Bibliorue, Book crossing, livres

Comment j’ai libéré mes livres – How I freed my books

Je vous en ai parlé récemment: une boite à livres, toute neuve toute belle, vient d’être inaugurée dans mon quartier.

Ca tombe bien, parce que justement, je suis en pleine konmarisation de ma maison. Konma – quoi?? Konmarisation. 

I told you the other day: there is a new book box in my neighbourhood. Which is great, really, because I am in full Konmari mode. Konma – what? Konmari!

Konmari, c’est la forme abrégée de Marie Kondo. Si vous ne la connaissez pas encore, c’est une japonnaise complètement fada du rangement, avec une philosophie bien particulière: d’abord on se débarasse du superflu, après on réorganise. Ok, rien de nouveau sous le soleil, mais là où ça devient assez intéressant, c’est qu’elle propose de ne garder que les objets qui nous « mettent en joie ».

Konmari is the pet name of Marie Kondo, a Japanese lady obsessed since childhood with sorting out stuff and organizing homes. Her philosophy: get rid of whatever doesn’t « spark joy » in you, and then reorganize your home, so as to be surrounded only by things you really love.

Voilà, donc si t’as un truc que t’aimes pas, hop, tu le vires, et si t’as besoin d’un remplacement, tu remplaces par un truc que tu kiffes à 200%. Ca a très bien marché niveau serviettes de toilette, qui étaient des serviettes récup’ qui nous ont bien servies, mais qu’on n’avait pas choisies et qui étaient complètement défraichies. Et rèches. Du coup, maitenant qu’on a trois sous de côté, on s’est pris de belles serviettes de toilette bien moelleuses.

So whatever you don’t really like, bam! Throw it, sell it, give it away, but get rid of it; and replace it by something you really, really love 200%. It worked wonders with our old bath towels, that were given to us by other people and were old. And not soft anymore. Now that we’re adults and can afford it, we got ourselves some very fluffy towels, and we love them.

Mais revenons à nos livres. Moi j’adore les livres. Je les kiffe grave, si je pouvais, mes murs seraient couverts d’étagères regorgeant de livres. Et j’étais persuadée que tous ceux que j’avais, je ne pourrais pas m’en séparer.

But let’s talk about books. I love books. I love them so much, my dream would be to be surrounded by books, books, books. And I was quite convinced that all the books we had, I loved them.

Quelle surprise, donc, d’être honnête avec moi-même et de me rendre compte que certains livres… ben soit je les avais lus et ne les avais pas aimés plus que ça, soit ils trainaient dans ma bibliothèque depuis 7 ans sans avoir jamais été ouverts… et donc, ils m’encombraient.

I was thus quite surprised to realise that, if I was being honest with myself, some books… I didn’t reaaally enjoy them; or worse, they were just sitting there in my bookshelf since seven years. And so, they were taking space.

Physiquement, puisque bon, Games of Throne, c’est quand même du pavé; soit mentalement, puisque je les voyais et me sentais coupable de lire plein d’autres livres sans arriver à ouvrir ceux là.

They were taking space physically, because Games of Throne, you know 😉 but they were also taking space mentally, because of the guilt. I would see these books and feel guilty that I had them for so long and was reading many other books, but not these.

20180712_072530
A garder / to keep

Le résultat? Deux sac à courses remplis. Je suis allée les déposer dans la boite à livres de mon quartier, en trois trajets (parce que c’est tout de même un chouïa lourd, tout ça).

Result: two shopping bags, full of unwanted books. I went to free them at the book box, in three trips, because it’s a bit heavy, you know :p

20180712_072544
A se débarasser / to get rid of

La méthode Konmari, c’est aussi repenser son espace, mettre en valeur les choses que l’on aime. Donc exit le meuble Ikea qui me servait plutôt d’espace de stockage littéraire, et bonjour à cette jolie bibliothèque, qui permet de bien voir tous les livres 🙂 Dans le meuble Ikea, j’avais trois rangées de livres par case, donc impossible de les voir tous!

Konmari, it’s also reorganising space to make the best use of it. So we said bye to our useful but ugly Ikea storage unit, and replaced it by a proper bookshelf, in which books are displayed properly 🙂 In the Ikea thingy, there were three rows of books in each box, so it was impossible to see them all.

Petit bonus: la boite à livres est bien vivante! Lorsque j’ai déposé mon 3è paquet de livres, la boite qui était plein à crauquer hier soir avait à nouveau de l’espace de libre!

Bonus: the book box is alive! When I went this morning for the last time to put books in the box, I discover that some of my books from the day before had already been borrowed!

Je suis vraiment heureuse de savoir que mes livres vont être lus, avoir une vie, et peut-être même voyager. C’est un sentiment magique, que de se rendre compte que l’on contribue à la vie culturelle de son quartier!

I am very happy to know that my books will be read, have a second  life, and maybe even travel. It is such a great feeling to know that I am contributing to the cultural life of my neighboorhood!

Quand je suis arrivée / après mon 1er passage / après mon 2è passage

When I arrived / after my first book drop off / after my second book drop off

 

Publicités
Bibliorue, Book crossing, livres

Une nouvelle boite à livres! A new book box!

Boite à livres (1)

Quelle joie! Une nouvelle boite à livres vient d’être installée par les habitants du quartiers dans le square qui est juste à côté de l’école de Mademoiselle (et donc pas très loin de chez nous non plus).

Elle est super grande et très jolie! Moi qui dois faire du tri dans mes bouquins, je suis bien contente de savoir où ils vont atterrir une fois que j’aurai dépoussiéré mes étagères.

En attendant, je me suis servie 😉 Comme je suis raisonable, je n’ai pris que deux livres.

I’m so, soooo happy! A new book box was installed by our neighborhood committee in the square that is just next to Mademoiselle’s school (so quite close to our place as well).

The box itself is very pretty and quite big! Since I need to sort out my book shelves, I’m super happy and excited to know where I will put the books I do not want to keep.

But since I haven’t started the process yet, I helped myself. Mind you, I’m reasonable. So I took only two books 😉

 

livres

Du livre au film: L’Extraordinaire Voyage du Fakir – Book to movie: The Extraordinary Journey of the Fakir

ob_92c576_23032733-1960549684197103-577170945600Monsieur et moi n’allons pas souvent au ciné. En tout cas pas ensemble, faute de babysitter (#vismaviedeparent). Cette fois-ci, on a eu l’occasion de faire garder Mademoiselle par une voisine sympa, le temps d’un film feel good.

Mr and I don’t often go to the movie. At least not together, because we don’t really want to pay for a babysitter to go to the movie (#loveparenting). This time, a nice neighbour looked after Mademoiselle for a few hours. Enough time to watch a feel good movie together.

C’est moi qui ai choisi – parce que si on écoute Monsieur, on se retrouve avec des super héros en veux-tu en voilà. Je n’ai rien contre les super-héros, mais je suis un chouia en retard dans l’aventure Marvel. Je me suis arrêtée à Dr Strange. Ca vous donne une idée des intervalles auxquels on va au ciné ensemble, Monsieur et moi 😉

I picked the movie. If I let Mr chose, we’re systematically watching super hero movies. I like super heroes, but I’ve missed quite a few of the Marvel franchise. The last one I saw was Dr Strange. This gives you an idea of how often we go to the movie together 😉

l-extraordinaire-voyage-du-fakir.20180406022725Mais je digresse. J’ai donc choisi d’aller voir L’extraordinaire Voyage Du Fakir, adapté du best seller L’extraordinaire Voyage Du Fakir Qui Etait Resté Coincé Dans Une Armoire Ikéa. Livre que j’avais apprécié, m’étant bidonnée comme il se doit, mais dont j’avais tout de même relevé la facilité de cliché avec laquelle il traitait certaines populations. Mon avis complet est ici.

But I disgress. I pick The extraordinary Journey Of The Fakir, a film based on the book The Extraordinary journey Of The Fakir Who Got Stuck in an Ikea Wardrobe. (yeah it’s a fairly long title). I loved the book, laughed a lot and all. But I did notice a few borderline racist jokes (ahem lots of them). You can read my review of the book here.

C’est donc avec un peu d’appréhension que j’ai emmené Monsieur voir ce film, sachant que l’humour français… est très français. Monsieur est indien. J’avais donc un peu peur de certaines touches d’humour un peu extrêmes du livre.

And so I was fairly enthusiastic, if not a bit anxious, to take Mr to the movie. You need to understand that French humour can be… very French. Dark. Dirty. Bordeline. So I was a bit scared about how this would be rendered in the movie.

maxresdefault

Et alors là, super bonne surprise! Tous les défauts borderline racistes du livre sont complètement gommés. Exit les jeux de mot tous pourris sur le nom du héro.

And so, I was very pleasently surprised by how all of this had been dealt with in the movie. All the borderline jokes, like those on the name of the hero, had been taken down.

L’histoire, très sympa et traitant d’un sujet assez sensible (l’immigration clandestine), est enjolivée un chouia. Mais on ne perd absolument pas l’essence du récit originel.

The storyline was kept, and bettered a bit. It deals with a heavy topic, illegal immigration, on a very light and humoristic tone. Just like the book.

dhanushs-extraordinary-journey-fakir-teaser-out

Les histoires d’amour sont renforcées, alors qu’elles n’étaient pas vraiment au centre de l’histoire dans le livre. Celle d’Aja et Marie, Ok. C’est la belle Marie qui motive Aja à rester en vie, et c’est son moteur pour retourner à Paris.

In the movie, the love stories are enhanced and developped, whereas in the book there is only ONE, and it is Aja and Marie’s.

Mais l’histoire de Marie en elle-même, serial-abandonneuse de fiancés à l’église, est complètement rajoutée; tout comme celle de la mère d’Aja ou de Bérénice Béjo. Mais ça donne un peu de romantisme au film, donc on l’excuse.

Even Marie’s story is developped, with her tendancy to leave fiancés at the altar. Aja’s mom also gets her own love story, and the French actress played by Berenice Béjo also has an interesting love life. It brings a romantic dimension to the movie, so it’s fine.

img_2943_young-aja-and-cousin-check-out-blind-beggar_street.jpg

Seule ombre au tableau: les scènes avec les gypsies ont été complètement coupées. Gérard Jugnot apparaît quelques minutes en chauffeur de taxi gypsie et roublard, mais c’est tout. Quel gâchis!!! C’était très drôle dans le livre, et Jugnot est juste un acteur génial. C’est peut-être que son accent français était trop prononcé? En tout cas j’ai été déçue qu’il n’ait pas plus de temps d’écran.

The only thing that I regret is that all the gypsy drama was cut off. Gérard Jugnot, who is an excellent French actor, is on screen for a few minutes only, and his plot it completely cut off. It was very funny in the book and I was actually looking forward to it. Is it because Jugnot’s French accent is a bit too heavy? I was a bit diappointed.

ExtraordinaryJourneyoftheFakir-8

Danush, l’acteur indien, fait du bon boulot. Mais niveau Bollywood, c’est moyen. Je veux dire, ils nous ont fait une super scène dansée dans un club, et la choré était juste moyenne. J’ai pratiquement trouvé que Bérénice Béjo faisait un meilleur boulot que Danush niveau danse. Mais je suppose que quand on est étranger au Bollywood, ça passe comme une lettre à la poste.

Danush, the Indian actor, is doign a great job. As an actor. As a Bollywood dancer, he’s so so. Knowing Bollywood choreographies, I was expecting a bit more from him. I almost found that Bérénice Béjo, the French actress dancing with him, was doing a better job. But it was a fun scene, and if you don’t know Bollywood, it’s fine.

L’épisode chanté avec le garde frontière anglais était juste hilarante et nous a laissés sur le cul. On se demandait d’où ça sortait, mais en fait c’était vraiment chouette 🙂

The part when the frontier guard start singing about deporting the illegal immigrats was a bit WTF, we didn’t really understand where it was coming from, but it was hilarious.

De manière générale, c’est un bon film, bourré de bons sentiments, avec de jolis effets visuels, romantique, feel good, et marrant. Un film parfait pour ce début d’été!

All in all, it’s a good movie, with lots of nice feelings, beautiful visual effects, and funny. Perfect for summer!

img_2751-berenice

livres

La Femme au Carnet Rouge (The Red Notebook), Antoine Laurain (2014)

9782290104637_600x967La Femme au Carnet Rouge a été prêté à mon cher et tendre, en même temps que l’histoire du fakir dans une armoire Ikéa, par des amis bien intentionnés qui pensent qu’il lit des livres. En fait il lit, beaucoup, mais pas de la fiction :p Donc qui c’est qui s’y colle? C’est bibi!

