La Princesse Des Glaces

La Princesse Des Glaces

hzqizu_29dgecvlcgoje10htzxsLa Princesse Des Glaces est un roman que j’ai gagné grâce au Petit Pingouin Vert, un super blog culturel que je vous recommande chaudement. J’avais l’auteure, Camilla Läckberg, dans ma ligne de mire, depuis que j’avais achevé la trilogie Millénium.

Ayant adoré cette série, mais son auteur, Stieg Larson, étant décédé, il fallait que je me trouve un auteur « remplaçant » pour la littérature suédoise policière. C’est chose faite!


J’ai lu La Princesse Des Glaces en lecture commune avec Rose de La Chambre Rose Et Noire, un autre blog culturel ET glamour. Allez y faire un tour, l’univers de Rose surtout simplement passionnant.

Cliquez ICI pour lire son avis.


3579674095-2Résumé et avis en bref: Erica Flack a 35 ans, elle est célibataire et écrivain de biographies. Au décès de ses parents, elle rentre dans son village natal pour faire le tri dans la maison de son enfance. Mais un autre évènement va la bousculer: elle découvre le cadavre de son amie d’enfance, Alexandra, dans la maison de cette dernière.

Alexandra s’est apparemment ouvert les veines dans son bain, et la chaudière de sa maison étant en panne, le froid l’a gelée. On dirait donc… une princesse des glaces.

Erica, intéressée par cette histoire dans un but tout à fait personnel et égoïste (écrire un roman s’inspirant de la vie d’Alexandra), va mener son enquête en parallèle de la police locale, et plus précisément de Patrick, un ami d’enfance devenu policier qui ne la laisse pas indifférente.

Ensemble ils vont découvrir un scandale vieux de plusieurs décennies, qui a pesé sur une partie de la population de ce village aux apparences tranquilles.

10_4_fjallbacka%2c-bohuslan%2c-west-sweden-photo-fra
Fjällbacka existe vraiment!

J’ai beaucoup aimé ce roman et sa construction, même si je dois bien avouer que le suspense et la tension sont un poil en dessous de Stieg Larson. Est-ce que ça compte comme de la chick lit ou comme un policier? Est-ce possible que ce soit un policier pour les femmes?

L’histoire est bien ficelée et le fait de croquer la vie d’un petit village dans lequel les qu’en-dira-t-on et le regard des autres, ainsi que le téléphone arabe qui marche à fond les ballons, sont des incontournables de la vie quotidienne, sont des choses que j’ai apprécié.

Par contre j’ai très vite deviné l’un des mystères de l’histoire, donc je suis un peu déçue sur ce point là. Relativisions: j’ai percé UN mystère, et les autres m’ont par contre beaucoup surprise. La fin m’a laissée un peu songeuse, je ne m’attendais certainement pas à l’identité de l’assassin ni à son motif.

Le livre se lit vite, pour tout vous dire je l’ai fini en une nuit (blanche), et il vous tient en haleine, c’est sur.

En ce qui concerne le style, c’est toujours difficile d’évaluer une traduction. j’ai relevé une ou deux coquilles et « mal dit » qui m’ont fait lever un sourcil, et je pense que quelques fois, la traduction doit trop coller au texte original. En tant que traductrice je sais combien il est difficile de prendre de la distance tout en étant fidèle à l’écrit d’origine, c’est une vraie gymnastique mentale.

Par contre, la construction du texte est très bien faite. Le suspense est maintenu jusqu’à ce que l’info soit révélée. Le fait de raconter l’histoire du point de vue des différents protagonistes nous permet d’être au plus près des personnages.

Pour conclure: un roman qui se lit bien, dont l’intrigue nous prend aux tripes, auquel il manquait, pour moi, un petit quelque chose.

109343532_o


L’histoire: Attention SPOILERS!! Passez votre tour si vous ne voulez pas découvrir tous les mystères de ce roman, et RDV à la rubrique du dessous: « mon avis ». 

