Bibliorue, Book crossing, Contemporain/Contemporary, En anglais/in English, En français/In French, France, Japon/Japan, livres, Roman/Novel

L’Elégance du Hérisson (The Elegance of the Hedgehog), Muriel Barbery

Un titre dont j’avais vaguement entendu parler, plutôt intrigant. Trouvé dans une boite à livres avec ma soeur, elle a voulu le reposer après avoir lu les premières lignes qui parlaient de Marx. Je l’ai pris, car j’aimais bien la couverture, et le résumé était tentant. Malheureusement, ce fut une demie-déception pour moi.

I had heard about it, and it sounded intriguing. My sister found it in a book box, and was about to put it back in there after reading the first lines (about Marx). I took it, because I liked the art, and the synopsis was somewhat enticing. Unfortunately, it was a half-deception.

Résumé – Synopsis

Renée est concierge dans un immeuble parisien huppé. Renée « a l’air » d’une concierge inculte et bougonne, mais en fait elle est passionée de culture. Une jeune habitante incomprise par sa famille et un nouvel habitant japonais vont changer la vie de Renée, et la percer à jour.

Renée is a janitor in a posh Parisian building. Renée « looks » like a regular uneducated janitor, but in fact, she loves reading and culture. A young inhabitant of the building, totally misunderstood by her family, as well a a new Japanese resident, will change Renée’s life.

Mon avis – Review

Ca aurait pu être génial. Parce que l’histoire est vraiment chouette. Le seul truc, c’est que l’auteure « digresse » en considérations philosophiques, analyses littéraires et artistiques beaucoup, beaucoup trop souvent.

It could have been awesome. The story is really good. The only « thing » is that the author disgresses into philosophical and artistic reflections, not to mention book and movie critics, a bit too often.

Les chapitres sont courts, et heureusement, car sinon on n’avancerait pas dans l’intrigue. Chaque chapitre commence par un ou deux paragraphes de la vie réelle de Renée, et est en fait un prétexte à explorer tel auteur, tel film, tel tableau. Mazette, j’aurais préféré qu’on me passe une revue d’art, plutôt que de me leurer avec l’appât d’un roman!

Chapters are short, thank God, otherwise we’d never go further into the plot. Each chapter begins by one or two paragraphs of Renée « real life », and is in fact a pretext for the author to explore a book, a movie, a music piece, a painting… I would have honestly preferred to read an art magazine!

Ne vous y trompez pas: j’aime l’art. J’aime une bonne dissertation littéraire (ce blog en est la preuve), une bonne analyse de toile, un débat cinématographique… mais j’aime aussi un bon roman qui a du rythme. Or, nous avançons à pas de fourmi dans l’intrigue.

Don’t get me wrong: I LOVE art. I love a good essay on literature (exhibit A: this blog of mine), a good painting analysis, a debate about a movie… but I also like a novel with a good rhythm. but here, the novel progresses very, very slowly. Because, ART.

Exemple: quand Renée va diner chez le nouveau copropriétaire japonais, elle entre chez lui et vois un tableau. S’en suit trois pages sur ledit tableau. Elle n’a même pas dit « bonsoir » à son hôte qu’on se tape trois pages d’analyse d’un tableau.

For example, when Renée goes for dinner at the new Japanese resident’s apartment, she enters his place and sees a painting. Then, three pages on said painting. Renée hasn’t even said « Good evening » to her date that we’ve already read a three-page long painting analysis.

Il y a juste TROP de culture dans ce livre (je n’aurais jamais cru dire cela).

There is just TOO MUCH of culture in this book (God know I never thought I’d ever say this).

Il y a peut-être aussi le fait que je l’ai lu en anglais, car c’est ce qui m’est tombé entre les mains (merci la boite à livres 😉 ). Peut-être qu’un roman aussi franco-français rend juste moins bien en anglais?

Maybe it’s also because I read it in English. It’s a book originally written in French, but it just happened that i found the English version in the book box downstairs. I suspect that such a « super French » novel would just « sound » better in French than in English?

Pour ce qui est du fond de l’histoire, alors là, rien à redire. J’applaudis des deux mains, et même des deux pieds. Le trio improbable formé par Renée la concierge, Paloma la fillette surdouée et anarchiste, et M. Ozu, le nouveau copropriétaire japonais, est juste délicieux.

« La vraie nouveauté, c’est ce qui ne vieillit pas »

Regarding the story itself, I have nothing but praise for it. I loved it. The team formed by 50 something grumpy janitor Renée, preteen gifted and anarchist Paloma, and Mr Ozu, the new Japanese resident, is just perfect.