The Red Notebook was lend by a well-meaning friend to my other half when he broke his leg, along with the story of the Fakir. They thought it would help him pass time. expect that he doesn’t read fiction, ever. So who read it? Me!


Résumé : Une jeune femme se fait agresser, on lui vole son sac et elle tombe dans le coma. Le sac en question est abandonné quelques centaines de mètres plus loin, et trouvé au petit matin par un libraire.

Par un concours de circonstances, ce dernier n’arrive pas à le ramener aux objets trouvés, et ramène le sac chez lui. Commence alors une enquête pour retrouver la femme à qui appartient ce sac… cette femme qui note ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas dans un carnet rouge.

Story in a nutshell: a young woman got her handbag stolen, and falls in a coma during the fight with the thief. The bag is abandoned a few hundred meters away, and found by the owner of a bookstore in the morning.

He means to bring it to lost and found, but somehow this doesn’t happen and he ends up bringing the bag back home. And this is how he starts looking in the bag, trying to discover the identity of the bag’s owner to return it… it is a woman, and she makes lists of what she likes and dislike in a red notebook.

The Red Note Book Things I like


Avis en bref: Une jolie histoire, bien écrite, toute douce, avec un peu de suspense, beaucoup de références littéraires, et une fin qui, même si on s’en doute un peu, nous ravit.

C’est un livre court, qui se lit d’une traite, un jour de printemps. L’histoire est un peu convenue, on se doute bien de comment ça va finir, mais « l’enquête » est chouette et amène un peu de suspense.

Quick review: a nice story, well written, soft and cosy, with a bit of suspense, lots of literary references, and a beautiful ending (even if we can easily guess how it will end).

It’s a short book, you read it all at once, and it’s ideal for Spring time. The « search » and parallel stories of the two main characters brings in a bit of suspense. 

The red Notebook Quote 1

On a envie de rencontrer ces personnages dans la vraie vie. J’ai surtout beaucoup aimé Chloé, la fille du protagoniste. Je sens que chacun des personnages aurait beaucoup plus à nous raconter, ils devraient tous avoir un livre sur eux.

L’histoire est très française, se déroulant à Paris, avec des références littéraires françaises et des métiers « romantiques » – libraire et doreuse!

Bref, un super roman, bien écrit, avec de bonnes références, et une histoire qui met du baume au coeur. (En plus, y’a un chat qui s’appelle Belphégor – l’argument de choc, pour finir de vous convaincre 😉 )

I wanted to meet the characters in real life. I loved Chloé, the teenage daughter of the bookstore owner. I feel that each character could have a potential book about them, they all have a lot to tell, and seem interesting.

The story is oh so French, happening in Paris, with very French literary references and « romantique » kind of jobs – bookseller and gold-plater.

It’s a really nice novel, well written, with good references, and a heart warming story. And to top it all, there’s even a cat, and his name is Belphegor!

The Red Notebook Quote 2


Jaquettes:  La jaquette de mon livre est jaune, tout comme celle de l’histoire du fakir, qu’on nous a prêté en même temps :p du coup je me demande si nos amis se sont donné le mot pour nous refiler des livres jaunes? Qui sait…

Cover art in French: My book is yellow, just like the cover of the Fakir book that another friend lended us at the same time. Did they chose yellow books on purpose? Who knows…

On y voit une table et des chaises de café en terrasse (très parisien tout ça), le fameux carnet rouge posé sur la table, et le chat Belphégor, qui se détachent en silhouettes.

We can see the silhouettes of a table and chairs like one can see in front of a Parisian café, the famous red notebook  on the table, and the cat Belphégor.

Une autre édition montre une jeune femme plutôt chic, attablée dans un café, penchée en avant (on peut supposer qu’elle est en train d’écrire). La photo en noir et blanc donne une impression surannée, tandis que le nom de l’auteur, en rouge, rappelle la couleur du fameux carnet.

Another edition shows the back of a woman, seated in a café and bent forward, very likely busy writing in her little red notebook. The black and white photo gives the whole scene an air of being stuck in time. The author’s name is written in red, reminding the reader of the notebook’s colour.


Dans les autres langues:

Les éditions en anglais se concentrent sur le thème parisien et le carnet rouge. Le titre élude « la femme » pour ne garder que « le carnet rouge ». Une simplification que je comprends, mais qui du coup perd l’élément « fascination pour cette inconnue ».

In English, the cover art focuses on Paris (with the Eiffel tower) and the red notebook. The French title is « the woman with a red notebook », which is simplified into « the notebook » in English. I understand the reason behind this simplification of the title, but I feel that the element of fascination for the unknown woman is somehow lost.

En allemand, un parti pris différent: le titre  peut se traduire par « l’amour entre deux inconnus ». On y voit les silhouettes d’un homme et d’une femme, en rouge (petit rappel du carnet), dont les destins sont reliés par le sac à main volé.

In German, a different angle: the title was translated into « Love with two strangers ». Which is accurate, as they kind of fall in love before meeting in real life. It shows the silhouettes of a man and a woman, in red, both holding a handbag – the handbag that will lead to their meeting and falling in love.

En espagnol et italien, le titre est similaire au français – traduction littérale, ça marche parfois! On y voit une jeune femme en robe rouge regardant à travers une vitrine – cherchant certainement un libraire.

In Spanish and Italian, the title is similar to the French one. Sometimes a literal translation works! It shows a young woman in a red dress looking through a shop window – she must be looking for her favourite bookseller!

 


ob_c6cb98_antoine-laurainL’auteur: Antoine Laurain est né en 1972 à Paris. son premier roman, Ailleurs Si J’y Suis, publié en 2007, reçoit le Prix Drouot. Suivront deux autres romans avant la consécration du Chapeau de Mitterand, publié en 2012. La Femme Au carnet Rouge sort en 2014 et est traduit dans 18 langues.

The author: Antoine Laurain was born in Paris, France, in 1972. His first novel Ailleurs Si J’y Suis  was published in 2007 and got the Drouot Prize. Two other novels are published before the huge success of Mitterand’s Hat, published in 2014. The Notebook was published in 2014.

Autriche/Austria, Contemporain/Contemporary, En français/In French, fantastique, Jeune Adulte/Young Adult, livres, Policier/Thriller

Le Sang des Wolf (Blanche Montclair) enfin édité! Woohooo!!

Le Sang des Wolf, Blanche Montclair

Il y a des auteurs que l’on découvre, et que l’on aime. Blanche Montclair, je l’ai découverte au détour d’une fouille du monde blogesque, et je ne l’ai plus lâchée. Cette jeune auteure française s’est lancé dans l’auto-édition, et son roman est maintenant en vente!

Bravo Blanche!!

Cliquez ici pour acheter son livre, et pour découvrir son univers.

Notez l’illustration de la couverture, de toute beauté, réalisée par l’auteure elle-même. Car quand elle n’écrit pas, elle est graphiste. Une artiste complète!

Voici mes chroniques passées sur ce premier tomes des aventures de Zoé à Vienne (cliquez sur les images):

Zoé, l'héroïne française qui étudie en Autriche sw31007

 

 

 

 

 

 

 

Album/Picture book, En français/In French, Enfants/Children, France, livres

Toute Petite Souris (Very Little Mouse), Kimiko

toute-petite-sourisVoici une chronique que j’avais écrite pour le site theParentVoice, Magazine, sur un livre pour enfant ayant pour thème l’adoption.

theParentVoice, Magazine, est un magazine en ligne (principalement en anglais) dédié aux familles multiculturelles et multiraciales. Je fais partie de l’équipe de rédaction 🙂 Toute Petite Souris est un album pour enfants sur le thème de l’adoption inter-raciale.

This is a review I wrote for theParentVoice, Magazine, about a children’s picture book on adpotion.

theParentVoice, Magazine, is an online magazine (mostly in English for now) dedicated to multicultural and multiracial families. I’m part of the editorial team 🙂 Toute Petite Souris (Very Little Mouse) is a picture book for children about inter-racial adoption.


Mon avis: Mathilde et Oscar sont deux ours qui vivent dans la forêt. Un jour, ils trouvent une toute petite souris qui pleure dans le creux d’un arbre. Lorsqu’ils s’en approchent, elle s’arrête de pleurer et les appelle « Papa et maman ». Les ours, qui ont toujours voulu avoir un enfant, adoptent alors la petite souris, et l’appellent Lilette.

Review: Mathilde and Oscar are bears, and one day they find a very little mouse in the forest. She is alone and she’s crying. When they approach her, she stops crying and calls them “Mom and Dad”. And so Mama Bear and Papa Bear adopt the mouse, calling her Lilette.

En grandissant, Lilette se rend compte qu’elle ne sera jamais un ours, et s’en va dans la forêt, à la recherche de sa famille souris. Elle découvre qu’il y a beaucoup de types de souris différentes dans la forêt et de part le monde, et que les souris vivent d’une manière bien différente de celle dont elle a vécu jusqu’à présent avec sa famille ours.

As Lilette grows, she realizes that she will never be a bear and ventures in the forest, looking for her mouse family. She discovers that there are many different types of mice in the forest and in the world, and that mice have different habits from the ones she’s learnt with her bear parents. After spending some time with mice, Lilette starts missing her bear parents and goes back home.

Ce livre parle de l’adoption et de la recherché d’identité des enfants adoptés, d’une manière simple et poétique. Ici, on a à faire à une adoption «entre espèces différentes », avec des différentes physiques notables entre les parents d’adoption et l’enfant adopté.

This book talks about adoption and the search for identity of adopted children in a simple and poetic way. Here we have what we could call a “cross-species” adoption, with noticeable physical differences between the very little mouse and her very big and tall bear parents.

La quête d’identité de Lilette commence le jour où elle n’arrive pas à atteindre ses biscuits parce que la plupart des meubles de sa maison sont trop grands pour elle. Bien que les ours lui aient fabriqué des meubles et des jouets à sa taille, le reste de la maison est tout de même trop grand pour Lilette. C’est une manière simple et efficace de démontrer comment les enfants adoptés peuvent se sentir en inadéquation avec leur environnement.

The search for identity begins when Lilette, the adopted mouse, cannot reach her biscuits because most of the pieces of furniture in her adoptive parents’ house are too big for her. Although they’ve made efforts to provide her with pieces of furniture and toys at her size, the rest of the house is still too big. 

Lorsque Lilette s’aventure dans la forêt, elle est plutôt ignorante du monde extérieur. Elle apprend qu’il y a différentes sortes de souris, et que les souris sont si nombreuses, que retrouver ses parents souris va être très difficile. Cela illustre très bien les sentiments que peuvent ressentir les enfants adoptés qui se lancent à la recherche de leur famille naturelle. Ils peuvent se sentir submergés par l’ampleur de la tâche.

When Lilette starts venturing out, in search of her birth family, she is quite ignorant of the outside world. She learns that there are many different kinds of mice, and that they are so many that it is difficult to know who her birth parents could be. This illustrates how children looking for their birth families might feel overwhelmed by the huge task they’ve undertaken.

Un peu après, Lilette rencontre une souris, qui ne sait pas où se trouve la maman souris de Lilette, mais qui l’invite à venir passer du temps chez elle. Lilette y est confrontée à un style de vie bien différent de celui qu’elle a eu jusqu’à présent avec ses parents ours. C’est un moment dédié à la découverte de l’autre, à l’apprentissage (Lilette apprend à manger du fromage, et enseigne aux autres souris comment prendre du miel sans se faire piquer), et surtout d’acceptation mutuelle.

Eventually, Lilette meets a mouse who invites her to share her life for a little while. There, Lilette is confronted to a new way of life, very different from the one she’s had so far with her bear family. It is a time for learning, exchanging (the mice teach Lilette to eat cheese, and she teaches them how to get honey without being stung by bees), and mutual acceptance.

C’est aussi le moment où une hypothèse est formulée sur la raison probable de l’abandon de Lilette.

A la fin, Lilette parvient à réconcilier ses deux identités : Souris et Ours.

It is also a time when a possible explanation is offered to Lilette as to why her birth family might have abandoned her.

In the end, Lilette finds a way to reconcile both her identities: Mouse and Bear.

J’ai adore ce livre parce qu’il explore toutes les émotions et les différentes étapes par lesquelles un enfant adopté peut passer, sans être dramatique, et d’une jolie manière. Les illustrations sont simples mais belles. Le fait que ce livre ait pour personnages des animaux fait que n’importe quelle famille adoptive puisse s’y identifier.

