Bibliorue, Classique/Classics, En anglais/in English, En français/In French, France, Historique/Historical novels, livres, Policier/Thriller

Le Parfum (Perfume), Patrick Süskind (Fr; Engl)

Le-Parfum-5-177x300J’ai acheté ce livre il y a vraiment, vraiment longtemps. Genre sept ans. Je l’ai trouvé dans une bouquinerie, à 2.70 euros. Je le sais car le prix est encore écrit au crayon à papier dans la couverture. Comme il me semblait que c’était un « livre qu’il faut avoir lu », je l’ai pris. Et puis il est resté là, sur mon étagère. Il m’a suivi lors d’un déménagement.

L’objet en lui-même, une édition collector en coffret, me plaisait beaucoup d’un point de vue esthétique, mais l’oeuvre en elle-même me faisait un peu peur. Et puis… j’ai commencé un travail de désencombrement de mon petit intérieur (salut Marie Kondo), et j’ai regardé d’un oeil critique ma petite bibliothèque… et je me suis dit que soit je me débarassais de ces livres que je garde sans jamais les lire, soit je les lisais. Et donc, je m’y suis mise…

I bought this book a long, looong time ago. Like, seven years. At least. I found it in a second hand bookstore, for 2.70 euros. I know because the price is still written inside the cover. It seemed to me that it was « a book that one needs to read », so I took it. And then, it stayed on my bookshelf. It followed me when I moved. 

I loved the book as an object. It is a collector edition in a case. It’s very beautiful. But the text itself sacred me. And then… I started clearing up my house (Hello Marie Kondo), and I had to have a critical look at my bookshelf. And so I told myself that I’d either read these books that were following me everywhere without ever being read, or that I’d get rid of it. And so, I started to read The Perfume


Résumé et avis en bref: C’est l’histoire d’un gamin, né sans odeur. Et qui, donc, sent tout. Son nez est son organe sensoriel le plus développé. Chasseur d’odeur, survivant, le petit garçon deviendra un jeune homme que rien n’arrête devant sa dévorante passion pour les odeurs et parfums. Pas même le meurtre.

J’ai lu ce roman d’une traite. Je ne sais pas pourquoi il me faisais aussi peur. C’est comme Lolita, je l’avais laissé trainer des années avant de l’ouvrir aussi. C’est un excellent roman, très bien écrit. On est plongé de suite dans une atmosphère olfactive. Le destin de Jean-Baptiste Grenouille est vraiment rude, et pourtant il a la gniaque. Sa passion pour les odeurs, senteurs et parfums, couplée à son manque d’humanité, en font un génie de la parfumerie… au destin tragique.

perfume3
Jean-Baptiste Grenouille compose un parfum

Story and review in a nutshell: This is the story of a boy who was born without smell. And since he doesn’t smell of anything, he can smell everything. Hunting smells and scents, the little boy survives everything and becomes a young man that no one can stop in his quest to find the perfect smell: the smell of love. Even murder can’t stop him.

I read this novel super quickly. I don’t know why I was so scared of it. It’s just like Lolita, it took me years to open it, but once I started, I couldn’t put it down. It is an excellent novel, brilliantly written. The reader is immersed in an olfactory experience, just like the hero. Jean-Baptiste Grenouille’s destinity is harsh, but still he survives… and even thrives. His passion for smells, odors and perfumes, coupled to his lack of basic human instincts, make him a genius for the perfume industry… with a tragic destiny.


Mon avis: Honnêtement, je me demande encore pourquoi j’ai mis tant de temps à ouvrir ce petit bijou littéraire et olfactif. Je crois que l’histoire de meurtre me faisait un peu peur, mais en fait c’est juste dans la continuité et la suite logique des choses, et il n’y a rien qui puisse faire peur au lecteur (ou en l’occurence, à la lectrice). J’y reviendrai.

Review: honestly, what took me so long to open this book? It is a pure jewel of literature and perfume. I think it’s because of the murder story, I was a bit scared, but in fact this murder thing is just logical when you follow the main character’s story, and somehow it is not scary at all. I’ll talk about it a bit more later.

Parlons tout d’abord du sujet principal de ce livre: les odeurs. On explore le monde à travers la personne de Jean-Baptiste Grenouille, un bébé né sans odeur, et qui a un nez hyper développé. Il perçoit le monde de manière olfactive, contrairement au commun des mortels qui le perçoit de façon visuelle.

