette folle. Lui, encore en tenue de travail, un bleu ou un costume, on ne voit plus très bien. C’est juste bleu. Un bleu comme la mer profonde, un bleu qui ne salit pas. Il est rasé et ses cheveux sont courts.
Sur la table, deux assiettes, deux verres, des couverts. Pas de nappe pour ne pas avoir à laver du linge. Parce que oui, faire les lessives, c’est agaçant. Une montagne de vêtements dans la pièce du fond. Ils ont cette fameuse pièce, au fond, qui ne sert à rien et à tout. Pas d’enfants à mettre à l’intérieur et encore moins d’amis. Ils ont gardé le lit d’appoint. Pour ceux qui ne viennent jamais. On doit être prévoyant. Il garde également tous les emballages de Noël au cas où. Aussi.
Ce soir, elle a préparé des pâtes, c’est rapide et il en reste toujours pour le lendemain midi. Elle avait envie de manger autre chose mais il n’aime pas les légumes. C’est pour les nanas ou les gosses.
Les autres soirs, elle ne parle pas beaucoup, juste quelques mots pour relancer son monologue à lui. Juste pour lui montrer qu’elle est attentive. Oui, bien sur, peut être, ah bon. C’est tout. Mais aujourd’hui, elle a envie d’autre chose. Etait-ce à cause des panières à linge qui débordent ? A cause de sa voiture qui n’a pas voulu la conduire au travail ? De cet inconnu qui s’est arrêté pour lui prêter son téléphone ? J’ai besoin d’appeler mon assurance, la dépanneuse, merci Monsieur.
Il a répondu qu’il pleuvait trop, qu’il ne fallait pas rester sur le bord de la route. Ils ont été s’abriter dans un café, elle a pu téléphoner. Une heure. Je vais rester avec vous, c’est plus prudent.
Soixante minutes, il a écouté, posé quelques questions et c’est comme si une vanne s’était ouverte. Après les mots, des larmes. Après les larmes, une main posée sur la sienne. Ce n’est pas mon habitude. Je sais il a répondu.
La dépanneuse était en retard, ils ont déjeuné. Elle n’a pas pris le numéro de téléphone qu’il lui donnait. Cela ne servirait à rien. Elle est mariée, malheureuse mais mariée. Cela ne se fait pas mais merci pour tout.
Elle est repartie avec le garagiste, on allait lui envoyer un taxi pour aller jusqu’à son bureau. Quelques heures plus tard, elle ne se souvenait pas de la couleur des cheveux de son sauveur. Elle avait oublié son prénom, Marc ou Mathieu. Peu important. La boule coincée au travers de sa gorge faisait des allers retours avec son ventre. Son estomac et plus bas aussi.
Sa collègue l’a ramenée à la maison après le travail. Tu es fatiguée ou juste bizarre ? J’ai mal. J’ai terriblement mal mais je ne sais pas pourquoi. Elle lui a conseillé d’en parler à son mari après tout c’est lui qui la connaissait le mieux quand même.
Elle pensait qu’elle ne se connaissait pas et que lui encore moins. Mais elle lui parlerait. Comment faire autrement d’ailleurs ? Il fallait bien que cette boule sorte et parte faire son chemin ailleurs.
— J’ai mal. Vraiment mal tu sais.
— T’as qu’à prendre un cachet ou aller te coucher. Tu ne vas pas me faire chier encore avec tes trucs. T’as tes règles ?
Ses règles, elles avaient disparues depuis plusieurs mois mais elle n’avait rien dit. C’étaient des trucs de nanas comme il disait. Chaque mois, elle gardait ce secret pour éviter d’écarter les jambes au moins durant une semaine.

Ce soir, ce qui s’est légèrement ouvert, c’est la brèche.

Dr. Seuss

Dr. Seuss

Voici un article qui traine dans mes brouillons depuis deux ans! Oui, deux ans! Il s’agit de livres que notre fille avauit reçu pour son premier anniversaire, et elle a aujourd’hui trois ans révolus! Merci à Bookwormette et son challenge Avril en Albums, qui me permet d’apurer ma liste de brouillons!


Pour son premier anniversaire, notre fille a reçu d’une amie indienne vivant aux Etats-Unis (ça va, vous suivez?) deux super livres de Dr Seuss:

  • One Fish, Two Fish, Three Four Five Fish!
  • Green Eggs And Ham.

Comme nous sommes un foyer bilingue, ces livres en anglais nous sont d’une grande utilité, surtout que nous vivons dans un pays francophone – il nous faut donc renforcer au maximum l’exposition de Mademoiselle à l’anglais, sachant que 90% de son temps est passé en français.

En français, les titres sont traduits par:

  • Poisson Un, Poisson Deux, Poisson Rouge, Poisson Bleu
  • Les Oeufs Verts Au Jambon (à noter que je ne suis pas d’accord avec cette traduction car le jambon est lui aussi vert, mais bon là je chipote pour des cacahuètes!).

Le livre des poissons apprend à l’enfant à compter ainsi que quelques couleurs et quelques opposés (un poisson tout neuf/un vieux poisson par exemple). Il ne compte pas beaucoup de pages car il s’agit ici d’explorer des concepts. Pas besoin d’en faire des tartines, l’enfant manipule lui-même les poissons colorés en plastique situés en haut du livre, les compte, etc…

Les Oeufs Verts Au Jambon est un livre bien plus complexe qui explore les rimes, les opposés, l’affirmation/négation. La version que nous avons comporte des petites fenêtres à ouvrir qui ont tout de suite séduit notre fille. Et je dois dire que deux ans plus tard, ces livres ont toujours le même succès. La traduction française est assez fidèle mais perd évidement certaines rimes et jeux de mots (voir la vidéo ci-dessous).