Je les ai beaucoup aimé, tous les trois. Sans parler de la femme de ménage, meilleure amie de Renée et philosophe malgré elle. Leurs considérations sur la vie de l’hôtel particulier dans lequel ils évoluent, en tant qu’habitant ou employé, sont à tomber. Très justes et très drôles à la fois.

I loved them, the three of them. Not to mention the cleaning lady, Renée best friend and queen in her own right. Their discussions about the residents are just hilarious and so true. Love, love love them.

J’ai aussi aimé les flashbacks de Renée sur sa vie avec son mari, bien que j’ai eu l’impression, quelques fois, qu’elle avait un chouia de complexe de supériorité sur lui.

I also liked Renée’s flashbacks of her life with her now deceased husband, although I sometimes got a bit annoyed with her « superiority complex ».

Je n’ai PAS compris son entêtement à cacher son amour de la culture, aquis en autodidacte, à ses employeurs. Enfin si, j’ai compris, elle veut juste rester tranquillement là où elle est sans qu’on l’emmerde. Mais est-ce que ça en valait vraiment la peine? Tous ces subterfuges pour avoir l’air idiote alors qu’elle n’en pense pas moins?

I didn’t get WHY she absolutely wanted to avoid being known as a cultured person. She loves culture and learnt everything by herself. But she doesn’t want her wealthy employers to even suspect that she could hold a conversation on anything else than garbage disposal or packages from the postman. Apparently she wants to be left alone. Alright. But is it really worth all these efforts to hide the novel she just bought or seems stupid?

Peut-être que oui, car finalement ce diamant brut, découvert sur le tard par Paloma et Ozu, n’en brillera que d’avantage.

Maybe yes. In the end, the raw diamond that Paloma and Mr Ozu uncover in Renée will only shine brighter.

J’ai aussi aimé l’évolution de Paloma, qui, grâce à Renée, change de point de vue sur la vie. J’ai aussi noté que sa grande soeur, qui est aux antipodes de la fillette, porte en fait le même prénom, mais en français: Colombe. Je ne vais pas m’étendre là dessus, mais à mon avis y’aurait à creuser. Les deux facettes d’une même pièce? Une schizophrénie?

I also really liked Paloma’s evolution. Thanks to Renée, she will change her stance on life and its worthiness. I also noted that she bears the same name as her older sister, but in French: Colombe (meaning « dove »). There is certainly something to dig in. Two faces of the same coin? Schizophrenia?

La fin m’a surprise, mais en fait, il n’y aurait pu en avoir de meilleure. Je ne vous dis pas quoi, c’est surprenant mais parfait.

The end surprised me but when I think about it, it couldn’t be better. I won’t tell you how it ends, it is surprising but perfect.

C’est donc un roman dont l’histoire est superbe, doublé d’un bon catalogue d’art et culture. Soyez juste prévenu que le catalogue entrave quelque peu le rythme de l’histoire 😉 si vous aimez la philo, la littérature, le cinéma, la musique, la peinture, et surtout le Japon, alors ce livre est fait pour vous 🙂

In a nutshell: it is a wonderful story, with lots and lots and loooots of art and culture in it. Just be ready to read a loooot about this stuff, and be patient about the story developments 😉 If you love movies, books, philosophy, music, painting, and above all: Japan; then this is the perfect book for you 🙂

PS: j’ai lu ce livre à voix haute à mon bébé alors âgé de deux mois, car il traversait une période difficile, et je m’énnervais un peu pour arriver à l’endormir (légèrement contre-productif, n’est-ce pas?). J’ai donc décidé de lui « lire une histoire » tout en l’allaitant pendant de longues heures la nuit. Ce roman a donc une place particulière dans mon coeur, malgré ses longueurs.

I read this book aloud to my then two month old baby, because he had difficulties calming down and falling asleep. I figured that hearing the sound of my voice could help while I breastfed him, during long winter nights. It also helped me to get distracted from the fact that my baby was fussy, hence calming me down as well. And so, this book holds a particular place in my heart, despite being a bit longish at times.

L’auteure – The author

Muriel Barbery est une auteure française et professeur de philosophie née en 1969 à Casablanca, au Maroc. Sa famille est rentrée en France lorsqu’elle était bébé. Muriel Barbery obtient son agrégation de philosophie en 1993 et commence sa carrière dans l’enseignement. Passionée par le Japon, elle quitte son emploi, elle part vivre au Japon pendant deux ans. De retour en Europe, elle se consacre à l’écriture. Elle a vécu à Amsterdam et maintenant en Tourraine. Divorcée, elle s’est remariée.