Ici je remets l’histoire dans son ordre chronologique et non pas de la manière dont elle est racontée dans le livre.

lorentz-anders-vera

La riche famille Lorentz règne sur la petite ville côtière de Fjällbacka: ils possèdent une usine qui fait vivre le village et sont immensément riches. Ils ont deux fils: un fils naturel, Nils, et un fils adopté, Jan. Ce dernier avait des parents qui le maltraitaient et allaient jusqu’à prostituer leur fils pour de l’argent ou de la drogue.

A dix ans, Jan a perdu ses parents dans un incendie, qu’il a probablement déclenché lui-même. A la suite de ce drame, il a été adopté par la famille.

Nils était remplaçant au collège du village, fréquenté par Alexandra, sa meilleure amie Erica, et Anders. Anders est le fils de Vera, la bonne des Lorentz.

Quant à Nils, c’est un pédophile qui abuse d’Alexandra, d’Anders et de son frère adoptif Jan. Les trois enfants comprennent vite qu’ils sont dans le même bateau et deviennent frères de sang: Les Trois Mousquetaires, ensemble, se sentent invincibles et font de longues ballades à vélo.

Alexandra tombe enceinte et révèle le drame à ses parents, qui vont tout de suite voir Nelly Lorentz. Cette dernière fait retirer son fils pédophile du collège afin de « limiter les dégats » et convainc les parents d’Alexandra qu’il vaut mieux régler cela « entre eux »: elle offre au père d’Alexandra un poste dans une autre ville et paye les frais de scolarités de la fillette en Suisse pendant plusieurs années.

Avant de partir, les parents d’Alexandra ont été voir Vera, la maman d’Anders, lui aussi victime de Nils, et employée de maison chez les Lorentz. De la même manière, Nelly Lorentz achète le silence de Vera en la convaincant que pour le bien d’Anders, il ne vaut mieux pas que cela se sache car il serait pointé du doigt.

Mais pour Jan, l’enfer continue, car le prédateur sévit chez lui. Avant le départ d’Alexandra, il convient d’un plan avec Les Trois Mousquetaires: il demande à Nils de venir avec lui en promenade et l’attire sur la glace. Les deux autres enfants y attendent Nils, qui, trop content d’avoir sous la main toutes ses victimes, se précipite vers eux et… tombe dans un trou dans la glace.

Lorsque Nelly demande à Jan où est son grand frère, elle comprend sans qu’aucune parole ne soit échangée que le petit garçon a fait disparaître Nils. Aucune plainte pour disparition n’est enregistrée à la police, mais l’évènement fait les gorges chaudes des journaux locaux pendant un temps.

Alexandra accouche en Suisse d’une petite fille, Julia, que sa famille fera passer pour leur cadette. Puis la vie continue… Erica, de son côté, ne comprend pas la disparition soudaine de son amie. Elle n’a plus jamais de nouvelles.

Alexandra fait des études d’art à Paris. Elle se marie avec Henrik et ouvre une galerie d’art à Göteberg. Anders devient peintre et alcoolique. Jan travaille d’arrache-pied et reprend l’entreprise familiale. Erica, quant à elle, est devenue auteure de biographies de femmes suédoises célèbres.

Alexandra et Anders sont restés en contact. Il éprouve une admiration sans borne pour elle, il aime la peindre. C’est leur cocon secret. Elle expose ses toiles abstraites dans sa galerie de Göteberg.

eric-patrick-alexLors de l’un de ses voyage à Fjällbacka, Alexandra rencontre Dan. C’est le coup de foudre, et Alexandra passe presque tous ses week-end à Fjällbacka pour voir Dan. Ce dernier s’avère être l’amour de jeunesse d’Erica, mais bien sur Alexandra ne le sais pas, puisqu’elle est partie à l’âge de 12 ans de la bourgade.