Les Oeufs Verts Au Jambon en vidéo (avec un petit accent québécois):

Nous avons été tellement convaincus par ces livres du Dr Seuss que nous lui en avons pris quelques autres:

  • The Cat In A Hat, Le Chat Chapeauté: l’histoire de deux enfants qui s’embêtent lors d’un jour de pluie, alors que leur maman est sortie. Un chat chapeauté fait son apparition et fait plein de tours pour les amuser…
  • Fox In Socks (Le renard en chaussettes), un tournelangue de folie! Vous savez, les trucs très difficiles à prononcer du style « Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches archi-sèches? ». Je n’ai pas trouvé de traduction française pour ce livre, et pour cause, à mon avis c’est juste impossible!
  • Mr Brown Can Moo (M. Brun sait meugler): un livre qui suit Mr Brown, un petit bonhomme qui sait imiter toutes sortes de bruits. Non seulement des bruits d’animaux, mais aussi des bruits de la vie quotidienne comme le tic tac de l’horloge, le bruit de la viande qui cuit dans une poêle ou encore le bruit de l’éclair lors d’un orage. Pas trouvé de traduction française non plus.

Ted_Geisel_NYWTS

L’auteur: mais qui est ce génial Dr Seuss qui joue si bien avec les mots et les concepts, en les mettant à portée des tous petits?

Théodore Seuss Geisel était un auteur américain né en 1904 dans le Massachussets, décédé en 1991 en Californie. Il est l’auteur de nombreux livres pour enfants, dont certains sont devenus des classiques, comme Le Grincheux Qui N’aimait Pas Noël (Le Grinch!) ou Le Lorax.

movies SeussSes œuvres donnèrent lieu à onze adaptations à la télévision, cinq au cinéma et une sous forme de comédie musicale à Broadway.

Geisel travailla aussi comme illustrateur pour des campagnes publicitaires, et comme dessinateur de presse . Durant la Seconde Guerre mondiale, il intégra l’armée pour travailler dans le département de l’animation de l’US Air Force ; il y écrivit le scénario de Design for Death, un film qui gagna en 1948 l’Oscar du meilleur film documentaire.

Il prit soin de ne jamais écrire en ayant à l’esprit une quelconque « morale » que pourrait apporter ses histoires, car selon lui « les enfants reniflent la morale à des kilomètres à la ronde ». Cela ne l’empêcha pas d’écrire des livres sur certains sujets sensibles, politiques ou sociaux:

Je vous laisse avec un florilège de citations pleines de bon sens que nous a laissées Dr Seuss 🙂

  • Pourquoi entrer dans le moule alors que l’on est né unique?
  • Sois qui tu es et dis ce que tu ressens, parce que ceux à qui cela pose problème ne comptent pas, et que ça ne pose pas de problème à ceux qui comptent.
  • Aujourd’hui tu es toi, c’est encore plus vrai que vrai. Il n’y a personne de vivant qui soit plus toi que toi.
  • Une personne est une personne, peu importe qu’elle soit petite.

dr seuss


Pour aller plus loin: explorez Seussville, le site dédié aux oeuvres du Dr Seuss.


Cette chronique a été réalisée dans le cadre du challenge Avril en Album, du blog Pilalire. Ce challenge a lieu tout le mois d’avril et est dédié aux albums jeunesse.8485d-logo2017_450

Elixir de Nouvelles Steampunk, Delphine Schmitz

Elixir de Nouvelles Steampunk, Delphine Schmitz

elixir de nouvelles steampunkElixir de Nouvelles Steampunk est le second livre acheté à la Foire du Livre de Bruxelles 2017 que j’ai lu. Je voulais donner une chance à un petit éditeur belge ET à un style que je ne connaissais pas: le steampunk. C’est donc le deuxième livre de Steampunk que j’ai acheté à la Foire (je pensais que The Pink Tea Time Club était un roman de fantasy, mais je m’étais fourvoyée).

Je n’étais pas trop sûre car c’était vraiment un tout petit éditeur (une moitié de stand!), et les illustrations ne me plaisaient pas trop. Mais je dois dire que j’ai été soufflée par ce recueil de nouvelles!


Résumé: plusieurs nouvelles se succèdent, à plusieurs époques (plus ou moins sur une dizaine d’années, je dirais), avec des personnages et des matériaux récurrents. La dernière nouvelle nous donne la clé de tout cela, et nous explique d’où le célèbre artiste Alfons Mucha a tiré son inspiration.

Mucha_prints_Les_Saisons


Mon avis: Ce bouquin m’a mis une claque magistrale! Pour être honnête, je n’en n’attendais pas grand chose… La couverture est jolie mais m’avait l’air un peu bidouillée, et je n’y connaissais rien au Steampunk.

cameraEn ce qui concerne le steampunk, je me suis rattrapée en me renseignant suite à ma lecture précédente, qui évoluait aussi dans cet univers, et j’ai compris les grandes lignes de ce mouvement littéraire – donc c’est bon, je suis à jour et je sais désormais à quoi m’attendre.

Delphine Schmitz nous livre des nouvelles efficaces et qui ne peuvent nous laisser de glace. Chaque nouvelle comporte un degré de suspense très élevé et la chute est parfois légère, parfois sombre.

Je comptais lire la première nouvelle avant d’aller au lit, et je me suis prise une telle claque (dans le bon sens du terme) qu’il m’a fallu lire la suivante, et puis celle d’après, et puis… et puis j’ai finis le livre, épuisée après une dure journée au boulot. Mais je ne pouvais pas le lâcher et il me fallait absolument connaître le fin mot de l’histoire!

Chaque nouvelle est indépendante, mais des personnages et des matériaux mystérieux  y apparaissent de manière récurrente. La dernière nouvelle nous donne la clé de tout cela. Je ne veux pas en dire plus car c’est vraiment très bien trouvé!

Les codes steampunk sont respectés: une grande place est faite à l’horlogerie, aux mécanismes automatiques, aux inventions, à l’ingénierie et au développement technologique. Le surnaturel est aussi bien présent, avec par exemple une jeune femme qui partage son corps avec l’esprit d’une autre, ou un capitaine possédé par un pirate mort. Un peu d’horreur vient aussi s’y glisser, ce qui garantit un bon frisson le long de la colonne vertébrale.steampunk-gears-clockwork-widescreen-watch-cogs-1920x1080-66731

De mystérieux matériaux ouvrent des portes technologiques et magiques à nos héros: un minerai orange cuivré dont les propriétés sont infinies, une poudre noire qui viendrait de Pondichéry en Inde, et enfin un cristal qui conjure les morts… D’où viennent-ils? Vous le saurez si vous lisez la dernière nouvelle!