I loved this book because it goes through all the emotions and different stages an adoptive child might go through, without being dramatic, and in quite a cute way. The illustrations are simple but beautiful. The fact that the book features animal species enables any adoptive family to easily identify with the characters.

Je trouve ce livre parfait pour aider les jeunes enfants adoptés à gérer leurs émotions. C’est aussi une bonne manière d’introduire le concept d’adoption aux autres enfants.

To me, this book can really help young children who have been adopted to deal with their own emotions. It is also a good introduction to the concept of adoption for other children.

A partir de trois ans / From 3 years old and available in French only. 


kimiko-EDL_Christophe_Crenel_2015L’auteure: Kimiko est née en 1963 d’une mère japonaise et d’un père français. Elle a principalement vécu en France, mais a souvent passé ses vacances au Japon dans la magnifique maison traditionnelle de ses grands-parents, près de Kyoto. Après des études de stylisme à Tokyo, elle a travaillé pour une maison de haute couture à Paris. Puis elle a quitté la mode pour faire des livres pour enfants. Elle se souvient de deux amies japonaises de sa maman, qui, tout en buvant du thé, dessinaient des imprimés textiles. Dessiner pour travailler était son rêve, aujourd’hui réalisé. (source)

Author: Kimiko was born in  1963 from a Japanese mother and a French father. She mostly lived in France, but used to spend her holidays in Japan, in her grand-parents beautiful traditional house, located next to Kyoto. After having studied fashion in Tokyo, she started working for a haute couture designer in Paris, France. Then she left fashion to dedicate her time to children books. She remembers two of her mother’s Japanese friends who would draw while sipping tea. Drawing to earn a living was her dream, and it came true.

Classique/Classics, En français/In French, France, livres, Roman/Novel

Yvette (et autres nouvelles), Guy de Maupassant

couv24717138

Ah! Maupassant! Je suis éternellement reconnaissante au programme de seconde de m’avoir forcée à lire Bel Ami, sans quoi je serais vraiment passée à côté de ce génie de la littérature française. Ce livre était à donner dans la boite à livres de ma bibliothèque. Je ne connaissais pas du tout ce titre, mais je me suis dit que je n’avais rien à perdre et tout à gagner à le découvrir.

Ah! Maupassant! Novels by this classical French writer are studied in French high schools, and I can only thank my literature teachers for introducing me to this genius. This book was in the give away box of my local library. I had never heard of this specific novel before, but I was sure that Maupassant wouldn’t disappoint me. And I was right.


Illustrations/Book cover art:

Mon édition, vieillotte, montre une jeune femme jouant du piano, séduite et alanguie, mais qui a tout de même l’air de lutter un peu avec le charme de son séducteur. Une illustration qui colle parfaitement au livre.

La plupart des éditions montrent une jeune femme, plus ou moins sexy, quelque foise n compagnie d’un homme. Une édition comporte le portrait de Guy de Maupassant.

My edition is a bit old. The cover art shows a young lady playing the piano and being seduced. She’s trying to resist but clearly failing. This illustrates the book perfectly.

Most of the book covers show a young lady, either by herself or with a man, and more or less sexy. One edition only shows the author’s portrait.

 


Résumé: Jean de Servigny s’est épris d’Yvette, la fille d’une courtisane de luxe. Pourtant, il n’arrive pas à savoir si Yvette joue les ingénues, ou si elle n’a vraiment aucune idée des choses de la vie. Yvette le rend fou, il la veut. Mais lorsque la jeune femme découvre la véritable nature des activités de sa mère, elle tombe des nues et décide qu’il n’y a d’honneur que dans la vie d’une femme vertueuse. Sa seule issue, c’est la mort.

Story: Jean de Servigny is obsessed by Yvette, the 18 year old daughter of Paris’ most expensive courtesan. But he cannot decide if Yvette is just pretending to be innocent or if she really has no clue about sex and her mother’s profession. He’s mad about her, he wants her. But when the young woman discovers the true nature of her mother’s activities, she’s shocked and cannot bear it. She decides that the only way to live is to be an honest woman, or to die.

495209060
Jean et Yvette dansent sur les bords de Seine – Jean and Yvette dancing on the Seine river banks.

Mon avis: Ah! Maupassant! Quel délice, après le style branchouille de Débutantes Divorcées! Quand je lis ces beaux mots, ces phrases à ralonge, ce passé simple, le plaisir de lire revient au galop. C’est un enchantement, que de lire Maupassant! Ca faisait longtemps que je n’avait pas lu d’auteur classique français, et ça fait du bien. Je lis beaucoup en anglais, ce qui est très chouette, mais je pense que je dois perdre un peu de poésie in translation. Là, dans ma langue maternelle, tout résonne en moi. La dernière fois, c’était avec Tarendol de Barjavel.

Voilà, ai-je besoin de développer plus, pour que vous soyez convaincus que le style de Maupassant me subjugue? Passons donc à l’intrigue.

Review: Ah! Maupassant! It is so pleasant to read a classical French author, after the trendy and fashionable but oh-so-superficial Debutante Divorcee! When I read these beautiful words, these extra long sentences, this past tense, the pleasure of reading comes back to me. It is simply enchanting, to read Maupassant! It’s been a long time since I have read a classical French author, and it feels good. I read a lot in English, which is good for me, but I’m quite sure I’m losing some poetry in translation. In my mother tongue, everything flows so beautifully. Last time it happened, it was with Barjavel’s Tarendol.

Do I need to say more, or have I said enough to convince you that I am totally in love with Maupassant’s writing style? Let’s talk about the story, then.

chez-maupassant_-yvette_455246_8257
La Comtesse Obardi et sa fille Yvette – Countess Obardi, the courtesan, and her daughter Yvette

Yvette, donc, est la fille de LA coutrisane de luxe de Paris. Sa mère gère son affaire comme une cheffe. Il n’y a pas de père pour cette jeune fille, qui malgré l’environement dans lequel elle grandit, reste innocente des choses de la vie, et surtout du commerce de sa mère.

Yvette is the only daughter of THE luxury courtesan of Paris. Her mother manages her business like a boss. there is no father to this young woman, who, despite growing up in such an environment, is still innocent about sex and the nature of her mother’s business.

On comprend que les salons de la Comtesse Obardi (un nom certainement inventé) ne font pas étalge de chair fraiche comme dans un quelconque bordel. Les femmes qui s’y vendent portent des tenues décentes, si ce n’est qu’elles sont peut-être un peu plus décolletées que ce qui se fait. La conversation et le diverstissement y ont lieu. Et les crac crac boum boum se font en privé.

The reader understands that Obardi’s salons are not your « normal » brothel, with half naked women. Here, women are decently dressed, if only a bit sexier than what a « normal » woman would wear. The art of conversation and entertainment are highly appreciated, and sex happens in private, after a phase of courting.

Yvette, donc, n’a aucune idée de ce qui se passe. Elle grandit parmis ces femmes libres, dans une ambiance bohème. Yvette lit beaucoup. Elle dévore. Des romans, qui la mettent d’humeur nostalgique et rêveuse, mais aussi des traités de zoologie et tout ce qu’elle peut se mettre sous la dent, vraiment. Cette boulimie de lecture m’a faite sourire. Forcément, j’ai un peu pensé à ma petite personne 😉

And so Yvette has no idea of the world she’s growing up into. She grows up among these free women. She reads. A lot. Novels, that put her in a romantic mood. But also zoology essays, and really, whatever book she manages to get. This hunger of words made me smile, as it reminded me a bit of myself.

chez-maupassant-yvette_455247_28663
Jean de Servigny (à droite) lorgne sur la virginité d’Yvette – Jean de Servigny (right) wants to take Yvette’s virginity

Yvette a 18 ans, elle est belle, vive, intelligente. Yvette a des courtisants, et parmis eux se trouve Jean de Servigny. Jean a la tête qui tourne à chaque fois qu’il voit Yvette, il est obsédé par elle. Jean pense qu’elle est « au courrant » et qu’elle joue avec lui – et avec ses autres prétendants. Jean pense que ravir la virginité d’Yvette est un prix à remporter.

Yvette is 18 years old, she’s beautiful, witting and intelligent. She is courted by many men, and among them is Jean de Servigny (if you don’t know, « Jean » is French for « John », it isn »t a girl’s name :p ). Jean’s head is spinning every time he sees Yvette. He’s obsessed by her. Jean think that « she knows », and that she plays with him – and the other men courting her. Jean thinks that Yvette’s virginity is a prize to win and he’s ready to get it, at any price.

Un jour, Jean vient aux salons de Mme Obardi avec un ami, qui plait tout de suite à la matronne. Par un concours de circonstances, Yvette voit sa mère s’adonner à ses ébats avec ce monsieur, et est postivement horrifiée. Complètement bouleversée, elle se confie à son « ami » Jean, en lui demandant d’être tout à fait honnête avec elle. Et Jean de répondre à ses questions. Et Yvette de tomber des nues.

One day, Jean comes to Mme Obardi’s salons with a friend, who is to the taste of the Madame. Through an unfortunate chain of circumstances, Yvette sees her mother and Jean’s friend « doing business », and is horrified. Completely distraught, she asks her « friend » Jean to be completely honest with her. And Jean answers her questions. And Yvette discovers the sad reality of her life.

chez-maupassant-yvette_455250_30772
Yvette en pleine rélfexion sur sa vie – Yvette reflecting about her life

Yvette, donc, se résoud à ne plus vivre du commerce de la chair, mais comme une honnête femme. Mais elle ne veut pas faire des ménages, car c’est trop difficile. Elle qui a toujours vécu dans le luxe… la seule façon de s’en sortir c’est la mort. Mais en commençant à s’asphixier au formol, Yvette prend plaisir à la drogue, et au lieu de prendre une dose mortelle, elle fait durer le plaisir…

Yvette is scandalized and refuses to live thanks to money brought to her household by dishonorable means. But she’s never worked in her life, and working seems too difficult to her. She’s always lived in luxury, doing what she wanted… the only honourable way out is death, she resolves. But as she begins to suffocate herself with formol, she starts hallucinating, which she quite enjoys. And so, taking pleasure in breathing in the drug, she takes her sweet time…

C’est alors que Jean la découvre, et découvre la lettre qu’elle avait écrite à sa mère.  Dans son délire de droguée, Yvette se rend compte que finalement, la prostitution ce n’est pas si mal, si l’on peut vivre assez confortalement pour se shooter. Jean, qui a lu la lettre, se rend compte qu’Yvette ne s’est jamais jouée de lui.

This is when Jean discovers her, as well as the goodbye letter she wrote to her mother. Reading the letter, Jean realizes that Yvette never played with him. In her drug induced delirium, Yvette starts thinking that in the end, prostitution is not so bad, if it allows her to live and enjoy drugs.

chez-maupassant_-yvette_455251_42197.jpg
Jean découvre Yvette inconsciente – Jean discovers Yvette uncouscious

On nous laisse là, en se demandant ce qu’il adviendra d’Yvette et de Jean. Yvette suivra-t-elle la voie de sa mère, en devenant courtisane de luxe? Jean donnera-t-il à Yvette le status de femme honorable dont elle rêve tant, en l’épousant? Yvette finira-t-elle ses jours droguée et prostituée?

And so it is the end of the story, and we are left wondering what will happen to Jean and Yvette. Will she follow her mother’s path? Will Jean marry her and give her the honourable status she always wanted? Will Yvette end up as a drugged courtesan?

Maupassant est un vrai dramaturge, et l’histoire qu’il nous conte fait mal. L’innocence d’une jeune femme est mise à mal, le rôle du/des parents est bousculé. Le lecteur lui-même se demande si Yvette joue au chat et à la souris ou si elle est vraiment naïve.

Maupassant is a real drama maker, and the story he tells us leaves a dark stain in the reader’s heart. A young woman’s innocence is killed. The role of parents is questioned. The reader themselves wonder if Yvette is genuine or not.

Quel mélange explosif, que celui de l’innocence et de la prostitution. Yvette en fait des frais.

What a dangerous mix, innocence and prostitution. Poor Yvette pays the price.

Anne-Parillaud-et-Ana-Girardot-Yvette
la comtesse Obardi au chevet de sa fille

 


L’auteur: Guy de Maupassant est un auteur français naturaliste né en 1850 en Seine inférieure (Seine maritime). Il a écrit six romans et 300 nouvelles qui dépeignent la vie et la destinée des gens, simples ou nobles.

La mère de Maupassant se sépare de son père alors que Guy n’a que 11 ans. Il grandit en Normandie. Au collège, il se lie avec Flaubert, qui le guidera dans sa carrière littéraire. Il se liera plus tard d’amitié avec Emile Zola.

portraitMaupassant voyagea beaucoup en Europe et en Afrique du nord. Il contracte la syphilys, dont il meurt à 43 ans.