First thing first, let’s talk about the main topic of the book: smells, scents, odors, perfumes. The reader explores the world through the sense of smell of Jean-Baptiste Grenouille, a baby who was born without a smell of his own, and whose nose is super developed. He doesn’t perceive the world via his sense of view, like most of us, but his sense of smell.

Chaque page évoque un paysage olfactif différent. Ca commence en grande pompe avec le marché aux poissons dans lequel nait notre héro :p Tout le livre évoque senteurs, odeurs et parfums. C’est un exercice de style remarquable, que d’avoir écrit un livre qui SENT. Le pouvoir des mots est vraiment stupéfiant!

Every page is filled with olfactory details. It begins beautifully with a fish market, where the hero was born :p the whole book is like that pages are filled with descriptions of scents and smells. It is a remarkable exercise by the author. When you read the book, you SMELL the story. The power of words is truly amazing!

800px-Le_Parfum_-_Grenouille_chez_Giuseppe_Baldini
Grenouille apprend l’art de la parfumerie

J’ai aimé le mode narratif. Je ne me souviens plus exactement de la dénomination exacte, mais il me semble qu’on appelle cela un narrateur omniscient (s’il y a un/e prof de lettres qui passe par là, confirmez/infirmez svp!). On est donc au dessus de tout, et on sait ce qui se passe dans la tête des gens. D’ailleurs, on change régulièrement « d’incarnation »: la plupart du temps on est dans la tête de JB Grenouille, mais il arrive que l’on suive le processus de pensée d’un l’un ou l’autre protagoniste que notre cher JB rencontre.

I liked the way the story was told. The narrator sees everything and takes a fancy to go in one character’s head or the other. We know everything that happens, and what people think. Most of the time, we follow the thought process of Jean-Baptiste Grenouille, but it happens that we also get in the head of other characters that our dear Grenouille meets during his life.

Par exemple le religieux en charge de notre orphelin, ou alors la femme qui l’élève, ou encore le parfumeur parisien. Je dois dire que ce sont les passages qui m’ont le moins « amusée », car la plupart de ces personnages secondaires avaient tendance à radoter un peu. Surtout le parfumeur, quand il essaie de créer son parfum et qu’il sait pertinement qu’il n’y arrivera pas. Cette petite dizaine de pages, au demeurant très représentatives de l’état d’esprit de notre parfumeur, m’ont semblées longues.

For example, the brother who is supposed to look after the little orphan, or the woman who raises him, or the Parisian perfume maker. I have to say, though, that these parts were the ones I liked the least, because most of these characters repeat themselves. Especially the perfume maker when he tries to create a new scent and knows perfectly well that he won’t succeed. These few pages, which are very representative of the state of mind of the perfume maker, were very, very boring to read.

das-parfum-2

J’ai aussi aimé que le narrateur s’adresse directement au lecteur, ce qui est assez rare si je ne me trompe. Par exemple, à propos de la pension où grandit JB Grenouille, le narrateur nous explique que la femme qui tient cette pension ne recroisera plus jamais la route de notre héro, et que donc il va nous faire un petit résumé de sa vie là maintenant tout de suite, histoire qu’on sache ce qu’il adviendra d’elle (tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle n’a pas vraiment de chance avec ses projets de retraite).

I loved that the narrator speaks directly to the reader, which is quite rare. For example, the narrator explains to us, the reader, the story of the woman who raises the hero as a child. Since their ways are parting, the narrator takes it upon himself to quickly tell us what will happen to this woman, so that we know, and then he’ll proceed to continue with the hero’s story (the only thing I can tell you is that she won’t be lucky enough to enjoy retirement as she had planned).