J’ai beaucoup aimé les références à la culture: pirates, assassins, détectives, Triangle des Bermudes, justiciers masqués, mythologie, inventions et progrès technologiques, personnages célèbres réels, tout y passe!
pteranodon

J’ai a-do-ré la manière dont Batman – pardon, le ptéranodon – a été intégré à cet univers. Magistral! Je me suis bien marrée, c’est certain. Cette nouvelle, qui parle aussi du pirate Barbe Noire, est sans conteste l’une de mes préférées, avec celle de l’appareil photo magique qui prédit l’avenir.

Référence évidente à Jules Verne et son 20.000 lieues sous les mers avec la construction d’un sous-marin qui part à la recherche de sirènes dans la région des Bermudes (et explication tangible au pourquoi du comment tout disparaît désormais dans cette zone).

SteampunkSub

La plus touchante est la nouvelle du vieil horloger qui perd sa femme et fabrique un automate pour reproduire le cliquetis des aiguilles à tricoter de sa défunte épouse. Vraiment très mignon et touchant.

mucha_1899_seasons_springLa dernière nouvelle, qui donne la clé de tout cela (et notamment d’où viennent ces mystérieux matériaux aux propriétés « magiques »), donne aussi une explication au talent de l’artiste art nouveau Alfons Mucha, dont je suis une grande fan. Encore une fois, c’est bien trouvé!

Comme je l’ai indiqué, certaines nouvelles baignent dans un climat d’horreur. Il me semble avoir lu quelque part que l’auteure avait eu sa période Stephen King – et bien ça se ressent, et c’est très bien amené! Entre le taxidermiste qui n’empaille pas que des animaux et le savant charlatan qui veut dominer le monde, on est servi!

En conclusion: un livre acheté au hasard, grâce au talent de persuasion de son éditeur. Honnêtement je n’en n’attendais rien, j’avais même peur d’avoir dépensé mon argent « pour rien », et je l’ai ouvert histoire de voir.

J’ai bien fait de l’acheter. Comparé au Pink Tea Time Club, la barre est bien plus haut – mais le Pink Tea Time Club est beaucoup plus léger et divertissant, alors que Elixir de Nouvelles Steampunk est plutôt noir et fait réfléchir.


Delphine SchmitzL’auteure: Delphine Schmitz est née à Liège en 1984, mais n’y restera pas longtemps. Fille de diplomate, elle passera son enfance en Espagne, puis une partie de sa jeunesse au Venezuela, avant de rejoindre le vieux continent. Entre la France et la Belgique, elle sera diplômée de gestion, marketing et psychologie, avant de devenir cadre en entreprise. Mais elle ne trouvera sa voie que quelques années plus tard, en se réorientant vers l’enseignement. Aujourd’hui professeur d’économie et de marketing, elle partage son temps libre entre ses passions : les voyages, la lecture et l’écriture d’histoires fantastiques.

Car si elle a un côté sérieux et rationnel, elle a également une facette rêveuse et créative qui, enfant, s’évadait par la lecture. Elle a ainsi découvert Stephen King, sa révélation littéraire, qui sera le premier d’une longue liste. En grandissant, sa passion pour le genre se confirme, à travers les livres, le cinéma et les séries. De l’horreur à la science-fiction, tout y passe.
Elle trouve ainsi son équilibre, entre analyse de tableaux de chiffres et épisodes de la Quatrième Dimension. Imprégnée de fantastique, c’est tout naturellement qu’elle commence à écrire ses propres histoires.

Son premier roman fantastique,  Les morts marchent ! , est publié aux éditions Chloé des Lys. Sa nouvelle steampunk Les inventeurs de Val-sur-Rouilleprix Nautilus 2015 fait partie d’un recueil disponible ici. Sa nouvelle steampunk La sensationnelle et tristement méconnue invention de l’ingénieur Ducycle, Premier prix « Pro » Préambule 2015, fait l’objet d’un recueil publié aux éditions Dricot et disponible ici. Son recueil Élixir de Nouvelles Steampunk est sorti en 2016 aux éditions Séma.

Biographie tirée du  site  de l’auteure. Vous pouvez suivre l’actualité de Delphine Schmitz sur sa page facebook.


Sema-S-noir-fond-blancSéma Editions: Lors de mon quadrillage systématique des allées de la Foire du Livre de Burxelles 2017, je me suis arrêtée devant un stand que se partageaient deux maisons d’édition.

Un monsieur à lunettes avec un grand sourire et une dame vêtue d’une robe noire brodée d’une montre de gousset en sequins (oui, oui!! Comme la montre du lapin d’Alice Au Pays Des Merveilles! D’ailleurs lorsque je lui ai parlé de sa robe, elle m’a affirmé que c’était une pièce unique) m’ont présenté leurs collections. Rien ne m’attirait vraiment, et j’ai donc glissé vers l’autre éditeur… qui ne me convaincait pas plus que cela non plus.

Au moment où j’allais partir, le monsieur au grand sourire m’a rattrapée in extremis en me présentant Elixir de Nouvelles Steampunk. Je n’étais pas entièrement convaincue, mais je me suis dit que j’étais aussi là pour découvrir des petits éditeurs et de nouveaux auteurs, et au diable mes préjugés, achetons donc ce recueil de nouvelles!

Si vous avez lu ma chronique ci-dessus, vous savez maintenant que j’ai été conquise.

Sema-Logo-edition-WP

J’ai contacté Michaël Schoonjans, qui est le monsieur au grand sourire et le directeur de Séma Editions, pour en savoir un peu plus sur cet éditeur belge. Voici ce qu’il m’a répondu:

J’ai créé Séma suite aux recommandations d’amis auteurs et éditeurs lorsque je dirigeais un site de chroniques. L’objectif était de faire connaître des livres de petits et moyens éditeurs à travers des démonstrations à domicile et des représentations sur salons.