Alexandra, transcendée par son amour pour Dan, veut enfin affronter le drame terrible de son enfance. Elle parle de son projet de faire éclater la vérité à Anders, qui trouve que c’est une bonne idée, et en parle à sa mère Vera.

Cette dernière, qui a trimé toute sa vie pour son fils après la mort de son mari, essaie d’en dissuader Alexandra. Le fameux qu’en-dira-t-on. Le regard des gens. Et puis elle sait que les enfants ont fait disparaître Nils 25 ans auparavant et a peur qu’Anders ne soit condamné.

Quand Alexandra refuse, Vera décide de la supprimer. Elle la drogue et déguise son acte en suicide en l’installant dans sa baignoire et en lui tranchant les veines.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’Alexandra attendait ce soir Dan, avec un repas de fête, pour lui annoncer qu’elle était enceinte. Dan, lui, avait décidé de prendre ses distances et de rompre. Il n’est jamais venu. Anders, quant à lui, rend visite à Alexandra morte, la touche, patauge dans son sang, lui dit adieu…

C’est Erica, l’amie d’enfance d’Alexandra, de retour à Fjällbacka suite au décès de ses parents, qui découvre le cadavre et appelle la police. Erica est en mal d’inspiration pour sa dernière biographie, et tout de suite elle entrevoit la possibilité d’écrire quelque chose de bien plus passionnant avec l’histoire d’Alexandra.

planches_41140On conclue à un suicide, mais les parents d’Alexandra clament haut et fort que cela ne ressemble pas à leur fille. Henrik, le mari, est déstabilisé car sa femme a toujours été mystérieuse. Lorsque la police reçoit le rapport du légiste, qui montre qu’Alexandra était enceinte et droguée, il est clair que l’on a à faire à un meurtre.

Dans la police il y a Patrick, fraîchement divorcé, ami d’enfance d’Erica, qui était amoureux d’elle lorsqu’ils étaient petits. Et peut-être même encore un peu maintenant. Leur rencontre dans ces circonstances dramatiques est électrique et ils se trouvent vite. Erica doit affronter d’autres démons, sa soeur et son beau-frère veulent en effet vendre la maison des parents pour en tirer le plus possible.

Tout d’abord les soupçons se tournent vers Anders, dont on a retrouvé les empreintes digitales et les traces de pas dans la maison. Mais il est innocenté par le témoignage d’une voisine. Cependant, la boisson n’arrive même plus à le soulager, et il décide de se pendre. Sa mère Vera le découvre et décide de maquiller sa mort en meurtre. Toujours le qu’en-dira-t-on. Ce serait trop humiliant qu’on sache qu’il s’est donné la mort, elle préfère qu’on pense qu’il ait été assassiné. Imaginez l’émoi de la petite ville avec deux meurtres sur les bras!

Patrick et Erica continuent leur enquête et découvrent le pot aux roses après avoir interrogé les familles et les suspects.


la_princesse_des_glaces_image1Mon avis: C’est un chouette roman que celui-là, qui traite de plusieurs sujets assez graves sous couvert d’une enquête policière. Le résumé du livre dit qu’Erica Flack est une détective façon Desperate Housewife, ce que je ne trouve pas juste puisqu’elle travaille, elle est écrivain, mais à la réflexion je comprends un peu le rapprochement. Elle n’a rien d’autre à faire, si je puis dire.

Commençons par la forme: comme dit plus haut, j’ai eu des petits problèmes de ci de là avec la traduction. Dans l’ensemble c’est cependant tout à fait correct, et comme je ne parle pas du tout suédois, et bien je ne saurais jamais de quoi il en ressort, mais toujours est-il qu’il y avait au milieu du livre une phrase non finie et quelques coquilles.

Chaque chapitre commence par un monologue d’Anders en italique. On croit longtemps qu’il est le coupable à cause de cela, d’ailleurs. C’est une petite manipulation de l’auteure très intelligente: on sait qu’on a à faire à un personnage spécial, et étant donné les circonstances, c’est forcément lui l’assassin. Mais Anders est tout simplement spécial de par sa sensibilité exacerbée.