Guy de Maupassant is a French  naturalist author born in 1850 in northern France’s district of Seine inférieure (now Seine maritime). He wrote six novels and 300 short stories, depicting the life and destiny of poor and rich people alike.

Maupassant’s mother separated from her violent husband when he was 11. From then on, he grows up in Normandy. In high school, he becomes friend with French author Flaubert, who will serve as a mentor for his literary career. He also meet Emile Zola, another great French naturalist author.

Maupassant travels a lot in Europe and Northern Africa. He catches syphilis and dies at 43 years old.


Bonus:

Read Yvette in English: click here

Pour les francophones qui ont le temps, voici le texte lu. Attention, ça prend trois heures (mais ça vaut le coup).

livres

Concours!

Soutenez cette jeune auteure française, et participez au concours pour gagner ses romans! Concours ouvert à la France uniquement.

La Croque-Livres

Et voila, le dernier tome des Terres de l’Est sort enfin… avec un petit pincement au cœur, puisque je dis au revoir à tous mes personnages… Je fête donc l’evenement en vous permettant de gagner mes romans!

Les lots:

Lot 1 : les 3 tomes de la saga en version papier, dédicacés!

Lot 2 : Le tome de votre choix en version ebook

Lot bonus : Le tome de votre choix en version papier, dédicacé. Pour déclencher le lot bonus, il suffit d’atteindre les 100 j’aime sur ma page facebook!

Attention, les version papier du tome 3 sont des épreuves, il y aura donc un bandeau « Épreuve » sur la couverture.

View original post 81 mots de plus

Chick Lit/littérature féminine, Contemporain/Contemporary, En anglais/in English, En français/In French, livres, Roman/Novel, Romance, USA

Divorcées débutantes, Plum Skyes (Fr-Engl)

Débutantes divorcées

Voici un livre léger qui était à donner dans la boite à livres de ma bibliothèque. Un livre amusant et léger, traitant du divorce.

This book was in the give away box of my local public library. It’s a light and fun read about divorce.


Résumé: Sylvie vient de se marrier avec un beau producteur très en vue de Los Angeles. Mais il doit s’absenter lors de leur lune de miel au Mexique, pour le travail. Seule, Sylvie rencontre le club des Debutantes Divorcées, qui lui mettent le doute quand son charmant mari doit s’éclipser, encore et encore, pour le travail, en compagnie d’une briseuse de ménage. Son couple y survivra-t-il?

Story: Sylvie just got married to one of the hottest video producers of Los Angeles. But he is called for work in Paris in the middle of their honey moon, in Mexico. All by herself in mexico, Sylvie meets some other young women, who are freshly divorced. And she starts having doubts about the faithfulness of her new husband, when he must go to Paris again and again, with an infamous home wrecker. Will her marriage survive all of this?

074-Costa-Careyes-Mexico-07


Mon avis: Soyons clairs, ce n’est pas le livre du siècle. C’est de la chick lit légère et marrante, comme on les aime, pour se détendre le cerveau. On navigue dans le cercle de la jet set newyorkaise et dans le monde de la mode. La plupart des protagonistes n’ont pas besoin de travailler. D’ailleurs, elles ne sauraient pas comment s’habiller pour aller au bureau, elles n’ont que des robes de cocktail.

Review: let’s be crystal clear, this isn’t the book of the century. It’s light chick lit, it’s lots of fun, just like we like it, to relax your brain. The story takes place in the New York jet set crowd and in the field of fashion. Most of the characters do not need to work, because they wouldn’t know how to dress to go to office, as they only have cocktail dresses.

Vogue+Fashion+Dubai+Experience+Gala+Event+QaQBxdrM--kx.jpg

Et pourtant, ce livre, sous ses dehors très trèèèès superficiels, traite de l’amour, de la jalousie, du deuil d’un mariage gâché, de la solitude, et de la maternité. Alors oui, tout ça est emballé dans un papier rose brillant (avec une bouteille de champagne), mais il y a une réflexion de fond intéressante.

Still, under a veeery superficial packaging, this book deals with love, jealousy, grief of a past marriage, loneliness, and motherhood. It’s packaged in a shiny pink paper (with a bottle of Champagne), but the topics it deals with are interesting.

NYFW-2014-Street-Style-Blogger-13On ne croit pas une seule seconde à tout ce qui se passe, et pourtant je suis quasi certaine que le quotidien de Kim K. y ressemble beaucoup. L’auteure travaille chez Vogue, on sent qu’elle a l’expérience de ce qu’elle raconte. D’ailleurs, Anna wintour (le diable du fameux Le Diable s’Habille en Prada) figure dans les remeciements, c’est dire.

I didn’t believe anything that happened in the book, and still, I’m quite certain that this is how life must be for Kim K. and her little friends. The author works at Vogue, it’s clear that she knows what she talks about. And Anna Wintour is even mentioned at the end, in her thank you list.

A la fin, l’amour triomphe, même pour la méchante Sophie. C’est mignon, c’est choupinou, et j’ai quand même laissé échappé quelques éclats de rire de temps en temps.

It the end, love wins, even for the nasty Sophie. It’s cute, entertaining, and I laughed aloud quite a few times.

L’écriture… bon, c’est « tendance ». Des « ma chérie », « mais nooon » et autres. Superficiel. Ca se laisse lire, quoi, mais rien de transcendant.

Un livre parfait pour la plage!

The writing style… alright, it’s fashionable. A bit superficial. It’s ok, really, without being transcending or anything.

A perfect book for the summer holiday at the beach!

613_RUSSIE


Débutantes divorcéesIllustrations/Book cover art:

Mon édition montre les silhouettes de deux jeunnes femmes qui ont l’air de s’éclater, sans aucun doute Lauren et Sylvie, sur fond rose fushia. On ne peut pas faire plus girly. Ca me rappelle un peu la couverture de La Double Vie de Pénélope B.

My edition shows the silouhettes of two young women who look like they’re having lots of fun (Lauren and Sylvie, without a doubt), on a bright pink background. It reminds me a bit of the cover art of La Double Vie de Pénélope B.; another light chick lit read.

D’autres éditions montrent des jeunes femmes à la pointe de la mode, ou alors leurs accessoires.

Some other editions show very fashionable young women, or their accessories.

Enfin celle qui me plait le plus est la couverture verte d’eau avec des arabesques dorées. Je la trouve très jolie et girly sans être dans l’excès (le rose fushia c’est un chouia agressif).

The one I like the most is the light green one, with golden mandalas. I find it girly without being excessively girly -bright pink is a bit aggressive, in my opinion).


L’auteure: Victoria Skyes est née en 1969 à Londres, dans une fratrie de six enfants dont une soeur jumelle, Lucy, et elle a grandit dans le Kent. Elle a été surnommée Plum (Prune) dans son enfance.

Author: Victoria Sykes was born in 1969 in London, one of six children including a twin sister, Lucy, and grew up in Kent. She was nicknamed « Plum » as a child. 

En 1998 elle est entrée au Worcester College à Oxford, d’où elle est ressortie diplomée en histoire moderne. En 1993, Plum Skyes est devenue assistante de mode chez l’édition britanique de Vogue. En  1997, elle devenait rédactrice contributrice de mode chez Vogue USA, duquel la britanique Anna Wintour est rédactrice en chef depuis 1988. Plum Skyes devint bientôt une habituée de la scène sociale newyorkaise, devenant l’une de ses it-girl.

In 1988 she went up to Worcester College, Oxford, where she graduated in modern history. In 1993, Sykes became a fashion assistant at British Vogue. In 1997, Sykes became a contributing editor on fashion for American Vogue, of which Anna Wintour, also British, had been editor-in-chief since 1988.Sykes soon became a familiar figure on the New York social scene, being frequently described as an « It girl ». 

Le monde de la mode newyorkaise constitue l’endroit dans lequel se déroule son premier roman, publié en 2004 (Bergdorf Blondes), et qui fut un best seller de la chick lit en se vendant à un quart de million de copies dans le monde. Son deuxième roman, Débutantes Divorcées, a été publié en 2006.

The world of New York fashion was the setting for Sykes’ first novel, Bergdorf Blondes (2004), which was one of the most successful examples of chick lit (or « chic lit » as some dubbed Sykes’ writing) and sold a quarter of a million copies worldwide. A second novel, The Debutante Divorcée, was published in 2006. 

En 2005, Plum Skyes a épousé l’entrepreneur britanique Toby Rowland dans la demeure ancestrale de sa famille, dans le Yorkshire. Leur premier enfant, Ursula, est née en octobre 2006, et leur deuxième, Tess, en juin 2010.

In 2005 Sykes married British entrepreneur Toby Rowland at her family’s ancestral home (1751) in the East Riding of Yorkshire. Sykes and Rowland had their first child, Ursula, in October 2006 and their second child, Tess, in June 2010.

Plum Skyes (1)

 

Bande dessinée/Comics, Chick Lit/littérature féminine, Contemporain/Contemporary, Danse/Dance, En français/In French, Japon/Japan, livres, Manga 漫画, Par Pays/By country, Turquie/Turkey

Les Nuits d’Aksehir白い街の夜たち, Ichikawa Raku 市川ラク(2013) Fr-Engl

annonce-nuits-aksehir

J’aime les mangas, mais forcer est de constater qu’en devenant adulte, j’accroche de moins en moins avec le thème de la collégienne aux pouvoirs magiques (Sakura je t’aime bien, mais à 30 ans passés j’ai du mal). Ma lecture de manga est donc passé  du status « dévoreuse » à celui de « lectrice occasionelle quand je trouve un truc qui me branche vraiment ». Et là, ça me branche vraiment, vraiment beaucoup!

I love reading mangas, but as I grew up, I had more and more difficulties with the recurring teenage girl with magical powers (Sailor Moon and Sakura, I’m looking at you!). And so I went from binge reading mangas to occasional reader, when I could find something that really enticed me. And this time, I was really, reaaally enticed!


Résumé tome par tome / volume by volume summary:

nui-askehir-1-akata

Ayako est en dernière année d’école de mode, mais cela ne l’inspire pas plus que cela. Indécise et de nature tranquille, elle n’arrive pas à entrer dans l’esprit de compétition que reiquert son école.

Une amie d’enfance lui a offert une amulette turque  lorsqu’elle est partie à Tokyo pour ses études. C’est grâce à cette amulette, qu’elle porte autour de son cou, qu’Ayako se fera embaucher « à l’insu de son plein gré » comme serveuse dans un restaurant turc.

Dans ce tome, Ayako découvre la cuisine turque et les différentes formes de danse orientale.

Ayako is attending a fashion academy, but doesn’t feel much inspired. She’s naturally quiet and doesn’t really know what she wants to do in life. She doesn’t really fit in her school, where students are always competing against each others.

A childhood friend gave her a Turkish charm before Ayako left for Tokyo to pursue her studies in fashion. Thanks to the charm, worn as a necklace, Ayako is hired as a waitress in a Turkish restaurant.

In this volume, Ayako discovers Turkish food and delicacies, and the different styles of belly dance.

les_nuits_d_aksehir_2-354x500

Ayako garde son job de serveuse secret. C’est son jardin secret, un endroit dans lequel elle s’épanouit peu à peu, retrouve sa joie de vivre et trouve l’inspiration qu’elle cherchait désespérement pour son projet de fin d’année à l’école de mode.

Sa personalité change aussi, elle s’ouvre plus, devient plus joyeuse et profite de la vie. On explore un peu plus les personnages secondaires.

On continue notre exploration de la cuisine turque (et ça met vraiment l’eau à la bouche).

Ayako keeps her job at the Turkish restaurant secret. It’s her secret garden, a place where she slowly discover herself, and find happiness. It’s the place where she finally gets the inspiration for her end-of-the-year project at school.

Her personality changes as well. She becomes happier and more confident. We also get to know the side characters a bit better, and we continue exploring Turkish food.

Les-nuits-dAksehir-T.03

Ayako s’intéresse à l’Islam, visite la Mosquée de Tokyo, s’interroge sur le sens de la vie, la jalousie, le suicide. Elle envisage un temps de se convertir. Son intérêt pour l’Islam lui permet de réflechir de manière approfondie sur certains thèmes philosophiques.

En parallèle, on assiste au développement des histoires de Zakuro, la danseuse orientale, et de celle de Hodja, le chef du restaurant.