Le Parfum, donc, c’est l’histoire de ce petit gars, né sur un étal de poisson, et que sa mère a voulu trucider dès sa naissance histoire d’être tranquille. Comme on ne l’a pas laissée faire, le ptit gars en question s’est retrouvé en pension, payée par les religieux jusque vers ses 9 ans. Après quoi les fonds ont été coupés, et la brave dame a vendu le gamin à un tanneur. Le tanneur a refilé le gosse à un parfumeur, qui a exploité son talent. Le gamin, ayant appris tout ce qu’il avait à apprendre, se met ensuite en route pour Grasse, afin d’en apprendre encore plus sur l’art de capturer les odeurs, avec un détour par le pays des volcans, histoire de se reposer un peu, olfactivement parlant. Et c’est à Grasse qu’il capturera enfin l’odeur ultime. Pour, il lui a fallut tuer une jeune femme pour ça, mais c’est pour son odeur :p

So, The Perfume is the story of this guy, born in a fish market, and whose mother wanted to kill because she couldn’t be bothered with a newborn. Since she was prevented from doing so, the guy in question was raised in a boarding establishment, paid by the local clergy. The clergy stopped paying when the guy was 9 years old, and so the woman running the boarding establishment decided to sell the boy to a tanner. The tanner then sold the boy to a perfume maker, who started exploiting his talent.

The boy, having learnt what he needed from the perfume maker, leaves for Grasse, the city of perfume, in southern France, to learn even more about how smells, scents and perfumes are captured, stopping by a volcano for a few years in the middle of nowhere to rest a bit. And it’s in Grasse that he finally captures the ultimate scent. The fact that he needed to kill a young woman to do is almost not relevant :p 

Laura-perfume-the-story-of-a-murderer-32850605-1400-929
Comment capturer l’odeur de l’amour?

La capacité de survie de ce gosse, puis jeune homme, est exceptionelle. D’ailleurs il est comparé tout au long du livre à une tique, qui hiberne jusqu’à ce qu’elle puisse à nouveau se gorger de sang – ou d’odeurs, dans ce cas là. Jean-Baptiste Grenouille résiste à tout, survit aux pires maladies et traitements, et endure ce que le commun des mortels n’aurait jamais pu.

The way the boy survives everything is exceptional. All through the book, he is compared to a tick, which doesn’t budge until it can latch onto a human or an animal, and gorge itself with blood. Or with scents, in this case. Jean-Baptiste Grenouille survives everything, even mortal diseases and treatments.

Est-ce du à sa volonté de survie dès sa naissance, alors que sa génitrice voulait s’en débarasser parmis les carcasses de poisson?

Is it because of his survival instinct, which pushed him to scream on top of his lungs when his mother wanted to get rid of him among the fish carcasses?

Son caractère est aussi singulier: il est dépourvu d’émotions. Il ne vit que par et pour les odeurs. Tout ce qui lui importe, c’est de les cataloguer, les répertorier dans son immense bibliothèque olfactive qui lui sert de monde intérieur.

His character is quite special as well: he doesn’t feel any emotion. He lives by and for scents. He doesn’t care about anything else. All he wants is to create a catalog of smells and scents in his head.

Sa vie bascule lorsque Jean-Baptiste découvre l’odeur d’une jeune fille qui l’ennivre. Ne sachant que faire, il l’étrangle, et la respire à fond, histoire de bien s’impregner de cette odeur délicieuse. Cette bonne odeur, ce parfum, il n’aura de cesse d’essayer de le trouver et de la capturer.

His life changed when he stumble upon the smell of a girl which makes his head spin. Not knowing what to do, he strangles the girl and smells her deeply, so that he will never forget her incomparable scent. This is the beginning of his quest: finding this unique scent again, and capturing it.

117953_6fa927fcbf94c45c63f311e0d286df82_1280re0
Première rencontre avec l’odeur de l’amour

Lorsqu’il découvre l’art de la parfumerie, il est en chemin pour sa quête de capture de l’odeur ultime. Avec son nez parfait, il devient parfumeur de génie, reproduisant les meilleurs parfums qui se font, et les améliorant même. Mais jamais il ne réclame son heure de gloire, il travaille toujours dans l’ombre d’un maitre parfumeur qui exploite son talent.  Grenouille n’en n’a que faire. Il travaille en parallèle vers son but, son obsession: la capture de l’Odeur Ultime: l’odeur d’amour.

When he discovers the art of perfume making, he is already on his quest. With his perfect nose, he becomes a genius perfume maker, capable of copying and enhancing the best perfumes on the market. But he never claims anything, he always works in the shadow of a Master Perfume Maker who exploits him. Grenouille doesn’t care about fame. He just wants to know how to capture all the scents he comes across. He works on his ultimate goal, which is capturing the ultimate scent: the scent of Love.