En 2015, j’ai finalement décidé de lancer ma propre maison d’édition, et nous avons alors commencé nos publications. Depuis, 10 titres sont parus et de nombreux autres sont déjà prévus.

Sema editions
Michaël Schoonjans et l’auteure Delphine Schmitz (au centre). La dame à droite était aussi présente sur le stand de Séma lors de la Foire du livre et portait une magnifique robe!

On a l’explication du nom « Séma » lorsque l’on s’intéresse d’un peu plus près aux différentes collections: Séma Galaxie, Séma’Gique, et Séma’Cabre. Bien trouvé!

Séma Galaxie:  science-fiction, uchronie et anticipation.

Séma’Gique: fantastique,  fantasy et dark-fantasy.

Séma’Cabre:  thriller.

Pour les auteurs en herbe, il est possible de soumettre son manuscrit ici.

Blanche, je pense à toi en particulier car je pense que ton Sang Des Wolf correspond tout à fait à la ligne éditoriale! Ou encore Elora avec Que Ceux Qui Ne Peuvent Pas Mourir Lèvent La Main.


L’histoire:

Les Inventeurs de Val-sur-Rouille: Val-sur-Rouille est un village qui tient son nom d’une carrière d’oxalte, un minerai orangé, couleur rouille, détenue par la famille d’un inventeur. Les propriétés de ce minerai sont telles qu’on peut en faire ce que l’on veut. Il est presque magique. Mais lorsqu’un autre inventeur débarque à Val-sur-Rouille, la jalousie et la perfidie se répandent entre les deux concurrents. Une nouvelle qui a l’air bien innocente pour commencer, mais qui laisse un goût amer et terrifiant lorsqu’on la fini.

appareil photoCamera Obscura: Un jeune photographe participe pour la première fois à une fête foraine. Grâce à un sel de roche noire qu’un indien lui a donné, il peut développer ses clichés instantanément… sauf que ces clichés montrent le futur proche des personnes photographiées! Notre jeune photographe parviendra-t-il à sauver ceux qui sont en danger?

L’Automate de Maitre Sigismond: Maitre Sigismond est horloger. C’est lui qui a formé l’inventeur de Val-sur-Rouille. Lorsqu’il perd sa femme, son ancien élève lui envoie un bloc d’oxalte, ce minerai étrange dont il détient une carrière, afin de lui changer les idées. Le maître retrouve son entrain professionnel lorsqu’il met au point un automate qui tricote, comme sa femme avait coutume de le faire lorsqu’il travaillait. Le cliquetis des aiguilles, si familier, aide le Maitre à se concentrer sur son travail. Un jour, il est réveillé par l’odeur alléchante d’une tarte que sa femme avait coutume de lui préparer. Qui a bien pu la cuisiner? Une histoire très touchante sur le deuil.

La Rocambolesque Odyséee de l’Ulysse: Le Capitaine de Hauban sait où trouver des sirènes: dans les Bermudes. Pour partir à la rencontre de ces créatures légendaires, il s’octroie l’aide de Louise Bunsen, une jeune scientifique, pour construire un sous-marin en oxalte. Cette nouvelle revisite l’Odysée, le célèbre texte d’Homère; Vingt Mille Lieues Sous Les Mers de Jules Vernes; Dr Jeckyll et Mr Hyde de Stevenson; et apporte une explication aux mystérieuses disparitions qui ont lieues dans le triangle des Bermudes.

1mus_grev1

Taxidermie: Au Musée Grévin de Paris, il y a la salle de l’horreur: des reproduction des plus grands assassins connus. Ils sont criants de vérité… ce que les visiteurs ne savent pas, c’est que le sculpteur, aidé de son frère médecin légiste, récupère la peau du visage des cadavres des meurtriers condamnés à mort. Normal que la ressemblante soit frappante! Lorsque l’Etrangleur du Marais est guillotiné, une nouvelle statue apparaît dans la salle des horreurs. Le sculpteur l’a parée de deux globes de cristal, laissé en héritage par son père. Mais bientôt, d’autres victimes d’étranglement apparaissent…

barbe-noire-edward-teachSeuls Le Diable Et Moi: Le capitaine de Hauban acquiert à une vente aux enchères la longue vue du célèbre pirate Barbe Noire, retrouvée enterrée dans le jardin d’une veuve. Quelques temps plus tard, son caractère change du tout au tout. Encore plus mystérieux, des vols sont commis dans tout Paris, et personne ne retrouve jamais le coupable.

Pendant ce temps, un justicier masqué, déguisé en Ptéranodon, veille sur la ville. Il s’est juré de rendre Paris plus sûre, après que sa jeune soeur ait été retrouvée étranglée dans une ruelle. Une voyante fait appel à lui car elle est à la recherche du fantôme de Barbe Noire. Cette nouvelle revisite avec délice la légende du célèbre pirate, de Batman, et même de Sherlock Holmes sur la fin!

Télétempus: Un jeune homme de bonne famille est obsédé par les avancées scientifiques, au grand dam de ses parents, qui voudraient le voir marié. Forcé de se rendre chez un antiquaire avec sa mère, il découvre, émerveillé, l’automate de maitre Sigismond. Il rencontre également un indien qui lui remet du sel de roche noire de Pondichéry, un carburant super puissant. De retour chez lui, le jeune homme utilise l’automate pour parfaire son ordinateur (qui occupe toute sa chambre) et le met en marche grâce au sel de roche noire. Il entre ainsi en communication avec son descendant direct, qui lui apprend toutes les horreurs qui ont lieues pendant le siècle qui les sépare… au 19è siècle, sera-t-il possible d’intervenir avant que tous ces évènements funestes n’aient lieu?