Ayako prend la décision de partir s’installer en Turquie pour devenir créatrice de costume de danse orientale, conjugant ainsi ses deux passions: la mode et la culture turque. Cette décision n’est pas comprise par son entourage, mais Ayako a enfin trouvé sa voie et elle sait que c’est ce qu’elle veut faire.

Ayako is curious about Islam. She visits the Tokyo Mosque, and asks herself questions about the meaning of life, jealousy and suicide. For a little while, she thinks that becoming Muslim might alleviate her troubles. Her curiosity about Islam enables her to think about some philosophical concepts in depth.

Meanwhile, the side characters’ stories are also developing and evolving. Zakuro, the belly dancer, and Hodja, the chef, both face challenges in their personal lives.

Ayako makes the decision to move to Istambul to become a belly dance costume maker at the end of the academic year. This enables her to work in fashion and discover Turkish culture even more. Her family doesn’t understand her decision, but Ayako has finally found her passion – and her voice.

pic9


Mon avis: Ce manga est directement responsable de la hausse de fréquentation de notre resto turc préféré. Je l’ai choisi parce qu’il parlait de danse orientale. J’ai commencé à le lire et j’ai eu faim. Comme je suis piètre cuisinière, je me suis rabattue sur quelque chose de simple: l’Ayran. C’est simplement du yaourt mélangé à du sel et de l’eau. J’en ai descendu deux litres en une soirée il y a deux semaines, quand l’été s’est trompé et qu’on a essuyé les grosses chaleurs en plein mois d’avril. Bref, préparez-vous: ce manga donne faim!!!

Review: We’ve been  eating out at the Turkish restaurant a lot these days, and it’s all because of this manga. I picked it up because it was dealing with belly dancing. I started reading and I got hungry. Since my cooking skills are quite basic and I craved Turkish food, I made something very easy and delicious: Ayran. It’s just yoghurt, water and salt. I drank two litters of it in one evening, two weeks ago, during the heat wave (yes, we do have heat waves in Belgium, and yes, it was in April). In a nutshell: get ready, you’ll be hungry!!!

turkish-food

On sent l’amour que l’auteure porte à la culture turque. On en explore toutes les facettes, à travers Ayako, une jeune japonaise qui n’y connait que tchi. C’est donc une âme complètement vierge qui explore cette culture. Un peu comme un bébé découvre le monde, Ayako découvre un monde nouveau.

This manga transpires of the mangaka’s love for Turkey and its culture. The reader explores all aspects of Turkish culture through Ayako, a Japanese student who knows nothing about Turkey. A virgin soul. A bit like a baby discovers the world, Ayako discovers a new world.

On pourrait reprocher au manga d’être un peu didactique, et pourtant cela m’a parfaitement convenu. Les plats sont présentés aux clients de manière à ce que le lecteur en salive d’envie. On décrit non seulement les ingrédients et la façon dont chaque plat est cuisiné, mais aussi la texture. Donc je me répète, hein, mais assurez vos arrières: Lisez-le le ventre plein, ou commandez un truc au resto turc de votre quartier (Ayran inclu), parce que sinon votre estomac va gromeler.

The manga is a bit didactic, but this didn’t bother me at all. On the contrary, I also don’t know much about Turkish culture and was happy to have detailed explanations. Dishes are presented to customers in a way that will make you, the reader, salivate. Ingredients are described, as well as the way they are cooked, and the final texture and taste of the dish. I’m repeating myself: please read this manga on a full belly, or make sure you can order from a Turkish place asap, otherwise you’re going to be a tad frustrated.

Menemen

En ce qui concerne la danse orientale, en tant que danseuse confirmée (sans être pro hein, mais bon ça fait tout de même quelques années que je tutoie les sagattes, les huits et autres shimmies), j’ai apprécié les explication sur les différents styles, que ce soit au niveau du costume, de l’interprétation, ou même du rythme.

Regarding belly dance, as a belly dancer myself (not at a professional level, but I’ve been practicing for four years now), I really appreciated explanations on the different styles, including the differences in costumes, interpretation, and rhythm.

Une autre chose qui est évoquée, et que je trouve importante, c’est le status de la danseuse dans le monde oriental. C’est malheureusement un cas de madone et putain. La madonne, la mère, est respectable. La danseuse orientale n’est pas une artiste, c’est une pute. Ah, ça fait mal de le dire… et pourtant, le regard de la société a très peu changé sur les danseuses orientales, que ce soit dans le monde oriental ou en dehors.

Something else that Ichikawa speaks about in the manga, and that is very important, is the way belly dancers are perceived in the oriental world. It is unfortunately a textbook case of Madonna vs prostitute. The Madonna, the mother figure, is respectable. The belly dancer is not seen as an artiste, but merely as a prostitute. It pains me deeply to write such a thing… but still, it’s true. Society as a whole, be it in the Western or oriental world, still sees belly dancers as cheap sexy entertainment, meat for the eyes, flesh.

aksehir-planches2

On le voit avec le cuisinier turc dévot, qui refuse de regarder la prestation de Zakuro, la danseuse. Mais on le voit aussi lorsque le petit ami potentiel de Zakuro, un jeune japonais, lui demande « à quoi ça ressemble quand c’est bien dansé ». Ca m’a brisé mon petit coeur de danseuse, et celui de la danseuse fictive du manga aussi. Après avoir hurlé sur son amoureux, elle lui explique que ce n’est pas parce que c’est sexy que c’est vulgaire, et surtout pas que c’est facile. Au contraire, elle explique les longues heures de répétition des mouvements, et compare la pratique de la danse orientale à celle de danses « respectables » comme la danse classique.

The pious Turkish cook is an example of how some people perceive belly dancing. He refuses to watch Zakuro’s performance. But Zakuro’s Japanese boyfriend also doesn’t « get » it, and asks her « what does it look like when it’s danced properly? ». Supreme insult! It broker my little belly dancer’s heart, not to mention the fictive belly dancer’s. After having yelled at him, she explains that indeed, belly dancing is sexy, but that it doesn’t mean that it’s easy or cheap. On the contrary, she explains the long practicing hours, and compares it to « respectable » forms of dance, like ballet.

Zakuro, qui envisage un voyage en Turquie d’un an pour se perfectionner sur place, doit s’interroger sur le fait de savoir si elle sera assez forte pour faire face aux préjugés dont souffrent les danseuses orientales en Turquie.

Zakuro is thinking about going to Turkey for a year to train herself. But she must first understand her own strength, and discover within herself if she’ll be able to face the prejudices attached to belly dancing in Turkey.

On explore aussi la spiritualité, avec la visite de la Mosquée, les conversations avec l’immam et le cuisto dévot. Ayako va jusqu’à lire le Coran en japonais pour essayer de mieux comprendre l’Islam. La culture musulmane qu’elle découvre est ouverte, aux antipodes de l’islamisme décrit dans les journaux télévisés. D’ailleurs, les personnes avec qui elle discute lui expliquent bien que les islamistes ne sont pas considérés comme musulmans par la communauté musulmane, mais bien comme des terroristes. Le message est clair: ne faisons pas d’amalgames!

Ayako also explores spirituality when she visits the Tokyo Mosque. There, she speaks with the imam and also with the pious cook. She even starts reading the Koran in Japanese to understand Islam better. The Muslim culture she comes to discover is open, which is quite different from what she sees in the TV reports about radical Islamists. And indeed, the people with whom she discusses Islam are very clear: these are terrorists and they do not consider them being Muslims, since they kill people. 

c01301_ph02

L’art turc n’est pas en berne, avec bien sur l’exploration des costumes de danse orientale, mais aussi la dentelle turque, et les carreaux de céramique qui adornent les murs des demeures turques.

We also have a look at traditional Turkish art, with the exploration of belly dance costumes of course, but also Turkish lace and traditional Turkish tiles.

L’exploration de la culture turque amène Ayako à trouver sa voix et sa voie. De jeune fille indécise qui se laisse porter par la vie, elle développe un projet professionel et de vie tangible et concret. Elle s’affirme, sait enfin ce qu’elle veut. La découverte de la culture turque est une révélation.

Exploring Turkish culture enables Ayako to find her own path and her own voice. She was a quiet young lady, and thanks to her opening to a new culture, she is able to put together a project, both for her professional and personal future. She finally knows what she wants. It’s an epiphany.

C’est donc un manga initiatique, au travers duquel on découvre non seulement une culture, mais aussi une personne.

It is thus an intimate journey, through which we not only discover a culture, but also a character.

Le fil rouge, c’est le fameux Nazar Boncuk, cet oeil de verre bleu qui est censé protéger du mauvais oeil. C’est sa « meilleure amie » qui l’offre à Ayako lorsqu’elle déménage à Tokyo pour poursuivre ses études… avant de tenter de se suicider. Grace à cette amulette, qu’elle porte autour du cou, Ayako se fait remarquer par Hojda, le propriétaire d’un petit resto turc qui vient d’ouvrir, et c’est ainsi que commence sa plongée dans le monde turc. Le Nazar Boncuk prend toute sa signification pour Ayako lors du manga, car il se brise à la fin, la libérant en même temps de son passé, et lui ouvrant ainsi la voix vers le futur.

Throughout the series, the Nazar Boncuk, a Turkish charm made of blue glass and representing an eye, is present like a guiding light. It is a gift from Ayako’s « best friend », when she moves out to Tokyo… Ayako is the last person who saw her, before she tries to commit suicide. Thanks to the charm, that she wears as a necklace, Hodja notices Ayako in the crowd and asks her to work in his restaurant. And thus Ayako starts her journey in Turkish culture. The Nazar Boncuk’s meaning changes for Ayako throughout the manga, mirroring her own journey. In the end, it breaks, freeing her from her past, and giving her the chance to embrace her future.

Something's watching...

J’ai beaucoup aimé les personnages secondaires et les intrigues paralèles qui sont développées autour d’eux. Hojda et sa femme, ainsi que leur petite fille et leur chat. Zakuro et sa relation à son corps et à la danse.

I loved the secondary characters and their own stories. Hodja and his complex relationship with his wife and his daughter. Zakuro, the Japanese belly dancer, and her relationship to her own body and dance.

Le dessin est efficace, ça m’a un peu rappelé le style de Mari Okazaki mais en moins onirique. Ca n’empêche que ce n’est pas du manga avec des filles super sexy gratuitement (genre seins qui tiennent en l’air tous seuls, à la Ranma 1/2), c’est un dessin réaliste et chaleureux.

I liked the graphic design a lot, it reminded me a bit of Mari Okazaki, but it’s less poetic. It’s still beautiful and it conveys emotions efficiently. I appreciate the realistic design of most characters, who are not sexy just to be sexy (Ranma 1/2 I’m looking at you). Drawings are realistic and give a nice, warm feeling.

En bref, j’ai passé un très bon moment et je ressors enchantée de ma lecture. Je ne peux que vous le conseiller, d’autant plus que cette série est finie, ce qui veut dire que vous n’aurez pas à vous ruiner en achetant 40 volumes sur 20 ans.

Overall I had a nice time reading this short series, and I loved it. I can only recommend it, even more because it’s only three volumes, and it’s over, so you won’t ruin yourself over the years 😉

Les_nuits_d_Aksehir-istambul
Istambul by Ichikawa Raku

Ichikawa raku.jpg
http://yabangee.com/inside-world-comikon-istanbul-2017/

L’auteure: Ichikawa Raku est une auteure et illustratrice de manga japonaise résidant à Istamboul, en Turquie. « Raku’ n’est pas son vrai prénom, c’est un nom de plume inspiré d’une célèbre boisson anisée turque, le raki.

Author: Ichikawa Raku is a Japanese author and manga illustrator who lives in Turkey. « Raku » isn’t her real first name; it is a pen name inspired by a famous Turkish anise drink called raki.

Si vous parlez japonais, vous pouvez explorer son site web. Vous pouvez la suivre sur Facebook, Pixiv, Twitter, et Instagram.

Here is her website. You can follow her on Facebook, Pixiv, Twitter and Instagram.

 

Actualité/News, livres

Journée mondiale du Livre : J’offre un livre à un enfant

offreunlivre-affiche-A3http://flb.be/journee-mondiale-du-livre-joffre-un-livre-a-un-enfant/

« J’offre un livre à un enfant » : une sonnette d’alarme

Créée en 1995 à l’initiative de l’UNESCO, la journée mondiale du livre se fêtera le 23 avril.

Cette année, les éditeurs de livres jeunesse et scolaires, en partenariat avec l’Association des Éditeurs Belges (ADEB), la Foire du livre de Bruxelles et le Centre de littérature de jeunesse de Bruxelles entendent profiter de cette journée importante pour lancer un appel.