L’auteure est aussi très forte pour en révéler juste assez afin de nous donner envie d’en savoir plus: Erica découvre un truc hyper important sur une feuille froissée dans une poubelle, mais à part le fait qu’elle soit surprise, on n’a aucune idée du texte qu’elle vient de lire. Pareil lorsqu’elle passe un coup de fil important, elle est surprise et déçue lorsqu’elle reconnaît la personne au bout du fil, mais on ne sait pas qui c’est.

Bref, le roman est bien monté et ficelé, l’intrigue est bonne, et on veut lire la suite parce que sinon impossible de dormir. D’ailleurs me suis couchée à 6h du mat du coup 😉

2303229151Les mystères sont éclaircis les uns après les autres, apportant leurs lots de surprises, bien qu’il y en ait un que j’ai résolu presque tout de suite: pour moi il a vite été évident que Julia était la fille d’Alexandra et non pas sa soeur.

Pour le contenu, je dirais que l’intrigue policière est bonne mais il y manquait un petit quelque chose. Je m’attendais à plus flamboyant qu’une mère qui fait tout pour sauver son fils des commérages, en fait. un truc vraiment glauque. Quoi que le truc du pédophile protégé par sa riche famille, c’est déjà assez glauque, mais je suppose qu’avec Stieg Larson, la barre est très haute en matière de glauque!

Les thèmes abordés sont assez lourds: pédophilie, alcoolisme, meurtre, et violence domestique. Bref, pas des macarons de La Durée! Mais j’ai eu l’impression que ces thèmes n’ont pas été assez fouillés. Comme certains aspects des personnages: pourquoi Alexandra a-t-elle finalement épousé Henrik et sa maison? Ok elle est passionnée d’antiquités, mais pour moi ça ne répond pas à ma question.

Ce qui m’a surtout plu, dans ce livre, c’est le portrait de cette petite ville côtière et de ses habitants. Les apparences, le commérage, le fait que tout se sache très vite. L’arrivée en masse des touristes qui rachètent à prix d’or les maisons, créant une bulle immobilière, et faisant de la ville une ville fantôme en dehors des mois d’été. Ces fichus touristes qui défigurent les maisons traditionnelles à coup de baies vitrées.

6013780989_b3fd1565a9_b

Les personnages ne sont pas en reste: Dan le beau marin-pêcheur, fils des vents et de l’eau, en harmonie avec la nature. La vieille qui collectionne les pères Noël histoire que les enfants viennent chez elle, mais qui est plus lucide sur le monde que la plupart d’entre nous. le vieux qui veut juste se faire la malle en Espagne parce que sa femme l’a saoulé toute sa vie, qu’il a trimé dur, et que maintenant c’est son tour de jouir de la vie. La commère de service. La fille-mère chez qui tout est rose. La femme riche dans sa tour d’ivoire. Le fils adpotif-requin. La femme battue.

On a un aperçu de la vie quotidienne de chacun des personnages avec le changement de perspective régulier de la narration, ce qui fait que l’on grappille des détails de ci, de là, qui nous permettent de mieux cerner les personnages.

album-page-large-21672Erica elle-même est très intéressante, on effleure son histoire familiale mais je suppose qu’on va un peu plus en profondeur dans les prochains romans de la série qui lui est consacrée. A 35 ans elle est encore célibataire, ce qui, aux yeux de la société, est mal. On explore ses blocages et ses défenses. La rencontre avec Patrick, un ami d’enfance perdu de vue devenu policier, va lui permettre de passer au delà.

La confrontation avec Dan, qu’elle pensait connaître, et Pernilla, sa femme, lui fait prendre conscience de ses propres défauts, et la fait se remettre en question sur bien des points.