Le Conseil Des Perpétuels: Je ne peux pas vous dévoiler le contenu de cette nouvelle, car elle donne la clé des mystères rencontrés dans les nouvelles précédentes! Sachez toutefois qu’on y découvre comment l’humanité s’est procuré l’oxalte, le cristal magique des yeux des statues de cire et de la longue-vue du pirate, et du sel de roche noire. On y apprend aussi qui était vraiment l’artiste Alfons Mucha 🙂 Une fin à laquelle je ne m’attendais pas!

alphonse_mucha_the_times_of_the_day_les_heures_du_jour_d5611167g
Les heures du jour, par Alfons Mucha

Ce livre a été lu dans le cadre du Mois Belge 🙂

mois-belge-logo-khnopff

Calendrier d’Avril

Calendrier d’Avril

Depuis quelques mois, j’ai pris une bonne résolution: je m’or-ga-nise. Et pour être organisée, quoi de mieux que de planifier et prévoir à l’avance les choses? Une grande révolution pour l’adepte de la dernière minute que je suis.

C’est pour cette raison que tous les mois, je cherche un nouveau fond d’écran avec le calendrier du mois en cours. Il me faut quelque chose d’esthétique, le visuel étant très important pour moi. Je passe donc facilement une heure à chercher LE fond d’écran qui me fait tilt, mais le jeu en vaut la chandelle.

Quelle rapport avec les livres, me direz-vous? Moi qui me suis toujours targuée de garder une ligne éditoriale strictement littéraire… et bien par extension, je suis toujours dans cette fameuse ligne éditoriale ;P

Ces calendriers sont un peu de la papeterie virtuelle, et ils m’aident à m’organiser pour poster plus régulièrement sur le blog. Voili voilou 🙂 Sans attendre, ma sélection pour avril. En cliquant sur l’image, vous serez redirigés vers le site de la designer 🙂

32970276243_675244a70c_b
Rae Ritchie
Introducing Metonymy Press and a Special Open Call for Submissions of Queer, Feminist, and Social Justice Writing

Introducing Metonymy Press and a Special Open Call for Submissions of Queer, Feminist, and Social Justice Writing

Avis à tous les auteurs en herbe!!
Voici un appel à textes d’une nouvelle maison d’édition de Montréal promouvant la littérature LGBT 🙂 Alors je pense que c’est plutôt en anglais, mais j’ai envoyé un petit email pour demander si les textes en français étaient acceptés aussi. Je vous tiens au courant.
L’article ci-dessous est en anglais, vous pouvez utiliser Google Translate pour traduire.
Bon weekend!

EDITO: Oliver de Metonomy m’a rapidement répondu (merci 🙂 ): les éditeurs parlent aussi français, mais pas assez bien pour pouvoir travailler sur de la littérature en français. Seuls les textes en anglais sont donc acceptés… et l’appel à texte est valable seulement pour le Canada. Ca n’empêche pas que ça m’a l’air d’être une super maison d’édition à découvrir si vous lisez en anglais.

Casey the Canadian Lesbrarian

This is a special post where I introduce you to a newish Canadian press and get you writers out there excited about a special open call for submissions! Metonymy is a Montreal-based press that publishes literary fiction and nonfiction by emerging writers. In their words: “We try to reduce barriers to publishing for authors whose perspectives are underrepresented in order to produce quality materials relevant to queer, feminist, and social justice communities.” Recently two of their books—Small Beautyby jia qing wilson-yang and Fierce Femmes and Notorious Liars: A Dangerous Trans Girl’s Confabulous Memoirby Kai Cheng Thom—have been nominated for Lambda Awards!

metonymy_logo-1024x428

“Gay^ Book Lovers Unite: Call for submissions” is an open call for creative fiction and non-fiction submissions ending April 14th. A jury of fabulous writers, Gwen Benaway, Helen Chau Bradley, jia qing wilson-yang, and Kama La Mackerel, will be reading the…

View original post 1 156 mots de plus

Avril en Albums, 3è édition, avec Bookwormette

Avril en Albums, 3è édition, avec Bookwormette

En plus du Mois Belge, avril est aussi le mois des albums jeunesse 🙂 
C’est un défi lancé par Bookwormette du blog Pilalire, que je suis heureuse de rejoindre. En effet, les livres jeunesse, ce n’est pas ce qui manque sous mon toit… et pourtant, j’en chronique tellement peu! Remédions à cela!
Je suis une quiche en informatique et je ne sais absolument pas rebloguer un article qui vient d’une autre plate forme que WordPress, du coup j’ai tout simplement copié-collé ci-dessous la présentation du challenge.
Un mini Swap est aussi organisé dans le cadre de ce challenge, mais je ne pense pas y participer.
Alors, qui vient avec nous, plonger dans l’univers des enfants?


Pour la troisième année consécutive, je vous invite à participer avec moi au challenge Avril en Albums! 

S’il y a un genre de littérature qu’on ne voit que trop peu dans la blogosphère, ce sont bien les albums! C’est par l’album, très souvent, que l’enfant entre pour la première fois en contact avec la littérature et l’art. Objet de créativité infinie, tant dans le fond que dans la forme, l’album est également un terrain de jeux pour les artistes s’adressant tant aux petits qu’aux grands.

Principe
C’est simple comme bonjour : pour participer à ce rendez-vous, il vous faudra publier une ou plusieurs chroniques à propos des albums jeunesse sur votre blog, parler d’albums sur vos comptes Twitter, Faceboo, Instagram ou autres, dans le temps imparti. Peu importe que votre blog soit un blog littéraire, un fourre-tout de pensées intimes ou une compilation de recettes de cuisine! Tout le monde peut participer!
 
Vous n’avez pas de blog? Qu’à cela ne tienne! Parlez d’un album sur les réseaux sociaux, prenez des photos, twittez, faites des vidéos, et utilisez le hashtag #AvrilenAlbums. Chaque semaine, je compilerai les participations de tout le monde!
Mais qu’est-ce que je peux raconter sur un album?!
Les albums peuvent parfois être difficile à analyser et critiquer. Pas de panique! Essayez de chercher ce qui vous a plu dans un titre que vous avez dévoré, d’étudier comment texte et image se complètent ou s’opposent, demandez-vous s’il est destiné aux petits ou s’il est trop complexe pour des enfants, analysez la forme particulière que les éditeurs lui ont donné, cherchez à savoir quel impact la lecture de cet album peut avoir, s’il est purement récréatif et jouissif ou bien s’il apporte des réponses aux questionnements des enfants… Tant de possibilités!
Mais vous pouvez aussi faire des articles sur un auteur d’albums que vous adorez, sur une maison d’édition qui fait un travail exceptionnel sur ses albums, sur un personnage phare de ce genre, traiter un thème dans une série d’albums, faire un reportage sur un festival de littérature jeunesse que vous avez adoré, raconter un souvenir personnel lié à la lecture d’un album… Tout est possible tant que cela aide à faire parler de ce genre sur la toile!