Best-book-sets-for-kids-for-this-summer-holidays

En effet, si l’on se réfère aux résultats en matière de compréhension à la lecture révélés par l’enquête internationale PIRLS 2016 (Progress in Reading Literacy Study), nos élèves de 4e année primaire sont les plus faibles lecteurs de l’Union européenne et des pays membre de l’OCDE: seulement 1 élève sur 5 dispose de capacités de lecture suffisantes qui lui permettent d’interpréter et d’intégrer des informations contenues dans un texte : à titre de comparaison, la moyenne européenne s’établit à 1 élève sur 2. D’autres études, moins récentes, confirment ce triste constat.

Des manifestations en faveur du livre et de la lecture existent en Fédération Wallonie-Bruxelles, parfois depuis longtemps (Foire du livre, Fureur de Lire, Lire dans les parcs), des mesures ont été prises (plan lecture), de nombreuses personnes motivées agissent au quotidien (enseignants, bibliothécaires, associations), mais le constat est là, et il est inquiétant.

READ-Kids

Les éditeurs estiment donc qu’il est de leur responsabilité de profiter de cette journée pour lancer un appel à l’action. Ils souhaitent en effet que cette question de la maîtrise de la lecture s’inscrive comme une priorité de société, afin de ne pas laisser 4 jeunes sur 5 dans une situation délicate, voire problématique, quant à ses capacités d’apprentissage, de formation et de développement futur. Chacun doit se sentir concerné par cette priorité.

C’est pourquoi, en ce 23 avril, les éditeurs lancent l’appel à « offrir un livre à un enfant ».

Offrir un livre à un enfant, cela peut aussi signifier l’emprunter en bibliothèque, le choisir dans sa bibliothèque personnelle, et peut-être surtout, prendre le temps de lire un livre à un enfant, ou avec un enfant, chez soi ou en classe.

Une mobilisation qui doit se poursuivre à l’année

Cette journée du 23 avril n’est pas l’aboutissement d’une action, mais le début d’une mobilisation afin que le livre, mais surtout la lecture et la maîtrise de la langue française, soit à la fête tous les jours !

o-CHILD-READING-facebook
Le 23 avril marque le début d’une action de long terme qui veillera à :

• Communiquer largement sur l’importance de la lecture auprès du grand public, par le biais de campagnes de sensibilisation : si l’apprentissage de la lecture est du ressort de l’école, les parents doivent également être conscients de leur rôle et de leurs responsabilités dans ce domaine. La maîtrise de la lecture est un enjeu de société.

• Développer le plaisir de lire dès le début du parcours scolaire, et tout au long de celui-ci : de la maternelle à la fin du parcours scolaire, la lecture doit être une priorité. Les écoles, les enseignants, les associations, doivent se mobiliser derrière cet objectif. La non-maîtrise de la lecture est un handicap culturel, social et économique qu’il convient de combattre.

iStock_000043658976Large-kids-reading

• Approfondir la formation, autour du livre et de la lecture, des futurs enseignants : ceux-ci doivent être mieux outillés pour aborder le livre et la littérature jeunesse dans leur classe. Il ne s’agit pas seulement d’apprendre à lire, mais également d’apprendre à aimer lire afin que les élèves puissent développer leurs capacités de lecture et d’analyse.

• Réfléchir sur les méthodes d’apprentissage : il n’y a probablement pas une seule bonne méthode d’apprentissage. Les enseignants doivent être formés à l’utilisation des méthodes les plus actuelles et veiller à favoriser quotidiennement les progrès: la relation pédagogique établie par l’enseignant, sa personnalité, sa créativité et ses compétences, constituent un des principaux facteurs de la réussite des élèves.

o-KID-READING-facebook

Les éditeurs se mobilisent

Acrodacrolivres, Alice Jeunesse, Au Gai Savoir, À pas de Loups, Auzou, CotCotCot Éditions, Dupuis, Dargaud-Lombard, Éditions Averbode, Éditions Casterman, Éditions Plantyn, Kate’Art, Ker Éditions, les Editions Bayard et Milan, Mijade, Pastel-École des Loisirs, Philéas & Autobule, Versant Sud Jeunesse.

Contact

Christelle Dyon
Responsable de la communication de l’ADEB
c.dyon@adeb.be
+32 (0)2 241 65 80

kids-reading

Album/Picture book, Bande dessinée/Comics, En anglais/in English, Enfants/Children, Japon/Japan, livres, Manga 漫画

The Secret World of Arrietty, le petit monde des chapardeurs – Studio Ghibli (Fr-Engl)

the-secret-world-of-arrietty-picture-book-9781421541150_hrMaintenant que Mademoiselle a quatre ans et des brouettes, je me suis dit que c’était le bon moment pour commencer à regarder des choses un peu plus longues (et plus profondes) que Peppa Pig ou Petit Ours Brun.

Since Madmoiselle is now four years old, I thought it was the right time to start introducing cartoons that are a bit longer (and deeper) than Peppa Pig. I am not a big fan of Disney because I find them very scary at her age.

C’est le bon moment pour commencer les dessins animés du Studio Ghibli!! Comme elle est encore jeune et impressionnable, j’évite pour le moment les choses qui peuvent faire peur ou qui sont un peu trop compliquées (genre Mononoke Hime ou Chihiro). On a commencé en douceur avec Kiki La Petite Sorcière et Arrietty. Et comme on est trop fans, on a même acheté le livre 🙂

So, it is the right time to start introducing Studio Ghibli movies! Since she’s still young and impressionable, I decided to avoid movies with scary looking characters or scary situations (like parents dying, I’m looking at you, Frozen, Lion King, and Bambi…). We started with Kiki’s Delivery Service and Arrietty. And since we love the movies so much, we even got books!


Résumé: Arrietty est une chapardeuse. Elle ne mesure que quelques centimètres de haut, et vit avec son père et sa mère dans un conduit d’aération d’une maison de campagne. Toutes les nuits, son père Pod part « chaparder », c’est à dire qu’il se rend dans la partie de la maison occupée par des humains pour y prendre ce dont sa famille a besoin… mais seulement des choses qui ne manqueront pas aux humains, ou qui ne se remarqueront pas.

Story: Arrietty is a borrower. She is only a few inches high, and she lives with her mom and dad in the ventilation of a country side house. Every night, her father Pod goes « borrowing ». He goes to the part of the house where humans live and takes things his household needs… but only things that humans won’t miss, or that they won’t notice.

Lors d’un chapardage, elle rencontre Shawn, un jeune garçon dont le coeur, fragile, va bientôt être opéré. Il a été envoyé dans la maison dans laquelle sa mère a grandi, pour se reposer et prendre des forces avant son opération. Une amitié fragile se noue entre Arrietty et Shawn… Mais comme Shawn connaît maintenant l’existence des chapardeurs, ceux-ci doivent partir, car ils sont en danger.

During a borrowing trip, Arrietty meets Shawn, a young boy who will soon undergo heart surgery. He was sent to the childhood house of his mother to rest and gather strength before the surgery. A fragile friendship starts between Arrietty and Shawn… but since Shawn knows about them, the borrowers must go away and find a new place to live, as they are potentially in danger.

the-secret-world-of-arrietty
Arrietty and Shawn in the garden Arrietty et Shawn dans le jardin

La femme de ménage, Hara, a toujours suspecté l’existence des chapardeurs. L’amitié entre Shawn et Arrietty lui permet de découvrir où ils habitent, et elle appelle une entreprise d’extermination de vermine. Heureusement, Arrietty et Shawn arriveront à détourner ses plans, et la famille de chapardeurs pourra s’échapper, saine et sauve.

The housekeeper, Hara, has always suspected that « little people » existed. Arrietty and Shawn’s friendship give her the opportunity to finally discover where they live. She calls a pest extermination company. Luckily, Shawn and Arrietty are able to counter her plans, and Arrietty and her family are able to escape.

Shawn n’a maintenant plus peur de l’opération du coeur qu’il va subir, car Arrietty lui a démontré qu’à force de courage, tout est possible.

Shawn has now overcome his fear of heart surgery, because Arrietty’s courage has shown him that everything is possible.


Mon avis: Ce livre est un « picture book », littéralement un « livre d’images ». Les images sont toutes tirées du film éponyme du Studio Ghibli, donc c’est juste BEAU. Qu’on se le dise, Ghibli rime avec poésie.

Review: This is a picture book from the eponymous Studio Ghibli animation movie. Illustrations are just breathtakingly beautiful. For me, Ghibli rhymes with poetry.

Le traitement des personnages est égal à ce à quoi je suis habituée des Studios Ghibli, donc pas de surprise de ce côté là. Du manga classique, un trait simple et efficace, des personnages qui ne sont pas over-sexués. Par exemple Arrietty a 14 ans, c’est donc une ado. On aperçoit un semblant de poitrine lorsqu’elle met sa robe rouge, mais c’est tout.

The character design is the same as in any other Ghibli movie, so no big surprise here. Classical manga style, efficient and simple, and not over-sexualised. For example, Arrietty is 14 years old, so she’s a teenager. When she wears her red dress, which is a tight fitting one for borrowing, her breasts are noticeable because of that specific garment. But that’s all.

10_the_secret_world_of_arrietty
Arrietty’s room – La chambre d’Arrietty

C’est au niveau des décors que Ghibli réalise une performance de haut niveau. Les détails sont hyper réalistes, que ce soit en intérieur ou dans le jardin – et quel jardin! Donnez-moi le même!

It is when it comes to backgrounds and scenery that Ghibli outdoes themselves. details are super realistic, be it indoors or outdoors. And look at that marvelous garden! I want the same!

Le livre en lui-même est agencé d’une manière un peu bizarre. Il y a plein de vignettes d’images de tailles différentes, qui illustrent le texte. Jusque là pas de problème. Par contre il y a parfois des bulles de dialogue dans les images. Ces dialogues ne sont pas repris dans le texte de l’histoire, et doivent être lus soit avant, pendant ou après le texte. Donc cela prête un peu à confusion. Le sens de lecture des images et leur mise en page varie d’une double page à l’autre, c’est aussi un peu perturbant.

The book itself is designed in a bit of a weird way. There are lots of illustrations of different sizes, illustrating the story, but some of them have dialog baubles. The dialog are in the text of the story, but still they convey important messages, so they should be read as well. The problem is that they should be read either before, during or after the text of the story. It’s a bit confusing. The way to read the images also varies from one page to the other.

The-Secret-World-of-Arrietty-Picture-Book-Studio-Ghibli-Library-3-hires

L’histoire est très touchante. Ghibli a transposé l’histoire originale de Mary Norton, intitulée Les Chapardeurs, d’un contexte anglais à un contexte japonais. C’est une histoire d’amitié entre deux êtres qui ne devraient jamais se rencontrer. Une rencontre dont chacun apprend, et ressort grandi… et courageux.

The story is very touching. Ghibli took the original English story by Mary Norton, called The Borrowers, and put it in a Japanese context. It is a story of friendship between two people who should have never met. From their brief but strong friendship, they will both learn and grow… and become brave.

On ne sait pas si le jeune Shawn survivra à son opération du coeur. Mais on sait qu’il n’en n’a plus peur, et qu’il est prêt à affronter la vie. Quant à Arrietty, on peut deviner le début d’une nouvelle vie pour elle, avec peut-être un amoureux…

We do not know if Shawn will survive his heart surgery. But we know that he isn’t ready to give up on life anymore, and that he isn’t afraid. For Arrietty, it is the beginning of a new life, and maybe of a love story…

the_secret_world_of_arrietty
Arrietty and Shawn say good bye – Arrietty et Shawn se disent adieu

En résumé:

Un très beau livre, une histoire touchante, des images magnifiques, mais une mise en page parfois surprenante. Je recommande!

In a nutshell:

a very beautiful book, a touching story, wonderful illustrations, but a book design that can be a bit… surprising sometimes. I’d still recommend it!


Produits dérivés: le livre est lui-même un produit dérivé du film 😉 Quelques gadgets pour les fans, comme une petite statue d’Arrietty qui grimpe dans le lierre, sa pince à cheveux, et surtout la bande originale du film.

By-products: the book itself is a byproduct of the movie 😉 a few gadgets are available for fans, like a miniature of Arrietty climbing the vines, or her hair clip, but I think the best seller is the original soundtrack of the movie, which is simply enchanting.