J’ai bien aimé que les deux personnages principaux, Erica et Patrick, évoquent leur poids, leur tonus musculaire, etc… Ca leur donne un petit côté Bridget Jones bien ancré dans la réalité que j’ai aimé. Il n’est pas super musclé et n’a pas fait de sport depuis trop longtemps, elle a un petit bourrelet qui dépasse de son pull… bref, ce sont juste des gens normaux, physiquement parlant, et c’est rafraîchissant.

Pour finir, c’est un bon roman, mais qui ne relève pas Stieg Larson et son Millenium. Mais peut-être que j’en demande un peu trop?

Je l’ai tout de même dévoré et ne peux que vous le recommander 🙂


hzqizu_29dgecvlcgoje10htzxsLes couvertures: le roman édité en français chez Actes Sud montre deux petites filles, une brune et une blonde. Cela me laisse un peu dubitative: Alexandra et Erica? Mais elles sont toutes les deux blondes. Ou Alexandra et Julia? Mais Julia a 12 ans de moins? A moins qu’elles ne représentent la part d’ombre et de lumière que chacun porte en lui?

Les illustrations en suédois et dans d’autres langues étrangères montrent soit la scène du crime, soit un paysage hivernal, ce qui colle plutôt bien au roman.


L’auteure: Camilla Läckberg est née en 1974 à Fjällbacka. Tiens, tiens! je me demandais justement combien Erica Flack et sa fascination pour le meurtre d’Alexandra étaient tirés de la vie de l’auteure…

Bref, elle est d’abord économiste mais a toujours lu des livres de crime comme Agata Cristie et autres. Un Noël, elle reçoit en cadeau un cours d’écriture, et c’est le déclic.

La Princesse Des Glaces est son premier roman, publié en 2003. Depuis le succès est au rendez-vous et elle a publié en tout une dizaines de livres, dont certains pour enfants et un de recettes de cuisine.

Vous pouvez en apprendre plus sur elle sur son site: http://www.camillalackberg.com.webadmin7.net/

lackberg


Les produits dérivés: La Princesse Des Glaces est le premier opus d’une série de romans policiers dont Erica et Patrick sont les héros. Donc maintenant il va falloir que je les achète tous, pas le choix!

 

La Princesse Des Glaces a eu un tel succès qu’il a été adapté en téléfilm ainsi que les trois autres romans suivants.

Toute la série de romans est maintenant adaptée en série TV. En France, la série est diffusée par France 3 sous le titre Les Enquêtes d’Erica. Malheureusement les critiques que j’ai lues ne sont pas très enthousiastes.

Enfin en France, La Princesse Des Glaces a été adapté en BD par l’auteure suisse Léonie Bischoff. Un très joli travail dont je me suis servie pour illustrer ma chronique!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

19 réflexions sur “La Princesse Des Glaces

    1. Super critique, merci! Et j’ai aussi lu l’interview de la dessinatrice, très intéressant 🙂
      Du coup je me demande si la BD ne serait même pas meilleure que le roman? En tout cas il faut que je me fasse une idée par moi même!

      J'aime

  1. Je te remercie pour le compliment, il me reste 100 pages et je suis conquise par la plume et l’univers de l’auteur. Je pense en lire d’autres, mon avis sera publié courant octobre promis :). Bisous à toi et encore merci!

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, glaçant! Mais vraiment chouette. Oui effectivement certaines couvertures sont un peu gores, mais bon il faut dire que la scène du crime est assez spéciale!
      La BD me tente beaucoup aussi! J’adore les dessins 🙂

      J'aime

  2. J’ai moins aimé la BD que le roman quand j’y repense, elle est un peu courte et laisse de côté certains aspects du roman. Normal. Comme toi, j’ai relevé quelques lourdeurs dans le texte, je ne sais pas non plus si c’est du à la traduction ou à l’écrit d’origine, mais j’ai aussi été dérangée par certaines omissions volontaires de l’auteure, pour servir son intrigue. Ado, je voulais devenir interprète, mais les études m’ont découragées (ou en tous cas, le temps nécessaire…). Tu es traductrice de quoi ? 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s