Pour vous inspirer, vous pouvez aller consulter les bilans des années précédentes ici:

     
Dates et inscriptions
Les inscriptions se font jusqu’au 9 avril 2017! Vous pouvez vous inscrire directement en postant un commentaire à la suite de ce message ou bien sur le forum de Livraddict en suivant ce lien.

Donnez-moi votre pseudo et l’adresse de votre blog… Et c’est tout! 🙂

Mini-Swap Avril en Albums
Cette année, petite nouveauté! Les personnes inscrites sur Livraddict peuvent également participer au Mini-Swap que j’organise autour des albums! Que les intéressés cliquent ici pour accéder au forum et en savoir plus.
Petite règle de rien du tout

Je vous demanderai, dans chaque billet réalisé dans le cadre de ce rendez-vous, d’intégrer à l’intérieur le logo du rendez-vous et de faire un lien redirigeant sur cette page, histoire qu’un maximum de gens en entendent parler et découvrent les autres blogueurs qui participent!

Le rendez-vous n’a lieu que jusqu’au 30 avril : par contre, si l’exercice vous a plu, vous pourrez évidemment continuer à poster des billets sur des albums par la suite! La règle ne s’applique que pour les billets réalisés dans le temps imparti du mois d’avril!

Voilà trois tailles pour le logo.

Des questions? Des remarques? Des suggestions? N’hésitez pas à me contacter via les commentaires ou à pilalire@gmail.com!
Saga de la Famille du Prince Athorn, Tome 1: Cataclisme cosmique – Armand Bourgeois

Saga de la Famille du Prince Athorn, Tome 1: Cataclisme cosmique – Armand Bourgeois

Saga prince athorn armand bourgeois

J’ai acheté ce livre après avoir été convaincue par l’auteur, un petit bonhomme aux lunettes rondes cerclées de bleu vif, lors de la Foire du Livre de Bruxelles 2017.

Il m’a expliqué que ça parlait du destin de la Terre au prochain millénaire, et de comment l’humanité s’organisait pour se mettre à l’abri d’une pluie de météorites qui se dirigeait vers notre petite planète.

Il m’a aussi parlé de mettre à l’abri des oeuvres d’art et les ADN des espèces animales connues, ce à quoi j’ai répliqué que tout cela me rappelait fort le mythe de l’Arche de Noé. Apparemment je ne m’étais pas trompée, et il parait que le second tome est, lui, inspiré de l’histoire de Jacob et la baleine.

J’ai été convaincue, et j’ai acheté ce livre auquel je n’aurais même pas jeté un oeil en librairie, que ce soit par son titre ou par son illustration. Comme quoi, rencontrer les auteurs a du bon! Et ce sont eux qui parlent encore le mieux de leurs oeuvres…


Résumé et avis en bref: ce livre commence en 3636 sur Terra. On découvre un nuage d’astéroïdes qui se dirigent vers notre planète. L’impact aura lieu dans trente ans. Des générations d’hommes et de femmes s’unissent pour sauver l’humanité, ainsi que le patrimoine culturel et génétique de la planète.

Mars et Proxima (une planète de Proxima du Centaure), deux planètes plus ou moins éloignées, ont été colonisées, mais les conditions de vie n’y sont pas encore idéales. Elles ne pourront accueillir qu’un dixième de la population terrienne. Le reste devra être abrité dans des abris souterrains construits un peu partout sur la planète.

Je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de lire de la science fiction. Pourtant ma rencontre avec l’auteur m’a fait changer d’avis, et j’ai lu ce livre assez rapidement. J’ai beaucoup aimé le futur imaginé par Armand Bourgeois, qui est très probable pour notre planète et notre espèce.

On sent qu’il s’agit d’un tome d’introduction pour le personnage principal, qui viendra certainement s’épanouir et nous faire profiter de ses prouesses dans le tome suivant, qui porte d’ailleurs son nom – Athorn. Ce tome couvre une longue période de près de 70 ans, et forcément cela se ressent. J’aurais aimé connaître certains personnages un peu mieux.

On sent le travail de recherche effectué, que ce soit sur les aspects technologiques, culturels ou spirituels. Le vocabulaire est plutôt recherché.

L’écriture m’a surprise, surtout venant d’un ancien instituteur: il y a des bouts de phrases sans verbe. Je suppose que c’est un style, mais ça ne m’a pas trop plu. Il y a aussi un usage assez saugrenu de majuscules, de manière systématique, après deux points, ce qui je trouve très bizarre. Certaines abréviations m’ont aussi choquées: quel besoin de mettre « les docs » quand on peut écrire « les documents »?

En d’autres termes, c’est un excellent livre sur le fond, mais en ce qui concerne la forme l’éditeur n’a pas fait son travail, selon moi, et cela handicape ce très bon livre.

impact 2


Mon avis: La science-fiction littéraire et moi, ça fait deux. Autant c’est un genre que j’apprécie sous le format cinématographique, autant à l’écrit, j’ai du mal. Si on doit faire appel à mon imagination, alors je préfère la fantasy ou même l’horreur. Mais la science-fiction… Bref.

Je crois que c’est la faute de Dune, lu au sortir de l’adolescence, sous la recommandation expresse de mon mec de l’époque. Ce mec n’aimait pas Zola, donc autant dire que nos goûts littéraires étaient aux antipodes, mais je m’égare. Dune, je n’ai donc pas du tout, du tout, accroché.

Revenons à nos moutons, ou plutôt à notre cataclysme: comment en suis-je arrivée à acheter ce livre? Le bagout de l’auteur a réussi à me convaincre. Et comme j’étais partie à la Foire du Livre avec, pour objectif, de découvrir des auteurs et des genres littéraires nouveaux, de sortir de ma zone de confort littéraire, je me suis lancée.