Actualité/News, Féminisme/Feminism, livres

Our shared shelf: Emma Watson’s feminist bookclub – le culb de lecture féministe d’Emma Watson (Engl-Fr)

This young lady is such an inspiration! Is any of you part of Our Shared Shelf? I am part of the group but I cannot follow, so I’m just writing down ideas for the future 🙂

Joyeux anniversaire à Emma Watson, une jeune femme déterminée pour qui l’éducation (et la lecture) passent avant tout… même avant Hollywood! Emma a créé un club de lecture féministe qui s’appelle Our Shared Shelf (Notre étagère commune). En faites-vous partie? Je dois avouer que bien qu’en faisant partie moi-même, je n’arrive pas à tenir le rythme… donc je regarde les avis et je note les références des ouvrages lus… pour la suite 🙂

Actualité/News, livres

[Salon du Livre de Genève] Des billets d’entrée à distribuer !

Si vous êtes près de Genève et que vous aimez les livres… c’est votre chance!

Déjeuner sous la pluie

Bonjour à toi, visiteur régulier ou nouveau venu !

Aujourd’hui, j’ai une bonne nouvelle pour toi : le Salon du Livre de Genève m’a contactée pour un partenariat ! L’événement se déroule du 25 au 29 avril à Palexpo, et je vais tâcher d’y faire un tour tous les jours. Je te ferai un compte-rendu par ici (de mes trouvailles, de mes rencontres, des conférences) et en échange, tu seras peut-être ravi d’apprendre que j’ai reçu 20 billets d’entrée (journaliers) à distribuer !

Une seule consigne : être abonné au blog par WordPress, par email (voir l’encadré à droite) ou en aimant la page Facebook.

Si tu as envie de faire un tour à Genève la semaine prochaine (pour croiser entre autres Manon Fargetton, Sophie Audouin-Mamikonian, Claudie Gallay, Marc Levy, Joël Dicker, Agnès Martin-Lugand, Douglas Kennedy ou Slimane-Baptiste Berhoun, ou profiter des expositions et des conférences) je te propose donc de remplir le…

View original post 116 mots de plus

Adulte/Sexy, Chick Lit/littérature féminine, En anglais/in English, Grande Bretagne/UK, Historique/Historical novels, livres, Par Pays/By country, Roman/Novel, Romance, USA

Outlander (1-4), Diana Gabaldon (Fr-Eng)

2014outlandertvcover

Tout a commencé avec un refus systématique de céder aux sirènes qui me chantaient que c’était trop une bonne série à regarder. Je me méfie comme de la peste de tout ce qui est à la mode. C’est suspicieux.

It all started with my refusal to watch a series about which I heard only good things. I am suspicious of anything fashionable, you see!

Un soir de repassage (car je regarde mes séries qu’en repassant, ça me donne bonne conscience) j’avais épuisé les séries que je regardais habituellement… et j’ai laissé sa chance à Outlander. Autant vous dire que mon linge a été plié, repassé, lavé… sans compter les autres tâches ménagères. J’étais au top du top de la « fée-du-logis-tude », parce que j’ai juste engloutis les deux saisons qui étaient dispo d’un seul coup. Et un an plus tard, j’ai finalement mis la main sur le premier volume des aventures de Claire et Jamie.

outlander_starz
Entrer une légende

One evening when I was ironing (as I watch series only when ironing), it appeared that I had watched all available episodes of the series I usually follow… and so I decided I’d give a chance to Outlander. My laundry not only got ironed, it also got folded and I put a second batch in the washing machine just to have an excuse to watch more the day after. I binged watched the two first seasons, and my house was spotless 😉 One year after, I finally bought the first volume of Claire and Jamie’s adventures.

C’était en novembre 2017… A Noël, ayant décidé que j’avais bien mérité de me faire plaisir, je me suis offert les trois volumes suivants. Janvier 2018, je suis malade et bien comme il faut. Résultat, je reste un mois au lit… interdiction de me lever. Que faire? Mais oui! Engloutir les pavés que je me suis offert à Noël!

It was in November 2017… and for Christmas, I decided to treat myself and got the three following books. In January 2018, I got very sick and was put on strict bedrest for a month. What to when you have nothing to do? Read! And this is how I read these tree big books back to back.

Outlander coffret


Mon avis: Impossible de faire une jolie analyse en profondeur de ces romans, comme je les aime d’habitude. Il y a juste trop de choses. Trop de pages, trop de thèmes, trop de personnages et trop de lieux. On parle tout de même de quatre livres qui pourraient chacun servir de cale-porte! Je vais donc vous livrer mon ressenti global sur ces quatre livres.

Review: It is simply impossible to write a detailed analysis like I usually do. It would just be too much. Too many pages, themes, characters, locations. We’re talking about four books as tick as dictionaries! So I will give you a more general opinion.

Avant d’essayer de vous énumérer les thèmes couverts par ces romans, je tiens à préciser qu’une fois que l’on accepte que l’on puisse disparaitre et réapparaitre à 200 ans d’intervalle au travers d’un cercle de pierres, c’est une série que l’on ne lâche pas.

Before trying to enumerate aaaaall the different themes covered by these novels, I have to tell you that once you’ve dealt with, and accepted, the fact that it is possible to disappear and reappear 200 years earlier/later through a circle of ancient stones, it is a page turner.

1526635_10151968619307108_1161877111_n_zps8bd3d532

Les thèmes, en vrac / Themes covered

tome 1 – l’amouuuur (ouais hein!), les légendes écossaises, le triangle amoureux, l’homosexualité, l’histoire d’Ecosse (le soulèvement jacobite et la Bataille de Culloden), la magie, la médecine, les plantes médicinales, la maternité, le syndrome post traumatique, la religion, la place de la femme dans la société, et surtout… le choc des cultures.

Looooove (of course), Scottish legends, love triangle, homosexuality, the history of Scotland (Jacobite revolution and the Battle of Culloden), magic, medicine, medicinal plants, maternity, PTSD, religion, the place of women in society, and above all… cultural shock.

tome 2 – l’acceptation, l’amooour (encore et toujours), la place de la femme dans la société (et ouais!), la relation mère-fille, la médecine, l’occultisme, la France, Versailles, la maternité, le deuil.

Acceptance, looooove (again), the place of women in society (yes, again!), mother-daughter relationship, medicine, occultism, France, Versailles, maternity, grief.

outlander-season-2-poster-jamie-claire

tome 3 – comment vivre sans amour, comment renouer avec un amour perdu, toujours cette histoire de relation mère-fille, l’acceptation de l’autre, les Caraïbes (ambiance Jack Sparrow), la Chine, l’esclavagisme, le vaudou.

how to live without love, how to get back with a long lost love, still this thing about mother-daughter relationship, acceptance again, the West Indies (Jack Sparrow kind of ambiance), China, slavery, voodoo.

tome 4 – vieillir ensemble, le nouveau monde, les amérindiens, relation père-fille (pour changer), la maternité (encore et toujours).

growing old together, the New World, native Americans, father-daughter relationship -for a change!), maternity (still).

https_blueprint-api-production.s3.amazonaws.comuploadscardimage4466569181f278-9407-4a1f-acec-513b52d7e2da

Et à chaque fois, cette grande question: peut-on changer le cours de l’histoire? Jusqu’à présent la réponse a été NON, mais Brianna, la fille de James et Claire, va essayer de prouver le contraire.

Every time, the big question is the same: is it possible to change the past? Until then, the answer was NO, but Jamie and Claire’s daughter Brianna intends to prove everybody wrong.

J’ai aimé le style d’écriture (pour info j’ai lu le text original en anglais). Je l’ai trouvé assez poétique. C’est bien écrit, bien documenté, on apprend plein de choses (ce que j’aime beaucoup dans les romans historiques) et surtout, on vibre avec Claire et Jamie, les deux héros.

I liked the writing (I read the original text in English, not a translation in French). I found it quite poetic. It’s well written, well researched, we learn lots of things (something I appreciate in historical novels), and above all, Claire and Jamie are vibrant heroes.

Outlander-First-Look-outlander-2014-tv-series-37411146-1800-1200

Diana Gabaldon, l’auteur, a dit qu’elle avait écrit le premier tome « pour voir si elle pouvait écrire un roman », sans se prendre la tête et en y mettant ce qui l’intéressait.

Author Diana Gabaldon said she wrote the first volume « to see if she could write a novel », without stress and putting in it whatever she liked.

Et ça se sent, mais dans le bon sens des choses. Elle explore beaucoup de thèmes, ainsi que des modes de narration différents, au fil de ses romans. Elle s’amuse avec ses personnages. Elle émet des hypothèses farfelues (mais peut-être pas tant que cela) à propos de l’existence de Nessie, le monstre du Loch Ness, et pourquoi il n’apparait pas tout le temps, ni sous la même forme.

And it is quite obvious, but in a good way. She goes through a wide variety of themes, explores different types of story telling in each book. She plays with her characters. She makes crazy assumptions about Nessie, the infamous Loch Ness Monster, as to why she doesn’t appear so regularly and why she changes shape and colour (but is it that crazy??).

Il y a pas mal d’érotisme, sans que ça tombe dans le porno hein, mais c’est chaud chaud chaud entre Claire et Jamie – chaud bouillant même. Le mot « téton » revient bien régulièrement dans le texte :p on ne peut pas ne pas le remarquer! D’ailleurs apparement, le mari de Diana Gabaldon lui aurait fait la remarque: « quoi, encore des tétons?? »

There is quite a lot of eroticism, but it kind of stays classy. It doesn’t become porn, if you know what I mean 😉 It’s hot hot hot between Claire and Jamie, super steamy. The word « nipple » appears quite a lot in the books :p impossible not to notice it! Apparently, Diana Gabaldon’s husbdand told her « what, some more nipples »?? »  😉

Outlander 2014

Tout comme ce fut le cas avec La Servante Ecarlate, j’ai vu la série avant de lire les livres. J’avais donc déjà une image mentale des personnages façonnés par la télévision. J’ai appris que Jamie avait un nez un peu long et une large bouche – ce qui n’est pas vraiment le cas de l’acteur qui l’incarne.

Just like I did with The Handmaid’s Tale, I happened to watch the series before reading the books. I thus already had a mental image of the characters’ appearance from the TV show. It was interesting to compare the description Gabaldon made of them with the actual appearance of the actors from the show. For example Jamie is supposed to have a nose slightly to long and a wide mouth, which isn’t really the case of Sam Heughan (he’s still very charming :p ).

J’ai aussi relevé les racourcis pris par la série ainsi que les changements effectués. Je les comprends tout à fait d’un point de vue télévisuel, mais il est certain que les livres ont apporté plus d’épaisseur à ce que je connaissais déjà.

I also compared the storylines of the books and the TV show. Of course the TV show changed a few things here and there. Sometimes because exploring side plots would have taken too long, sometimes because things aren’t as easy to show on TV as to explain with words. I understand why these changes were made. Nevertheless, reading the books gave more depth to a story I already knew.

Outlander Season 2 2016

La série TV est juste super. Visuellement, c’est un plaisir pour les yeux. Que ce soient les acteurs ou les décors, sans parler des costumes (la robe de mariée de Claire, OMG!!! et ses robes parisiennes!). Quant à la musique… j’ai juste adoré.

The TV show is wonderful. Visually, it is such a pleasure to watch…. be it the actors, their costumes or the decors! I am forever in love with Claire’s wedding gown. Not to mention her Parisian wardrobe! Music is also perfect. Love it. I play it at work as background music to help me focus!

Voilà, je pense que vous aurez compris que je suis une fan convaincue! Je fais une petite pause avant de me lancer dans les volumes suivants 😉

That’s all, folks! I think it is clear that I am a die hard fan by now. I am taking a break from Claire and Jamie before I start binge reading the next four books 😉

outlander-characters-with-text


dianagabaldonL’auteure: Diana Gabaldon est une auteure amériaine d’origine mexicaine et anglaise, connue pour sa série de romans Outlander. Née en 1952 en Arizona, elle étudie la zoologie puis enchaine sur une maitrise en biologie marine, pour finir par un doctorat en écologie comportementale.

Elle commence sa carrière au Centre d’études environementales à l’Université d’Arizona. C’est en 1988 qu’elle prend la plume pour « essayer d’écrire un roman, juste pour voir ». Outlander était né. elle futn professeur pendant 12 ans avant de se consacrer à temps plein à l’écriture. Aujourd’hui elle vit avec son mari Doug en Arizona. Ils ont trois enfants adultes.

Diana Gabaldon is an American author of Mexican and English descent, known for her Outlander novel series. Born in 1952 in Arizona, she studies zoology, then got a master in marine biology, to finally get a PhD in behavioural ecology.

