adoption, Biographie/Biographies, Chine, Corée/Korea, Féminisme/Feminism, Historique/Historical novels, Japon/Japan, livres, Manga 漫画, USA

Nouvel an chinois : Lectures d’extrême-orient

Le 25 janvier, nous entrerons dans l’année de la souris (certains disent le rat, mais je trouve les souris beaucoup plus mignones!). je me suis donc mise en quête de livres asiatiques, histoire d’être dans le bain 🙂

Je tape mes chroniques à deux à l’heure. Ca me prend du temps, je fais pas mal de recherches en parallèle, du coup je voulais juste vous parler vite fait de ces deux livres, que je revisiterai certainement plus en profondeur dans des chroniques dédiées.

La Femme du Shogun

Par Lesley Downer

Cette histoire vraie se passe au Japon, alors que ce royaume insulaire est forcé de s’ouvrir au monde extérieur avec l’arrivée des américains. On suit le destin d’une jeune fille intelligente, mariée au Shogun (le dirigeant suprême du royaume) afin de l’influencer sur les relations du Japon avec l’extérieur. Evidemment c’est très romancé, mais le fond historique est vrai et tout à fait respecté. J’ai adoré comprendre les intrigues de palais, la place des femmes (qui peut être répondérante, mais hélas, seulement si les hommes les laissent faire), la société japonaise très codifiée.

Wild Swans (Cygnes sauvages)

Par Jung Chang

C’est une saga familiale, l’histoire vraie de trois générations de femmes chinoises. On commence avec la grand-mère de l’auteure, une beauté mariée à quinze ans par son père à un homme ayant le triple de son âge, militaire puissant. Puis on suit les aventures de la mère de l’auteure, une jeune femme gagnée par l’idéal communiste. Et enfin l’auteure elle-même. C’est captivant de voir l’évolution de ce grand pays qu’est la Chine, de l’intérieur. Beaucoup de batailles et faits d’armes sont décrits, ce qui n’est pas passionant, mais les personnages (réels) étaient au coeur de ces évènements.


Je voudrais aussi mentionner d’autres livres que j’ai beaucoup aimé. Certains sont chroniqués ici, d’autres pas.

Pachinko

Par Lee Min Jin

Une saga familiale sur la minorité coréenne au Japon. Ma chronique complète ici.

Lune de Printemps

Par Bette Bao Lord

Beaucoup de similarités avec Wild Swans, dans le sens où la protagoniste est de la même génération que la grand-mère de l’auteure de Wild Swans. D’ailleurs les deux livres commencent plus ou moins avec le bandage des pieds de ces deux femmes. Lune de Printemps est une petite fille de bonne famille, et va traverser l’évolution de son pays au travers du Guomintang puis des communistes. Appartenant à l’ancienne génération, les choix de ses enfants et petits enfants la laissent perplexe, ainsi que le monde moderne. Je me souviens de sa réflexion sur les grands pieds, par oppositions aux petits pieds bandés qui étaient autrefois la norme.

Beijing Coma

Par Ma Jian

Le narrateur est un jeune homme qui est tombé dans le coma à la suite des répressions étudiantes sur la Place Tiananmen, en 1989. Alors qu’il est dans le coma, ses pensées voyagent entre le présent, dont il est conscient (sa mère lui prodigant des soins, les visites des voisins, les odeurs, les conversations) et le passé (comment la révolution étudiante s’est formée, et comment elle a été matée). La fin du livre le voit se réveiller après dix ans de coma.

Le palanquin des larmes

Par Chow Ching Lie

L’histoire vraie d’une jeune fille pauvre mais très belle mariée contre son gré à l’adolescence à un homme maladif. Très douée au piano, son talent lui servira à sauver sa famille de la misère lorsque son mari mourra et qu’il lui faudra trouver de l’argent pour ses deux enfants. L’auteure Chow Ching Lie est aujourd’hui âgée de 83 ans.

Les bébes de la consigne automatique

Par Murakami Ryû

Au Japon, l’histoire de deux bébés abandonnés par leurs mères, le même jour, dans des casiers de la consigne automatique d’une gare. Repérés grâce à leurs cris, ils sont sauvés in extremis et grandissent ensemblent dans le Japon des années 80. De tempéraments opposés, ils sont cependant liés tels des frères. C’est un livre assez difficile à lire, et ma lecture remonte à plus de 20 ans, mais il est inoubliable.

Bleu presque transparent

Du même auteur, un livre sur la jeunesse droguée. Trash.