La Terre, appelée Terra dans ce livre, court un grave danger! Un nuage d’astéroïdes se dirige vers nous, avec impact dans trente ans. Cela laisse à la population terrienne le temps de s’organiser. Un dixième de la population pourra être déplacée sur Mars et Proxima, deux planètes colonisées mais aux conditions de vie encore rudes, mais le reste devra rester sur Terre. Dès lors, la construction de milliers d’abris commence, certains sous des déserts, d’autres dans des massifs montagneux, ou encore sous les océans.

earth_proxb_compared

Ce premier tome de La Saga De La Famille Du Prince Athorn, je l’ai ressenti comme une introduction. En lisant à droite et à gauche sur l’auteur, je me suis rendue compte que je ne m’étais pas trompée: il a d’abord écrit le « tome du milieu », et puis il a développé l’avant et l’après.

Ce tome de l’avant a pour but de nous présenter le monde tel qu’il sera dans les années 3000, et introduit le fameux « élément perturbateur »: le cataclysme. L’aspect « généalogie » m’a un peu gênée (on explore la vie du grand-père, puis du père d’Athorn) et m’a vaguement rappelée la généalogie du Christ au début de la Bible, ou la généalogie des héros grecs. Machin fil de truc fils de bidule fils de chose… Bien sur c’est beaucoup plus subtile, ce n’est pas écrit de but en blanc, mais clairement on veut nous faire comprendre l’héritage de Athorn.

Le fait que le livre couvre une période très étendue (plus de 50 ans) fait aussi que l’on a du mal à s’attacher aux personnages, ils sont survolés trop rapidement à mon goût. J’aurais aimé en savoir plus sur l’empereur et ses tourments sentimentaux, sur l’androïde, et même sur le méchant Drinn.

base-secrete-sur-mars

En y réfléchissant, je pense que le livre manque de scènes « réelles », c’est plus comme un conte descriptif (ils firent ceci et cela, au lieu d’une scène qui montrerait un exemple de « ceci » et une autre de « cela »). Certes il y a des scènes d’action, mais trop peu à mon goût.

Par exemple, une expédition d’apprentissage est évoquée, au cours de laquelle les enfants ramènent un métal bleu inconnu, trouvé dans le crâne d’un dragon abattu. On aurait très bien pu avoir une scène d’action là dessus, plutôt qu’un rapport du style « ils participèrent à de nombreuses expéditions d’apprentissage. Au cours de l’une d’elles, ils durent affronter un dragon, dans le crâne duquel ils trouvèrent un métal bleu inconnu qu’il ramenèrent sur Terra ». D’autant plus que j’ai l’impression que ce truc bleu va jouer un rôle majeur par la suite, mais je me trompe peut-être… En tout cas il finit en couronne sur le front d’Athorn, ce qui est déjà pas mal.

Un truc qui m’a un peu hérissée: la justification de l’emplacement de l’Arche, qui abrite donc un nombre restreint d’humains et toutes les oeuvres d’art possibles et imaginables, est que les Alpes, en plus d’offrir un socle solide pour l’abris, sont situées au coeur de l’Europe, qui est l’endroit qui regroupe le plus d’oeuvres d’art au Monde. C’est un peu euro-centré, tout ça! Et je doute que les Africains, les Asiatiques, les océaniens et les Américains apprécient…

En même temps c’est vrai qu’on a pillé toutes leurs ressources culturelles pour les exposer au Louvre, mais je pense que l’argument de la solidité du bloc rocheux alpin aurait suffit.

Au niveau de l’écriture, comme je l’ai dit plus haut, certains choix de ponctuation et de majuscules m’ont parus un peu farfelus… Je ne suis pas non plus une grande fan des phrases nominales ni de l’utilisation d’abréviations.

exploration de la comète

Et pourtant… l’univers mis en place par Armand Bourgeois est passionnant! Il a vraiment pensé à tout, et ce doit être un travail de titan que de passer en revue la multitude de détails évoqué et leur probabilité de véracité.

On sent l’amour de l’auteur pour les sujets qu’il évoque. Pêle mêle: l’écologie, la pollution, la surpopulation, l’art, la lithothérapie (le pouvoir des pierres), le progrès technologique, l’histoire humaine et planétaire, les relations humaines…

Par exemple, l’expansion de l’humanité est maîtrisée par une loi draconienne qui n’est pas sans rappeler le contrôle des naissances en Chine: deux enfants par personne maximum (donc si tu as déjà deux enfants avec ton ex, par exemple, tu ne peux pas en avoir un autre avec ton nouveau partenaire, même si ce dernier n’a pas d’enfant. En Chine c’était un enfant par couple, et donc j’ai une copine de parents divorcés et remariés qui a une demi-soeur du côté de sa mère et un demi-frère du côté de son père).

two-shiva-lingam-stonesLes pierres ont un rôle magique important à jouer. Elle permettent des transes méditationelles assez impressionnantes qui donnent lieu à certaines découvertes majeures. un personnage peut, par exemple, explorer un astéroïde lors d’une séance de méditation « aidée » par une pierre.

Je me demande bien, d’ailleurs, quel rôle ces pierres vont jouer dans le futur.L’une de ces pierres est un Shiva Lingam. Si vous suivez un peu, vous savez certainement que la culture indienne, c’est mon dada! Que vient faire la pierre sacrée du Dieu Shiva ici? J’ai bien l’impression que ses pouvoirs magiques pourraient provenir du choc de la première météorite qui a décimé les dinosaures et façonné la Lune… à confirmer dans le prochain tome!

La référence biblique est immanquable: on construit une Arche pour y conserver tous les ADNs de faune et de flore existants sur Terra, en plus d’y conserver les oeuvres d’art majeures. Par exemple les sphinx égyptiens sont transportés dans l’Arche, construite dans le massif alpin, ainsi que des tableaux de maître et toute autre oeuvre susceptible de constituer un capital culturel qui viendrait à manquer s’il était détruit lors de l’impact.