Muriel Barbery is a French author and philosophy teacher born in 1969 in Casablanca, Morocco. the family moved back to France when Muriel was still an infant. Muriel Barbery gets licensed as a philosophy teacher in 1993 and starts teaching. She is passionate about Japan and quits her job to live in Kyoto for two years. Upon her return to Europe, she dedicates her time to writing. She lived in Amsterdam and now in the French region of Tourraine. She divorced and remarried.

Produits dérivés – Byproducts

Il y a eu un film, « inspiré » du livre, puisque l’auteure s’est désolidarisée du projet en cours de route, sorti en 2009. Le film est intitulé Le Hérisson, et on retrouve Josiane Balasko dans le rôle de Renée.

A movie, « inspired » by the book, since the author left the project, was released in 2009. The movie is titled The Hedgehog and stars French actress Josiane Balasko as Renée.

En farfouillant, je me suis aussi rendue compte qu’il y avait une explication de texte du livre. Wouaaah! En même temps, vu la richesse des thèmes évoqués, ça ne m’étonne pas. Chaque mot, chaque phrase recelle quelque chose de plus.

Digging the internet in search of other by products, I discovered that there is also a book about the book. Woooooooh! Indeed, the book is so rich that there is lots and lots to explain and discuss. Every word, every sentence has a specific meaning.

Les Jaquettes – Cover art

Le livre a été traduit dans plein de langues, et j’ai bien l’impression que le titre originel a été respecté à chaque fois. Je dis bien « impression », car je ne me suis pas amusée à tout traduire, vu le nombre de traductions disponibles.

The Book was translated into many, many languages, and it seems to me that the original title was literally translated in most cases (granted, I don’t speak Korean and many other languages, but it seems that it’s the case).

Niveau illustrations, elles sont toutes très justes et reprennent des éléments différents, mais importants, de l’histoire. Que ce soit les fleurs de la cour, les escaliers de l’immeuble, le chat de la concierge, son fauteuil, ses livres, les toits de Paris ou la jeune Paloma, je les trouve toutes très justes. Des fois y’a même un hérisson, et c’est très bien comme ça.

The art work are very different but spot on, illustrating different aspects of the book: flowers in the courtyard, Renée’s cat, her armchair, her books, the roofs of Parisian houses, the staircase of her building, or young Paloma. Sometimes, there’s even a hedgehog, and that’s perfectly fine.

Avez-vous lu ce livre? L’avez-vous aimé? Trouvé trop long? Avez-vous aimé les références à la culture? Qu’avez-vous pensé de Renée, Paloma et M. Ozu?

Did you read the book? Did you enjoy it? Or did you find it too long? Did you like the cultural references? What did you think about Renée, Paloma and Mr Ozu?

7 réflexions au sujet de “L’Elégance du Hérisson (The Elegance of the Hedgehog), Muriel Barbery”

    1. Et toutes les digressions artistiques ne t’ont pas gêné? Il me semble que l’auteure a fait un livre fourre-tout avec tout ce qu’elle aime, mais pour moi ça part trop en tengeantes tout le temps.
      Je vais regarder le film histoire de voir ce que ça donne sur grand écran.
      La Vie Des Elfes, ça parle de quoi?

      J'aime

      1. Non au contraire. C’est cette ambiguïté entre la condition de cette gardienne d’immeuble et sa curiosité artistique qui m’a interpellée et touchée. Mais je l’ai lu à sa sortie donc il y a plusieurs années. Je me souviens surtout de la tendresse que j’ai eu pour ce personnage et la magie de sa rencontre avec cet homme de culture différente.
        Pour la vie des elfes, c’est l’histoire de deux fillettes orphelines dans un monde fantastique. Voici le lien de ma chronique https://surlaroutedejostein.wordpress.com/2015/03/24/la-vie-des-elfes-muriel-barbery/

        J'aime

  1. je l’ai lu pendant un défi lecture fly et j’ai beaucoup aimé. Et puis j’aime balasco, alors le film m’a plu aussi. Je ne me souviens pas de lonueurs mais ça date d’il y a deux ans je crois.

    Aimé par 1 personne

    1. Wow un commentaire de Nanouch sur mon humble blog (je suis une grande admiratrice !). Merci de ton passage et pour ton avis! J’aime beaucoup Balasko aussi donc je vais tenter le film.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s