En chemin, il fait deux découvertes: la première, c’est que toutes ces odeurs ont tendance à le bouleverser. Il fait une overdose d’odeurs, et passe un certain temps (sept ans) dans une grotte sans odeur, où il pourra reposer son cerveau submergé. Cela donne lieu à des hallucinations olfactives assez intéressantes, qui n’ont pas été sans me rappeler les délires induits par l’opium de certaines de mes lectures sur la Chine.

During his quest, he discovers two things: all these smells and scents can be overwhelming. He kinds of overdoses on smells and has to spend some time ‘seven years) « detoxing » in a smell-free cave, where he is finally able to rest his overcrowded brain. This leads to olfactory hallucinations.

18668417
Un petit sevrage olfactif en Auvergne

La seconde, c’est qu’il n’a lui-même aucune odeur, ce qui le rend invisible aux autres… car même si l’on se base principalement sur la vue pour naviguer dans la vie de tous les jours, on « sent » les gens de par leur odeur et leurs phéromones. Se rendant compte de son handicap social, Jean-Baptiste Grenouille met donc au point différents « parfums de personne », selon les occasions: au réveil, après un travail physique (la petite odeur de sueur), tranquille ou excité, etc… et quand il veut être invisible, il ne se parfume pas et personne ne le voit.

The second discovery he makes is that he doesn’t have a smell of his own, which kind of makes him invisible to.. everybody else. Because even if we rely mostly on our eyes to navigate the world, we still use our sense of smell despite not noticing it. We « smell » people before we see them. Realizing that this could be a social handicap, Grenouille starts putting together different perfumes for different occasions: just woke up, worked out, easy peasy, excited… or nothing, when he wants to become invisible again.

Et un jour, il retrouve l’Odeur. C’est la même que celle de la jeune fille qu’il avait étranglée à Paris, sauf que maintenant il est à Grasse, et qu’il sait comment capturer une odeur. Il se met donc à s’entrainer, en capturant les odeurs de plusieurs jeunes filles. Le soucis, c’est que pour capturer leur odeur, il doit les tuer, mais on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs, n’est-ce pas… Avant les jeunes filles, il s’est entrainé bien sur avec des fleurs, de manière traditionelle, mais aussi sur des animaux comme des chats ou des chiens.

One day, he finally finds THE scent. Same as the girl he strangled in Paris, expect that he is now in Grasse, and he’s learnt the art of capturing smells. And so he starts training, by capturing the scents of other young women. The only thing is that, to do so, he needs to kill them. Small thing. Before capturing the scents of women, he had trained himself with flowers, and then animals like cats or dogs.

Et lorsqu’il est prêt, bam, il capture l’Odeur Ultime de cette jeune fille… la tuant au passage.

Once he’s ready, bam! He captures the Ultimate Scent from this young woman… and kills her in the process.

le-parfum-histoire-d-un-meurtrier (1)
Capture de l’odeur d’amour

Sauf que bon, un serial killer, même qui ne sent rien, ça fait des remous. Il y a une enquête, qui n’aboutit pas. Sauf que Jean-Baptiste Grenouille a trouvé un opposant à sa mesure: le père de la jeune fille, qui, même s’il ne comprend ni comment, ni pourquoi, sait que sa fille est la prochaine, et tente de la protéger. En vain, bien sur, mais il pousse Grenouille à la faute, et notre nez sur pattes est donc appréhendé, jugé et condamné.

But hey, a serial killer isn’t a thing that goes unnoticed. There is an investigation, which doesn’t lead to anything. But Jean-Baptiste Grenouille, without knowing it, has finally found an opponant matching his intelligence: the father of his next victim. Even if he doesn’t know why or how, he understand that his daughter is next, and tries everything to protect her. In vain, of course. But by trying to escape the serial killer, he pushes him to an act of negligence, which will lead to his arrest, trial and death sentence.

Sauf que… son instinct de survie est tel qu’il met au point le parfum ultime, dérivé de l’odeur ultime qu’il a capturée sur la jeune fille: le parfum d’amour. Alors qu’il gravit les échelons de la potence, il s’asperge (et asperge aussi la foule) de ce parfum. S’en suit une scène des plus étrange, pendant laquelle la foule qui voulait sa mort se retrouve en pamoison devant Grenouille.