Certaines oeuvres sont conservées sur place, là où elles se trouvent, car elles sont intransportables. Je pense aux pyramides, puisque j’ai parlé plus haut des sphinx. Ces monuments sont conservées dans une mousse spéciale pour les protéger au mieux lors des impacts et des ondes de choc en découlant.

J’ai critiqué un peu au dessus l’écriture, mais une chose que j’ai grandement appréciée, c’est l’usage des beaux mots. Il y a aussi beaucoup de suspense, on se demande vraiment ce qui va se passer, comment l’humanité va pouvoir s’en sortir…

impact

La description du cataclysme en lui-même est pleine de suspense. Plusieurs « petits » astéroïdes s’écrasent sur Terra, provocant plusieurs ondes de choc. Certains abris résistent, mais d’autres pas, notamment ceux qui sont construits sous les océans. C’est assez horrible de les voir se rendre compte que le plafond fuit…

Et le tour de maître, LE truc auquel je ne m’attendais pas du tout, c’est Terra APRES…  On glisse doucement de la science fiction à la fantasy! L’apparition de dragons, trolls, fées, orcs et elfes est simplement due… aux radiations provoquées par les impacts! Et comme tout a été détruit à la surface du globe, les humains qui restent doivent se débrouiller avec les moyens du bord, plutôt archaïques… C’est tout simplement génial!!! Woww!!!

Par une habile manipulation du scénario, Armand Bourgeois isole Terra de ses colonies Mars et Proxima après les impacts. Les trois mondes évoluent donc de manière indépendante pendant une bonne décennie, voire plus.

Comme les scientifiques et artistes ont été privilégiés pour immigrer sur Proxima, cette dernière se développe de manière fulgurante. Mars, sous la coupe de son dirigeant despotique, voit au contraire ses conditions de vie se dégrader. Et sur Terra, comme on le sait, une nouvelle aventure inspirée de la fantasy vient de commencer…

En conclusion: un roman qui ne m’a pas convaincue à 100% sur la forme, mais bien sur le fond! Une ode à notre petite planète et à tous les trésors qu’elle recelle… j’ai hâte de lire la suite!

dolome


le-salisien-armand-bourgeois-passionne-de-sciences-et-de-fiction-est-lauteur-dune-saga-futuristeL’auteur: Armand Bourgeois, ex-enseignant, se décide à publier le premier des trois livres de sa saga. Depuis toujours, il vit au contact de la science-fiction et de l’heroïc fantasy, de l’histoire des Arts et de leurs pratiques. Il partage sa vie entre le Béarn, le Pays Basque, le Périgord et Paris, aime voyager et rencontrer le monde.

Biographie extraite de la page de l’auteur sur Société des Ecrivains.


Ma rencontre avec Armand Bourgeois a été plus qu’improbable: je me suis arrêtée sur le stand de son éditeur car je connais quelques plumes que cela pourrait intéresser, et j’ai entendu gromeler derrière moi « Non mais ils exagèrent, quand même, Amélie et Bernard! », en références aux files interminables devant les stands de dédicace d’Amélie Nothomb et Bernard Weber.

Armand BourgeoisJe me retourne, et me trouve face à un grand gaillard, plutôt jeune, et à ce monsieur aux cheveux blancs et aux lunettes cerclées de bleu vif. Maintenant que j’y pense, peut-être que ces montures de lunettes sont faites elles aussi en métal de dragon? Mais je m’égare, encore une fois…

Je lui demande de me présenter son livre. Je vous rappelle que la science fiction littéraire et moi, ça fait deux. Et pourtant, Armand Bourgeois, son enthousiasme et son bagou, ont finis par me convaincre… et je ne le regrette pas!

Comme je n’avais plus assez de cash sur moi, j’ai du retourner au distributeur et poireauter une bonne vingtaine de minutes pour pouvoir, enfin, repartir avec mon livre. Ouf!

Livre dédicacé par Arislord lui-même, voyez-vous ça 😉


Produits dérivés: c’est une trilogie, il y a donc deux autres tomes à découvrir!

Tome 2: Ahtorn et les Créatures

Tome 3: (à sortir en juillet 2017)

dragons


Pour aller plus loin:

Visitez Proxima-b, une exo-planète du système Proxima du centaure découverte récemment, qui pourrait véritablement être habitable! C’est juste magnifique…

Apparemment, le personnage d’Athorn a été inspiré à Armand Bourgeois par son ancien élève, l’artiste Ben, qui illustre les couvertures des livres. Les illustrations de cette chronique sont toutes tirées de la page Facebook de Ben ainsi que de celle consacrée au personnage d’Arislord, auquel l’auteur s’identifie fortement, et de la page personelle de l’auteur Armand Bourgeois.

Quelques articles dans la presse locale sur Armand Bourgeois et sa Saga:

La Rep Des Pyrénées; Sud-Ouest: article du 3 mars 2016, article du 11 octobre 2016

dragon

 

Le mois belge, saison 4

Le mois belge, saison 4

Belge d’adoption, il fallait quand même que je me décide à aller fureter du côté des auteurs de mon pays d’accueil.

Le Mois Belge d’Anne et Mina, saison 4, m’en offre l’occasion 🙂 D’autant que suite à mon escapade à la Foire du Livre de Bruxelles 2017, j’avais ramené dans mon escarcelle quelques titres belgo-belges 🙂

Le Mois Belge a lieu au mois d’avril, il débute donc dans quelques jours seulement! Vous pouvez vous y inscrire sur la page Facebook dédiée au défi, consulter le récap mitonné par Anne et sa liste de suggestions, et utiliser les logos ci-dessous pour chaque billet du défi 🙂


Ce ne sera malheureusement pas un défi très fourni de mon côté, mais je suis tout de même heureuse de vous présenter ma sélection:

Enfants: Dent, la Carie, Francette Bosquet et Eric Creton

Steampunk: Elixir de Nouvelles Steampunk, Delphine Schmitz

Science fiction/philo: Cryogénie, Geoffrey Van Hecke


Alors, qui part en exploration littéraire au pays des moules-frites, de la bière, du chocolat et des gaufres avec moi?