She started her career at the Center for environmental studies of the Arizona State University. She started writing in 1988 « to try and learn ». It was the start of Outlander. She was a professor for 12 years before switching to writing full time. Nowadays she lives with her husband Doug in Arizona. They have three adult children together.

Vous pouvez explorer son site (en anglais) pour en apprendre plus sur Diana Gabaldon / Have a look at Diana Gabaldon’s website to learn more.


Produits dérivés: la série bien sur!

By-products: the TV show of course!

Diana Gabaldon a aussi écrit des livres sur des personnages secondaires comme Lord John (un personnage que j’aime beaucoup).

Diana Gabaldon also wrote books about side characters like Lord John Grey (oh how I love John Grey!!).

Pour les fans hardcore, il y a même un magasin en ligne avec des goodies en veux-tu, en voilà!

For die hard fans, there is even an online shop with tons of goodies, from key chain to blankets and shower curtains.

Et je finis avec les chansons de Karliene, une artiste qui a créée des chansons sur le thème de Outlander (mais aussi Games of Thrones, Lord of the Ring, etc…).

Let me finish with Karliene’s songs. She is an artiste who got inspired by Outlander and who created new songs. Just like that. Love her voice. She’s also created songs inspired by Games of Thrones, Lord of the Ring, etc…


Résumé/Story:

Tome 1 – Claire Beauchamp Randal est infirmière durant la Seconde Guerre Mondiale. Lorsque la guerre prend fin, elle retrouve son mari, Franck Randal, qui a travaillé pour les services secrets britaniques. Ils ont été séparés pendant la guerre et cherchent à se retrouver.

Ils partent en seconde lune de miel en Ecosse, où Claire disparait pour se retrouver miraculeusement 200 ans plus tôt au même endroit, une période à laquelle son historien de mari s’intéresse.

Pour échapper au danger, elle va devoir épouser un jeune highlander, James Fraser. Comme il est jeune et fougueux, elle tombe vite sous son charme… mais n’oublie pas son premier mari, Franck, qui l’attend 200 ans plus tard.

Book 1 – Claire Beauchamp Randal is a nurse during WWII. When the war is finally over, she is reunited with her husband, Franck randall, who was affected to secret services. They were separated for years during the wars and are trying to reconnect.

They decide to go on a second honey moon in Scotland, where Claire disappears and reappears at the exact same place, but 200 years earlier… a time she knows about a bit, given the fact that it’s the specialty of her historian of a husband.

To escape danger, she has to get married to a young highlander, Jamie Fraser. Since he’s quite handsome, she falls for him… but doesn’t forget her « future » husband Franck, who is waiting for her 200 years later.

Tome 2 – Claire et sa fille Brianna, née de son union avec Jamie mais qui n’a connu comme père que Franck, reviennent en Ecosse. Claire révèle le secret de sa naissance à sa fille, et se remémore les mois qu’elle a passé à Paris en compagnie de Jamie, à essayer de faire capoter la rebellion jacobite.

Ayant échoué, Jamie se rend à la bataille et renvoie Claire, enceinte, dans son époque.

Book 2 – Claire and her daughter Brianna, born from Jamie but who has never known another father than Franck Randall, come back to Scotland after Franck’s death. Claire reveals her secret to Brianna, and remembers the months she spent in Paris, trying to kill the Jacobite rebellion.

Having failed, and history repeating itself, Jamie has no choice but to fight at the Battle of Culloden, where he expects to be killed. He sends back a pregnant Claire to her own time, 200 years later, to Franck.

Tome 3 – Claire et Jamie évoluent pendant vingt ans, chacun de leur côté, persuadés que plus jamais ils ne se reverront. Claire essaie de trouver un sens à sa vie et devient médecin, la première femme à s’inscrire à l’université de médecine de Boston.

Jamie se cache dans la forêt près de son domaine de Lallybroch, en Ecosse, pendant des années, avant de rendre et de se faire emprisoner. Après la prison, il est embauché comme palfrenier chez un anglais, dont l’une des filles s’éprend de lui. La jeune femme meurt en couches, donnant un bâtard à Jamie.

Claire et Brianna, à l’aide de Roger, un historien écossais, cherchent la trace de Jamie et le retrouvent à Edimbourg, où il est imprimeur. Claire décide d’aller le rejoindre, et c’est le début d’une folle aventure, d’abord sur l’océan Atlantique, puis dans les Caraïbes.

Book 3 – Claire and Jamie live separate life for 20 years, believing they’ll never see each other ever again. Claire tries to find a purpose in life and finds it in becoming a doctor. She’s the first female medicine student at the University of Boston.

Meanwhile, 200 years earlier, Jamie has survived and is hiding in the forest around his estate of Lallybroch. he stays there for seven years, before being captured and jailed. After having done his time in prison, he is hired as a horse care taker in an English estate. One of the family’s daughter falls for Jamie and blackmail him so that he’ll lay with her. She unfortunately dies while giving birth. No one knows that the boy is Jamie’s.

Claire and Brianna, helped by a young  Scottish historian named Roger, try to track Jamie in the past, and finally find him in Edimburgh, where he’s become a printer to cover for his alcohol smuggler business. Claire decides to join him in the past, and it is the beginning of another crazy adventure, first accross the ocean, and then in the West Indies.

Tome 4 – Après que leur bateau se soit à échoué sur les côtes du Nouveau Monde, Claire et Jamie décident de s’y installer et de commencer enfin leur vie à deux. Ils devront affronter la nature hostile, aprivoiser les indigènes, et composer avec certains colons au caractère plutôt difficile.

C’est sans compter sur Brianna, leur fille, restée à l’époque moderne, qui essaie tant bien que mal de trouver trace de leur vie. Lorsqu’elle trouve la preuve que ses parents vont mourir dans un incendie, elle décide de partir les retrouver.

Elle laisse derrière elle Roger, l’historien qui avait aidé Claire à retrouver Jamie, et avec qui elle a développé une relation à distance entre l’Ecosse et les USA où elle vit. Lorsque Roger découvre que Brianna est partie, il décide de la suivre.

Book 4 – Claire and Jamie reach the New World, where they decide to settle down and start living together as a family. They have to find a spot for their new estate, they meet local native Americans, and deal with already established families.

Their daughter Brianna, who stayed in her own time in the 1960s, tries to track her parents in the past. When she finds out that they will die in a fire, she doesn’t hesitate and travels back to the past herself.

She leaves behind Roger, the young Scottish historian, with whom she had started a romance. When Roger figures out that Brianna traveled to the past, he doesn’t hesitate and follows her.


 

Bande dessinée/Comics, Biographie/Biographies, En anglais/in English, En français/In French, Féminisme/Feminism, France, livres

Culottées (Brazen), Pénélope Bagieu (Fr-Engl)

 

En cette Journée internationale des droit des femmes, quoi de mieux que de vous présenter Culottées, une BD qui dresse le portrait de femmes qui ont pris le destin en main.

Today is International Day of the rights of women. The comic books were translated in English under the title Brazen: rebel ladies who rocked the world. In English, the stories are publish in one volume, whereas in French there are divided into two books.

Cette BD de l’auteure française Pénélope Bagieu m’a été offerte pour mon anniversaire, et je crois bien que ça a été mon cadeau préféré. Cerise sur le téton, comme les illustrations sont plutôt marrantes et colorées, ma fille de quatre ans a cru que c’était un livre pour elle et veut que je lui lise les histoires. On ne commence jamais assez tôt son éducation féministe 😉

34506937._UY630_SR1200,630_.jpg

It was created by French comic artist Pénélope Bagieu, and I got it for my birthday. It was actually my favourite present! Cherry on the nipple, since the drawings are colourful, they appealed to my four year old daughter, who asks me to read her the stories again and again. It is never too early to start her feminist education 😉

« Culottée » has a double meaning in French: it means « the one wearing the pants (=culotte) », but it also means « daring ». So the book is an ode to daring women who weren’t afraid to wear the pants!

annette


Culottées, c’est, à l’origine, un blog BD hebdomadaire du Monde. Chaque semaine, Pénélope Bagieu dressait le portrait d’une femme (ou d’un groupe de femmes) qui ne s’en est pas laissé conter et qui a fait ce que bon lui semblait… et ce, en dépit des diktats de la société bien pensante de chaque époque.

Originally it was a weekly blog series featured on famous French newspaper Le Monde. Each week, Bagieu would introduce a new strong woman (or a group of strong women) who lived her life the way she wanted, despite social pressure.

brazen-1.jpg

En tout, 30 portraits ont été présentés aux lecteurs du Monde. Ils ont ensuite été regroupés et imprimés en deux tomes. C’est le premier que j’ai reçu, et je pense qu’il me faudrait le deuxième très bientôt.

In total, she drew about 30 women for the readers of Le Monde. These comic strips were then printed into two books. I got the first one for my birthday. Gotta get the second one asap.

Joséphine Baker

Pénélope Bagieu a expliqué que la contrainte temporelle (une BD par semaine) l’avait forcée à aller à l’essentiel. Elle s’est imposée un format de huit planches, et a essayé de faire tenir toute une vie et un combat entre ces huit pages. C’est un challenge de haut niveau, car chaque femme pourrait avoir une biographie de 200 pages, tellement elles sont intéressantes!

Bagieu explained that since she had only one week to complete each biography, she had to make choices and went straight to the main points of each woman’s life. She worked in a format of eight pages, which isn’t much. A real challenge, given the fact that each of these women’s life was so full and interesting that they each deserve a bio of 200 pages!

Lozen

Le point fort de cette BD, c’est donc de nous présenter un large éventail de femmes et leurs combats, en allant à l’essentiel. Bagieu trace les grandes lignes, présente une introduction. Si le lecteur est emballé par l’une ou l’autre de ces histoires vraies, il peut aller fouiller et approfondir le sujet de lui-même.

The main point of the comic book is to introduce women from diverse backgrounds and times, to make us familiar with their struggles and fights. Not to go in depth. If the reader likes one of these real life characters, they can do some research of their own.

Les dessins sont dans le plus pur style Bagieu, un peu « déglingués », colorés, et plutôt simples. Pas de fioritures dans les arrière-plans. La narration est elle aussi « marrante », avec des tournures de phrase plutôt drôles.

Bagieu’s drawing style is recognisible. Nothing fancy, no blablabla in the background, strong colours and bold colours, and lots of humour.

Nzinga 2

Niveau contenu, on nous présente des sportives, exploratrices, gynécologues, guerrières, rebelles, résistantes… et autres femme à barbe ou artistes. J’ai apprécié la diversité des héroïnes présentées. Différentes époques, différentes ethnies. On couvre tous les continents.

We are introduced to warriors, athletes, explorers, gynecologists, rebels, artists and other bearded women. I loved that all these women come from a very diverse background. Many different ethnicities and times are represented. All continents are covered.

Betty Davis.jpg

C’est une BD, ça se lit vite. En une demie-heure, c’était plié. Par contre, comme je le disais plus haut, les illustrations ont tout à fait séduit ma fille de quatre ans, et elle me demande régulièrement l’histoire de la sirène (Anette Kellerman, qui a inventé le maillot de bain moderne pour femmes) et de la femme à barbe. Je suis aussi fan de Tove Jansson, la créatrice des Moomins (si vous ne connaissez pas les Moomins, honte à vous!).

It’s a comic book, you’ll read it fast. I was done in 30 min. If you aren’t at ease with French, it can also be a good way to practice. As I was saying before, my four year old daughter loves the illustrations and asks me to read her stories, especially « the mermaid story » (Annette Kellerman, who invented the modern version of women’s swimming suit) and of the Bearded Woman. I am personally a big fan of Tove Jansson, who created the Moonins.

Tove Jansson 2 (2)


L’auteure: Pénélope Bagieu est née en 1982 à Paris. Elle étudie l’art et lance en 2007 son blog BD Ma Vie est Tout à Fait Fascinante, dans lequel elle se met en scène. C’est ce blog qui lance sa carrière. Ses personnages de Joséphine et Charlotte sont désormais célèbres.

The cartoonist: Pénélope Bagieu was born in 1982 in Paris. She studied art and launched her webcomic blog in 2007, called My Quite Fascinating Life, in which she depicts her daily life. The blog launches her career. She created many characters who are now famous, like Josephine and Charlotte.

Vous pouvez suivre Pénélope sur Twitter / Follow Pénélope on Twitter.

Pénélope Bagieu


Bonus:

Reviews of Brazen in English: The Guardian, AVClub

Je vous laisse avec l’histoire de Clémentine Delait, la fameuse Femme à Barbe.

Below is the story of Clémentine Delait, the famous Bearded Woman.

01-clementinedelait