But… Greouille’s survival instinct is so strong that he manages to create the ultimate perfume from the ultimate scent he captured on the last girl he killed: the perfume of love. And as he goes up the gallows, he pour it over himself and the crowd. A very strange scene follows: everybody starts loving Grenouille and saying that it is impossible for him to be the murderer. Even the father of the victim forgives him and wants to adopt him. And the crowd starts loving each other, leading to a mass orgy.

C’est là qu’on se rend compte que notre odorat, auquel on ne prête pas grande attention, définit en fait notre vie, et que celui qui maîtrise ce sens, maîtrise aussi le cerveau de ses comparses.

This is when the reader realises that our sense of smell, to which we don’t really pay attention, is in fact very powerful and controls our lives. The one who masters scents and smells is also the master of the world.

Encore plus étrange, le parfum d’amour fait que tout le monde tombe amoureux de tout le monde, et c’est une véritable scène d’orgie qui se déroule sous les yeux amusés de Grenouille, qui se sent « maitre du monde ».

Mais notre Grenouille, tout dépourvu d’émotions qu’il soit, n’a plus de but, ayant réussi à capturer son odeur. Il trouvera sa fin d’une manière assez… particulière.

But Grenouille, even if he doesn’t feel any emotion, doesn’t have a goal in life anymore. He succeeded in capturing the scent of love and made a perfume out of it. He will seek his end… in a very particular way.

Honnêtement, c’est un livre magistral. L’analyse de la société, le ton amusé et amusant de la narration, le héro atypique, tout m’a enchantée. Je recommande!

Honestly, this is a master piece. Society analysis, narrative style, atypical hero, I loved everything. Go read it!!

das_parfum_01
Comment exister quand on n’a pas d’odeur?

Couvertures / Art

 


Produits dérivés: Il y a eu un film en 2006, intitulé Le Parfum, Histoire d’un Meurtre.

Byproduct: there was a movie released in 2006, called Perfume: the story of a murderer.

Publicités

19 réflexions au sujet de “Le Parfum (Perfume), Patrick Süskind (Fr; Engl)”

  1. J’ai pas du tout aimé pour ma part. Mais le mettre au programme scolaire de l’époque quand j’étais en première explique peut-être aussi ma réaction. Le roman et l’histoire m’ont terrifiée, j’en garde un souvenir épouvantable du coup

    Aimé par 1 personne

      1. Ca pour être particulier, c’est un roman particulier mais je pense qu’il faut une certaine maturité pour être capable d’apprécier (ou du moins, prendre du recul) ! En tout cas, je pense que les personnes en charge des programmes scolaires devraient parfois se renseigner avant d’y inscrire une œuvre.

        J'aime

  2. Ce livre est excellent. Ceci dit, on nous l’a fait lire en 4ème secondaire et je pense que j’étais trop jeune pour l’apprécier. Les descriptions sans fin étaient parfois lourdes à lire. Après l’avoir relu, plus récemment, j’ai pu saisir l’étendue de son aura. L’histoire sort vraiment de l’ordinaire. Les odeurs sont tellement bien décrites qu’on a l’impression de sentir à travers les mots, comme une espèce de délire synesthésique. Et ce type est l’archétype du marginal dans toute sa splendeur.

    Aimé par 1 personne

    1. Ton commentaire rejoint celui d’encre lumière, qui a aussi eu ce livre au programme de littérature. Honnêtement à cet âge, je pense aussi que ça m’aurait traumatisée !
      A l’âge adulte par contre, je me suis régalée. Je pense que l’on prend plus de distance.
      Certains passages m’ont aussi semblés longs, mais comme j’ai compris leur utilité (principalement nous mettre dans la peau des personnages), je suis passée au dessus du sentiment d’ennui qu’on pourrait en tirer.

      Aimé par 1 personne

  3. ça fait très longtemps que je me dis que je dois lire ce roman parce qu’il a l’air vraiment passionnant. Mais une amie m’a mis en garde en disant qu’il est vraiment sombre voir « glauque » et du coup je n’ai jamais osé le lire. Ton article me rassure un peu mais surtout réveillé l’envie de le lire. merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s