Kyoko

Du même auteur encore, qui nous pond cette fois une jolie fable, même si ça reste un peu trash, sur une jeune japonaise chauffeure de camions, qui décide de partir à la recherche d’un GI latino qui lui avait appris à danser lorsqu’il était en mission sur une base militaire américaine au Japon. Elle sillone les USA pour le retrouver, et lorsqu’elle le trouve enfin, il est dévoré par le SIDA et ne la reconnait pas. Les rencontres de Kyoko, qui pourraient mal tourner à chaque fois, dressent un portrait saisissant de la société américaine. Ce livre fait partie de mes chouchous.

Suppli (Complément affectif)

Par Mari Okazaki

L’un de mes plus gros coup de coeur au rayon manga. Ma chronique complète ici.

Nana

Nana 2

Par Ai Yazawa

MON MANGA que j’aime d’amour, pour toujours. L’histoire de deux jeunes femmes au prénom similaire, mais aux caractères et apparences aux antipodes l’une de l’autre, et qui vont devenir inséparables. Ma chronique complète ici.

Kimi Wa Petto (Au Pied Chéri!)

Par Ogawa Yayoi

L’histoire d’un jeune danseur talentueux recueilli par une femme carriériste qui préfère ne pas laisser entrer qui que ce soit dans sa vie pour na pas être blessée. Une pépite. Ma chronique complète ici (et sur les différentes adaptations en série ou au cinéma: juste là).

Fleur de Neige

Par Lisa See

L’histoire d’une amitié entre deux femmes chinoises, mariées, et qui communiquent par un procédé unique. Les femmes de leur communauté disposent en effet d’un système d’écriture qui leur est réservé et que les hommes ne savent pas décoder. Elle s’échangent ainsi des messages, s’envoyant des éventails couverts de confidences. Lorsque les communistes saisissent leurs biens, ils pensent que ce sont des messages codés pour l’ennemi. Un magnifique roman sur la condition féminine en Chine et bien sur, l’histoire moderne de la Chine.

Poupées de Chine

Par la même auteure, l’histoire de trois jeunes femmes de Chinatown qui se rencontrent en travaillant dans un cabaret. Venant de milieux différents, elles vont devenir inséparables… jusqu’à ce que leur amitié soit éprouvée par le secret de l’une d’entre elle.

Chinoises

La journaliste chinosie Xinran a été la première à dédier une émission de radio aux femmes. Elle a reçu des lettres et des appels téléphoniques racontant des histoires poignantes, parfois horrifiantes. Toutes les histoires rapportées sont vraies. Xinran a parfois été à la rencontre de ces femmes.

Messages de mères inconnues

Xinran continue son enquête sur la condition des femmes en Chine. Cette fois elle s’intéresse à ces mères qui ont dû abandoner leurs enfants, ou pire, les tuer. La politique de l’enfant unique a fait des ravages en Chine, mais a aussi transformé ce pays en orphelinat pour petites filles à adopter. On explore aussi le « business » des orphelins, avec des enfants parfois kidnappés à leurs familles pour assouvir les besoins en adoption des étrangers. Encore une fois, toutes les histoires sont vraies. Chronique complète ici.

L’amant

Le roman phare de Marguerite Duras. Sa rencontre avec « le chinois » à bord d’un bac traversant le Mekong, au Viêtnam, est légendaire. Que dire de plus!

Certaines n’avaient jamais vu la mer

Par Julie Otsuka

Un roman choral sur des femmes japonaises parties épouser des japonais établis aux USA, sans les avoir jamais rencontrés. On les suit depuis leur traversée du Pacifique, bercées de rêves de grandeurs, lors de leur rencontre avec leur mari, lors des désillusions, la vie difficile des immigrants, et enfin la guerre contre le Japon qui verra les USA parquer ses ressortissant d’origine japonaise dans des camps, pour la sécurité du pays. Ma chronique ici.

Vent d’est, vent d’ouest

Par Pearl Buck

L’histoire d’une jeune femme chinoise traditionelle se mariant avec un homme qui, ayant étudié aux Etats-Unis, a des vues très modernes sur le mariage. Son difficile apprentissage de ces nouvelles coutumes va la rapprocher de l’époux qu’on lui a imposé. Mais ce fragile équilibre est rompu lorsque le frère de son mari ramène une fiancée américaine. Pearl Buck, américaine née et ayant grandit en Chine, a un aventage sans pareil pour conter cette histoire de clash des civilisations.


J’espère que cette petite sélection de livres extrême-orientaux vous inspirera, et vous souhaite une très belle année de la souris! 新年快乐 !

5 réflexions au sujet de “Nouvel an chinois : Lectures d’extrême-orient”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s